L'inauguration de la télévision couleur

01 octobre 1967
04m 25s
Réf. 01429

Notice

Résumé :

A l'occasion de l'inauguration de la télévision en couleur qui s'effectue en direct , le ministre de l'Information, Georges Gorse, prononce une allocution. Il souligne les efforts techniques faits par les industriels et les équipes de l'ORTF.

Type de média :
Date de diffusion :
01 octobre 1967

Contexte historique

Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, une partie importante des décisions politiques touchant à la télévision concerne les normes techniques qui la régissent. Il revient à François Mitterrand, secrétaire d'État chargé de l'Information, de fixer la définition à 819 lignes en 1948 ; puis à Charles de Gaulle d'adopter la norme SECAM (Sequentiel Couleur A Mémoire) pour la télévision couleur.

La technologie de la télévision couleur est mise au point par Henri de France (1911-1986). L'ingénieur s'était intéressé très tôt à la technologie de la télévision. Dès 1931, il fonde au Havre la Compagnie générale de la télévision : il y met au point au cours des années 1930 des appareils à faible définition. En 1956, il dépose le brevet de la télévision en couleur par le procédé SECAM. Le procédé utilise les propriétés de la synthèse de la couleur, permise par addition des trois couleurs primaires, bleu, jaune et rouge. A la différence des deux autres normes mises au point aux Etats-Unis (National Television System Committee, N. T. S. C.) et en Allemagne (Phase Alternation Line, P. A. L.), ce système ne transmet pas les signaux simultanément, mais par séquence. Favorable à une politique d'indépendance nationale, Charles de Gaulle soutient le procédé SECAM. En 1961, le premier émetteur expérimental en couleur est mis en service. Cette norme devient un fer de lance diplomatique pour le général de Gaulle, qui convainc l'URSS et le bloc soviétique, ainsi que les pays d'Afrique et du Moyen Orient sous influence française, de l'adopter.

A l'heure où Georges Gorse inaugure la couleur, la télévision française a connu d'importants bouleversements. A la suite de nombreuses grèves du personnel à partir de 1961, l'Office de Radio et de Télévision Français (O. R. T. F.) est créé en 1964, censé assurer une relative autonomie à ce média. Pour autant, ce statut ne modifie pas le monopole étatique sur la télévision. L'organisme est placé sous la tutelle du ministre de l'Information, qui entend ainsi contrôler le respect du service public. A sa tête se trouve un Conseil d'Administration, constitué à parts égales de représentants de l'Etat et du personnel qualifié du secteur. Plusieurs mesures en accentuent la prééminence de la télévision parmi les autres médias : une " 2e chaîne " est créée en 1964 ; en 1965, le ministre de l'Information Alain Peyrefitte accorde deux heures d'antenne à chacun des candidats à l'élection présidentielle.

La révolution de la couleur ne touche d'abord que la 2e chaîne, à partir de 1967 ; à cette date, on ne trouve que 1500 récepteurs couleur sur le territoire. Lorsque la 3e chaîne est inaugurée à la fin de l'année 1972, elle est en couleur. Pour des raisons techniques, la 1e chaîne, devenue TF1 en 1975, n'a longtemps pu adopter la couleur. En effet, le réseau d'émetteurs noir et blanc à 819 lignes n'a jamais été adapté, à cause du coût industriel et de l'occupation du signal modulé. C'est pourquoi la 1e chaîne a continué de diffuser en noir et blanc et n'a pu couvrir l'ensemble du territoire en couleur qu'à partir de 1980, lorsque l'ensemble du réseau d'émission a été transformé. La " révolution de la couleur " a progressivement modifié la production des images de la télévision : des scènes de plateaux à la photographie des téléfilms, le rapport à l'image en a été profondément bouleversé.

Christelle Rabier

Éclairage média

C'est la 2e chaîne qui diffuse l'allocution de Georges Gorse, ministre de l'Information. Il s'agit d'un plan fixe, dans lequel s'intercalent quelques gros plans sur le visage du ministre. Pour ce discours politique convenu, il n'y a pas d'innovation formelle de l'image. Il n'en reste pas moins que l'arrivée de la couleur à l'écran reste un événement extraordinaire. Elle est particulièrement soulignée par l'arrière-plan multicolore, devant lequel les dirigeants font grise mine.

Christelle Rabier

Transcription

(Silence)
George Gorse
Et voici la couleur, au jour fixé et à l'heure dite. Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, vous qui maintenant nous voyez tels que nous sommes, vous cesserez vite, je le sais, d'être sensibles à la magie de la chose. Et vous trouverez bientôt tout à fait naturel de voir la vie avec ses couleurs envahir vos écrans. Je voudrais tout de même vous demander au moins en ce premier jour de considérer qu'il s'agit là d'un tour de force technique et d'une petite révolution. Je voudrais donc d'abord remercier ceux qui ont rendu possible cette mutation décisive dans l'histoire de notre télévision. D'abord, l'inventeur, Monsieur Henri de France, inventeur du procédé français Secam, puis tous ceux ingénieurs, techniciens, ouvriers, qui ont contribué à la mise au point technique et industrielle de cette invention. Puis les industriels français qui ont réussi à mettre sur le marché, à la date convenue, leur premier récepteur et cela n'a pas été facile, je le sais. Et enfin, bien entendu, l'ORTF représenté autour de moi, qui depuis des années préparait ce rendez-vous. Ce rendez-vous, il a fallu pour le tenir beaucoup d'efforts à tous et encore une fois, je les en remercie. Je sais bien que pour l'instant, nos images en couleur ne sont accessibles qu'à quelques privilégiés et qu'elles ont un certain caractère confidentiel encore. Mais je veux espérer que l'engouement du public, la qualité des programmes que l'ORTF vous proposera et aussi le désir qu'a le gouvernement de faire en sorte que la télévision en couleur soit un phénomène populaire, modifieront profondément les conditions du marché et rendront accessible la télévision en couleur au plus grand nombre des Français. Avant de passer la parole à Monsieur Jacques Bernard Dupont, Directeur général de l'ORTF, je voudrais tout de même présenter deux brèves remarques. La première c'est que, la télévision en couleur c'est une révolution technique mais aussi une révolution dans notre manière de voir, c'est-à-dire de penser et de sentir. C'est une révolution artistique également car la couleur, ça n'est pas le noir et blanc colorié, c'est quelque chose de nouveau et de différent et cela va poser aux artistes, aux réalisateurs de l'ORTF aussi bien qu'aux techniciens des problèmes nouveaux et difficiles. Encore une fois, c'est une opération difficile que nous entreprenons ici. Ma deuxième remarque se doublera d'un voeu. Il est bon de constater que l'image la plus belle, la plus chatoyante, l'image en couleur est en même temps, la plus vraie et la plus proche de la vie, qui est en couleur. C'est là un symbole assez encourageant pour un ministre de l'information et pour un gouvernement. Je veux donc souhaiter du fond du coeur, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs que votre vie quotidienne soit de plus en plus vraie, de plus en plus belle et de plus en plus colorée. Et pour le reste à vous de juger, comme le disait Léonard de Vinci : L'oeil se trompe moins que l'esprit.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque