La modernisation de l'industrie textile : une nouvelle conception du vêtement

25 novembre 1997
03m 19s
Réf. 01492

Notice

Résumé :

Le textile évolue également au gré des découvertes scientifiques et techniques. Une nouvelle génération de vêtements "intelligents" peut ainsi voir le jour.

Date de diffusion :
25 novembre 1997
Lieux :

Contexte historique

Les évolutions techniques et scientifiques de la fin du XXe siècle concernent l'ensemble des filières industrielles. Le textile n'échappe donc pas à la règle, et ses promoteurs sont désormais en mesure de mettre sur le marché des produits très innovants. Apparaissent ainsi les "cosmétotextiles" qui peuvent diffuser, sur le corps et tout au long de la journée, des produits cosmétiques. Cela conduit à repenser radicalement les rapports entre les vêtements et la peau. Intéressants, ces produits ont sans doute moins d'avenir que les textiles anti-bactériens qui sont en partie constitués de molécules capables de tuer les bactéries. On peut également évoquer les vêtements anti Utra-Violet ou éclairants. Certains tissus peuvent également participer à la régulation de températures de la couche infra-vestimentaire en contrôlant les échanges thermo-hygrométriques. D'autres peuvent changer de couleurs ou diffuser des odeurs agréables. Une autre catégorie de textiles se concentrent sur des avantages concrets indéniables comme les habits anti-tache. On peut également évoquer des vêtements qui n'ont pas encore vu le jour mais qui participeront directement de l'économie de l'information en intégrant téléphones et autres objets emblématiques de la modernité communicante.

Ces innovations s'inscrivent dans la droite ligne de l'histoire du textile qui s'est toujours distinguée par une adaptation très rapide aux évolutions techniques. Depuis le Moyen Age, textile et mécanisation vont de pair. Cette coopération s'est bien entendu affirmée au XIXe siècle. Sous un autre angle, l'industrie vestimentaire fut une des premières à tirer profit des découvertes de la chimie moderne comme le montre l'exemple du Nylon. De nos jours, le textile intègre des découvertes faites dans plusieurs domaines. Le perfectionnement des matières plastiques participent directement de la mise au point des tissus anti-bactériens. Certaines céramiques et polymères, utilisés dans la recherche spatiale, trouvent également des applications dans l'industrie textile. Enfin, le futur semble devoir aller vers une intégration des matériaux utilisés dans les télécommunications et l'informatique dans les vêtements du quotidien.

Loin des modes et des podiums, les industriels font évoluer leur secteur en restant au contact des innovations les plus récentes dans un souci de répondre aux attentes d'un grand public, même s'il reste encore fortuné.

Bibliographie :

Michel Sotton, "Quels textiles pour nos vêtements de demain", dans Qu'est-ce que les technologies ?, Université de tous les savoirs, vol. 5, Paris, Odile Jacob, 2001, p. 414-425.

Raphael Morera

Éclairage média

Tout un chacun peut se représenter, visuellement et olfactivement, l'état des chaussettes d'un joueur de football à la fin d'une rencontre, le reportage commence donc par là afin de susciter l'intérêt du télespectateur. Il ne s'agit pourtant pas là du ressort principal du reportage qui résulte en réalité d'une visite dans un salon professionnel. L'essentiel est donc constitué des interventions des chargés de communication des différentes sociétés produisant des textiles anti-taches ou anti-odeurs.

Comme un tel reportage ne peut échapper à la critique, le journaliste paye de sa personne et teste l'efficacité de ces nouveaux produits. Il met ainsi une pointe d'humour dans un sujet marqué par les interventions très techniques des professionnels du textiles. Il n'en pointe pas moins une réelle perspective de changement dans la vie quotidienne des Français.

Raphael Morera

Transcription

Jean-Claude Allanic
A vu de nez, nous sommes dans un vestiaire, après un match. Il est 13h.... Bon, ça ne sent pas très bon, «camembert» comme dit cette publicité pour des nouvelles chaussettes garanties anti-odeur. Des chaussettes, comme celles-ci, présentées au salon du prêt à porter, leur secret, elles sont anti-bactériennes et qui dit moins de bactéries, dit moins de mauvaises odeurs.
Stéphane Paing
C'est la fibre qui est traitée au coeur, ce qui fait que quelque soit le nombre de lavage successif que vous allez faire, on aura de toute façon ce traitement qui va rester.
Jean-Claude Allanic
Chasser les bactéries, c'est aussi le mot d'ordre à la mode au rayon lingerie.
Jacques Fournier
C'est une fibre à la base qui est en polyester dans lequel on a intégré les particules actives que l'on appelle les éolithes. Les éolithes sont composées en fait de particules d'argent et de zinc qui au contact de la transpiration dégagent des particules d'oxygène actif.
Jean-Claude Allanic
CQFD, si vous n'avez pas tout compris, l'important c'est de retenir que c'est plus hygiénique. Du côté des hommes, la nouveauté, ce sont les tissus anti-tâches, chemises et cravates pour ceux qui ne savent pas se tenir à table. Le traitement consiste ici à rendre les fibres hydrophobes, en quelque sorte imperméables aux tâches.
Janick Leman
Les tâches glissent littéralement sur la cravate, quelque soit ces tâches, des tâches liquides ou tâches graisse. L'aspect du tissu n'est absolument pas altéré par ce traitement, nous conservons le même, la même tenue, le même soyeux de la matière, y a aucun inconvénient du côté du toucher et au porter.
Jean-Claude Allanic
Vrai ou faux, nous avons testé pour vous cette chemise anti-tâche et cette cravate. Premier test, un verre d'eau. Le monsieur est maladroit mais l'eau coule sur le tissu. Deuxième test, avec un verre de vin, le Monsieur est toujours aussi maladroit, aucune tâche. Apparemment, ça a marché.
Patrick Chêne
Alors apparemment ça a marché, ça mérite quand même quelques précisions d'ordre technique de la part de Jean-Claude Allanic, Jean-Claude vous avez amené la fameuse cravate.
Jean-Claude Allanic
Oui, j'ai les preuves, ça a marché, vous voyez.
Patrick Chêne
C'est quand même une révolution technologique, ça fonctionne vraiment comme ça ?
Jean-Claude Allanic
Oui, c'est intéressant, alors il y a un petit inconvénient, c'est que d'un part, le tissu vaut beaucoup plus cher, entre 10 et 30% plus cher. Or il faut dire que pour les chemises, je sais pas si c'est vraiment très utile parce que de toute façon, la chemise, il faut la laver le soir. En revanche, pour une cravate, c'est intéressant, parce que c'est surtout les cravates que l'on tâche et ça permet d'économiser, naturellement. C'est pour ça que vous n'avez plus ce bout de tissu autour du cou et c'est surtout intéressant parce que ça fait faire des économies de teinturier, puisque vous payez plus cher mais y a plus de frais de teinturier. Voilà donc pour ces nouveaux tissus à base de téflon ou de produits similaires, exactement comme les poêles qui n'attachent pas au fond.
Patrick Chêne
Une petite précision aussi pour les anti-bactériens dont vous nous parliez dans le reportage, là aussi, ça fonctionne vraiment ?
Jean-Claude Allanic
C'est pour des chaussettes, là cette fois-ci. Oui, pour des chaussettes en particulier, on a demandé l'avis de médecins et de podologues qui ont constaté que effectivement c'était plutôt intéressant pour les personnes qui avaient les pieds fragiles. Pour les sportifs en particulier, nous avons contacté un médecin normand qui suit une équipe de basketteurs du Havre et lui, il nous a dit qu'effectivement il a remarqué, une diminution des irritations des pieds et moins d'odeurs. Je précise que cette équipe de basket du Havre a battu Toulon samedi 84 à 70, je sais pas si ça un rapport avec les chaussettes.
Patrick Chêne
Merci Jean-Claude Allanic, on vous retrouve chaque mardi pour cette rubrique consacrée aux nouvelles trouvailles de la science.