Jérome Savary

09 novembre 1967
01m 04s
Réf. 01308

Notice

Résumé :

En un court sketch, Jérôme Savary présente le travail du dramaturge Fernando Arrabal.

Type de média :
Date de diffusion :
09 novembre 1967

Contexte historique

Au cours des années 60, et surtout après 1968, se multiplient les compagnies indépendantes, partisanes d'une rupture radicale avec le théâtre officiel. Ces jeunes compagnies entendent promouvoir un théâtre différent dans les conditions économiques de sa production ainsi que dans sa qualité artistique. Né à Buenos Aires en Argentine en 1942, Jérôme Savary arrive en France juste après la guerre pour y suivre des cours de solfège et de musique. Il entre aux Arts Décoratifs puis à 19 ans, part pour New York où il fréquente les milieux du jazz et vit de petits riens.

Revenu en 1963 en France, il rencontre de nombreux Argentins comme les écrivains Fernando Arrabal, Copi et le metteur en scène Jorge Lavelli et crée le Théâtre Panique, vite transformé en Magic Circus. Savary fait un théâtre résolument festif, libéré de toutes les entraves du théâtre classique, à l'image de sa formation très éclectique. Il n'a pas peur du mauvais goût et de l'outrance, le tout étant porté par une ironie souvent grinçante sur les mythes du monde contemporain. Empruntant aussi bien au registre du cirque que des revues de music-hall, ses spectacles sont faits de dérision et de dérisoire. La musique y tient souvent un rôle central. Ne reculant devant aucune situation, Savary manie aussi bien le happening que le grand et gros spectacle plein d'effets.

Longtemps en marge de la scène théâtrale, il obtient une reconnaissance officielle à partir des années 80, grâce notamment à Jack Lang, ministre de la culture, qui le nomme à la direction du Centre dramatique national du Languedoc-Roussillon. Sa carrière prend alors un tour beaucoup plus institutionnel, son accession en 1988 au Théâtre national de Chaillot en 1988 puis à l'Opéra Comique en 2001 l'éloignant progressivement des expériences avant-gardistes de ses débuts. Il incarne aujourd'hui l'un des visages d'un théâtre du divertissement, alternant mise en scène de classiques (La Résistible Asciension d'Arturo Ui de Brecht avec Guy Bedos dans le rôle titre) et des spectacles plus modestes mais aux moyens scéniques souvent importants.

Vincent Casanova

Éclairage média

Ce document révèle le talent médiatique de Jérôme Savary. Tel un mini court métrage, cet entretien est intégralement mis en scène. Cadré de plus en plus large et révélant sa posture (debout sur les épaules d'un assistant), débitant son discours sur un ton grave (il ménage de long silence, s'appuie sur une scansion très dramatique), habillé comme un clown, il met en scène une mort grotesque (sa pendaison) plutôt que de répondre assis tranquillement dans un fauteuil aux questions d'un journaliste qui semble ici totalement absent. En cela, on peut se demander si l'ensemble de la séquence n'a pas été réglé et tourné sous la direction de Savary. Savary témoigne ainsi de sa volonté de rompre les codes traditionnels.

Vincent Casanova

Transcription

Jérôme Savary
Et bien, je pense sincèrement qu'Arrabal est peut-être le seul auteur contemporain qui réellement comprenne les angoisses, les problèmes et les nécessités des jeunes metteurs en scène de notre temps. C'est peut-être le seul qui nous laisse une entière liberté quant à l'interprétation de ses oeuvres, ce qui nous permet, je pense, finalement, de donner à ses oeuvres leur véritable signification. Arrabal, auteur panique de notre temps, est, je pense, le pilier du théâtre contemporain.