Le voyage de Khrouchtchev aux Etats-Unis

23 septembre 1959
01m 46s
Réf. 01604

Notice

Résumé :

Le 15 septembre 1959, Khrouchtchev arrive aux Etats-Unis. Accueilli par Eisenhower, il se rend avec lui jusqu'à la Maison Blanche, où il lui remet un cadeau. Le soir, un dîner officiel a lieu.

Type de média :
Date de diffusion :
23 septembre 1959
Date d'événement :
15 septembre 1959
Source :

Contexte historique

A partir de la mort de Staline en 1953, les relations entre les Etats-Unis et l'URSS connaissent un certain réchauffement sous l'impulsion plus particulière de Nikita Khrouchtchev, devenu premier secrétaire du Parti communiste soviétique. Dès le XXe Congrès de ce dernier, le 14 février 1956, Khrouchtchev élabore la doctrine de la "coexistence pacifique" entre les deux blocs. Il ne souhaite pas en effet d'une guerre qui aurait des conséquences dévastatrices. Dès lors, le dialogue entre dirigeants américains et soviétiques devient beaucoup plus ouvert. Le vice-président américain Richard Nixon se rend ainsi en URSS, du 23 juillet au 2 août 1959, à l'occasion d'une exposition américaine.

Surtout, Khrouchtchev lui-même séjourne aux Etats-Unis durant treize jours, du 15 au 28 septembre 1959. Pour donner à son voyage un aspect plus spectaculaire, il fait envoyer dans la lune une fusée soviétique qui atteint son but le 13 septembre. Durant cette première visite aux Etats-Unis d'un secrétaire général du Parti communiste de l'URSS, Khrouchtchev effectue une véritable tournée. Accueilli le 15 septembre à la base militaire d'Andrews par le président américain Eisenhower, il se rend à Washington, à New York, où il prononce, le 18 septembre, un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU, puis à Los Angeles, San Francisco, Des Moines et Pittsburgh. Khrouchtchev mêle entretiens diplomatiques et visites: celles d'une station expérimentale agricole dans le Maryland, d'une usine IBM à San Francisco, d'une ferme de l'Iowa ou d'une usine à Pittsburgh. La population américaine lui réserve dans l'ensemble un bon accueil. Son séjour s'achève sur deux jours d'entretiens avec Eisenhower à Camp-David.

L'entrevue n'aboutit à rien de concret mais contribue à détendre le climat international. Khrouchtchev n'a cessé d'insister tout au long de son séjour aux Etats-Unis sur la coexistence pacifique et le désarmement. Au cours de sa visite, l'URSS interrompt même le brouillage de la radio américaine Voice of America qui diffuse des émissions en direction des pays d'Europe de l'Est. Ce réchauffement des relations Est-Ouest n'empêche toutefois pas, malgré de nouvelles rencontres de Khrouchtchev avec Eisenhower à Paris en 1960 puis avec le nouveau président américain John Fitzgerald Kennedy à Vienne en 1961, le retour à la guerre froide dès 1960 avec l'affaire de l'avion espion U2, aggravé par l'édification du mur de Berlin en 1961 et la crise de Cuba en 1962.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Diffusé par les Actualités Françaises, ce sujet rend compte de l'arrivée de Nikita Khrouchtchev aux Etats-Unis une semaine auparavant, le 15 septembre 1959, et de sa première journée à Washington aux côtés du président américain Eisenhower. Il propose de nombreux images caractéristiques des rencontres internationales bilatérales: accueil de Khrouchtchev à l'aérodrome militaire d'Andrews, passage en revue des troupes, trajet en voiture, remise de cadeau à l'hôte et dîner officiel.

Le sujet insiste surtout sur l'aspect "historique" de la visite de Khrouchtchev, perçue tout du long comme le symbole du réchauffement des relations entre les Etats-Unis et l'Union soviétique. Le commentaire, teinté d'optimisme, s'emploie en effet à plusieurs reprises à décrire cet apaisement, évoquant les "meilleurs sentiments du monde" qui animent les deux chefs d'Etat, le début du "dégel", ou citant Khrouchtchev qui parle lui-même de "baromètre (...) au beau". Le journaliste, amusé, voit même un signe du rapprochement entre les deux pays dans le peu de place qu'ont les deux chefs d'Etat dans la voiture officielle, ce qui les conduit à se tenir près l'un de l'autre. Ce réchauffement entre les deux Grands est en outre particulièrement montré à l'écran : les deux chefs d'Etat apparaissent souriants, et tout spécialement Khrouchtchev qui ne cesse d'afficher un visage réjoui. De même, leurs deux femmes discutent ensemble. Il est à noter que ce sujet ne précise à aucun moment le contexte de la visite de Khrouchtchev. Si le commentaire décrit bien le cadeau offert à Eisenhower, il ne précise pas que la fusée soviétique qui a atteint la lune le 13 septembre 1959, deux jours avant l'arrivée de Khrouchtchev, a été spécifiquement lancée dans le but de mettre en valeur les exploits de l'URSS et d'impressionner l'hôte américain.

Christophe Gracieux

Transcription

Journaliste
Nous sommes venus à vous le coeur ouvert et animés de bonnes intentions, a dit Monsieur Khrouchtchev en arrivant sur l'aérodrome de Washington où le Président Eisenhower était venu accueillir le Président du Conseil des Ministres de l'Union Soviétique. La rencontre historique a commencé au milieu des meilleurs sentiments du monde. Et l'exiguïté de la voiture officielle a amené les deux présidents à un rapprochement évident. Sur le trajet, la foule était nombreuse : plus de curiosité que d'enthousiasme, mais le dégel ne faisait que commencer. Et c'était la Maison Blanche, où les deux hommes d'état devaient avoir leur premier entretien. C'est aussi le moment que Monsieur Khrouchtchev avait choisi pour remettre au Président Eisenhower la réplique exacte des emblèmes soviétiques emportés par [INCOMPRIS] 2 sur la Lune. Pour la soirée, Monsieur Khrouchtchev, dédaignant l'habit, était resté fidèle au costume sombre. Le baromètre est au beau, a dit Monsieur Khrouchtchev. Le reste du monde, qui a les yeux fixés sur les deux Grands, ne demande qu'à y croire.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque