Le premier tour du monde en orbite : rétrospective sur l'histoire de Yuri Gagarine

11 avril 1986
02m 59s
Réf. 01463

Notice

Résumé :

Le 12 avril 1986, à l'occasion des 25 ans de l'événement, le journal télévisé revient sur l'exploit de Yuri Gagarine, qui a réussi le premier vol habité en orbite

Type de média :
Date de diffusion :
11 avril 1986
Date d'événement :
12 avril 1961
Source :

Contexte historique

En 1986, 25 ans après le vol de Yuri Gagarine, l'affrontement entre les deux grandes puissances américaine et soviétique s'est récemment renforcé avec la stratégie défensive mise en place par Ronald Reagan élu en 1980.

Le premier vol en orbite habité en 1961 a lieu dans un contexte de guerre froide. Après l'échec de la Guerre de Corée, les Etats-Unis et l'Union soviétique ont entrepris de s'affronter dans la conquête spatiale : en l'absence de conflit armé direct, la conquête de l'espace présente un enjeu stratégique pour les deux puissances. Les programmes spatiaux sont lancés au milieu des années 1950 : en 1957, le premier satellite Sputnik-1 est placé en orbite. L'année suivante, la National Aeronautics and Space Administration (NASA) est créée par le gouvernement fédéral des Etats-Unis. En 1958 également, la chienne Laïka effectue le premier vol habité. Le premier vol habité par l'homme est réussi par l'Union soviétique le 12 avril 1961 : Yuri Gagarine (1934-1968), cosmonaute d'origine modeste, est envoyé en orbite à bord de la fusée Vostok 1. Après son exploit, l'Union soviétique l'exclut définitivement du programme spatial, pour le consacrer à une fonction de représentation : il devient ambassadeur de la puissance technologique soviétique, porte-flambeau de sa puissance nationale, jusqu'à sa mort en 1967.

Depuis les années 1960, les programmes spatiaux concurrents furent marqués par les succès et les échecs des deux puissances. L'exploit de Gagarine est renouvelé peu après par celui de l'Américain Alan Shephard. La portée du premier pas de l'homme sur la lune en 1969 fut considérable (cf. Apollo XI en direct du sol lunaire). La conquête spatiale suppose la mobilisation de tout les savoir-faire technologiques : chimie des combustibles, mécanique de précision, métallurgie, systèmes de téléguidage, et également physiologie pour les vols habités. Elle représente bientôt des enjeux militaires stratégiques : satellites et stations habitées participent à la technologie de l'espionnage militaire.

Ainsi la conquête spatiale scande-t-elle l'histoire des relations internationales : les missions communes marquent les périodes de " dégel ", comme en juillet 1975, le premier rendez-vous spatial Appolo-Soyouz. En 1980, Ronald Reagan relance le programme de conquête spatiale, dit " Intervention de Défense Stratégique " ou " guerre des étoiles ", qui prévoit une surveillance et des interventions dans l'espace, alors que l'URSS est jugée incapable de relever ce nouveau défi technologique. En janvier 1986, l'explosion de Challenger, la navette spatiale américaine, au moment de son décollage cause un traumatisme national, ternissant pour un temps la puissance américaine A la fin du mandat de Reagan et après l'effondrement de l'Union soviétique, les missions internationales reprennent entre les Etats-Unis, la Russie et l'Union européenne, dont le programme spatial débute en 1975.

Aujourd'hui l'intérêt des vols spatiaux habités est très discuté : très onéreux, ils n'apportent que peu d'éléments scientifiques compte tenu de leur coût, et ce, contrairement aux sondes automatiques, dont les premiers vols débutent dans les années 1950 : par la qualité de leurs images, leur capacité de prélèvement et d'analyse des matériaux et leur autonomie, les sondes continuent à apporter une moisson d'information immense sur les planètes du système solaire et sur l'univers ; leur médiatisation participent de la promotion de la puissance américaine.

Christelle Rabier

Éclairage média

Les reportages rétrospectifs sont l'occasion pour les journaux télévisés d'utiliser des images d'archives commentées en voix off. Pour l'histoire du premier vol habité, les journalistes ont repris l'ensemble des éléments qui ont créé le mythe Gagarine : les images de son vol, l'adhésion politique et populaire à son exploit, sa personnalité attachante et son rôle de représentation auprès des puissances étrangères. Les images de la conquête spatiale, de ses héros et de ses prouesses technologiques furent le support d'une intense propagande soviétique et américaine dans le contexte de la guerre froide.

Christelle Rabier

Transcription

Catherine Ceylac
Souvenez-vous le 12 avril 1961, c'était à Moscou, les tramways s'arrêtaient, les hommes lançaient leur chapeau en l'air de joie, les écoliers désertaient l'école, la Pravda titrait en caractère rouge : «Un événement important dans l'histoire du monde. » En effet, Yuri Gagarine venait d'effectuer le premier tour du monde en orbite, Jacques Violet retrace les faits.
Jacques Violet
12 avril 1961, 7 h 7 minutes à Baïkonour en Asie centrale. Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, un être humain quitte la terre pour en faire le tour. On ignore alors tout sur les effets de la pesanteur. Personne ne sait si l'homme peut résister, vivre dans l'espace. Yuri Gagarine, 27 ans, peut enfin vérifier que la terre est bien ronde. Il restera 108 minutes dans l'espace, un seul petit tour de terre à environ 200 kilomètres d'altitude et 28 000 kilomètres/heure. Installé ou plutôt recroquevillé dans une minuscule capsule, le vaisseau Vostok équipé d'un curieux siège éjectable. Gagarine rentrera sur terre entier et en pleine forme. Le monde entier est stupéfait qu'un homme soit revenu du ciel. Il est accueilli en véritable héros, Nikita Khrouchtchev lui-même avait fait le déplacement à l'aéroport pour le recevoir avec des fleurs. Personnage fait de fierté et de tendresse, le voici avec oes par ,hanteépouse et l'une de ses filles. Gagarine était alors de toutes les manifestations officielles, de toutes les fêtes et dans le contexte politique de l'époque, le commandant de l'armée rouge allait jouer un rôle d'ambassadeur itinérant dans le monde entier. Il est venu trois fois en France acclamé par des foules considérables, il expliquait les succès soviétiques dans l'espace. Lorsque soudain, le 27 mars 1968, la radio soviétique annonce la mort du héros dans un banal accident d'avion. C'était un vol d'entraînement sur un Mig-15, un avion démodé. Alors le doute s'installe sur les circonstances de la mort de Gagarine. Essayer t-il un nouveau prototype ou préparait-il un vol spatial ? Le secret officiel entoure toujours cet accident. Depuis 25 ans, la compétition, la course à l'espace a continué et continue. Un américain a même décroché la lune. Aujourd'hui, l'homme vit et travaille dans l'espace. Alors que les Américains sont encore traumatisés par la mort de leurs 7 astronautes, l'URSS vient d'envoyer deux cosmonautes pour vivre dans la plus grande station orbitale jamais envoyée dans l'espace.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque