Signature de l'acte d'indépendance indonésienne

05 janvier 1950
29s
Réf. 01652

Notice

Résumé :

Après plus de 300 ans d'occupation,la reine Juliana des Pays-Bas et les représentants des gouvernements hollandais et indonésien signent le 27 décembre 1949, dans le Salon de marbre du palais royal d'Amsterdam, l'acte d'indépendance de l'Indonésie.

Type de média :
Date de diffusion :
05 janvier 1950
Date d'événement :
27 décembre 1949
Lieux :

Contexte historique

Les Japonais, qui occupent l'Indonésie de 1942 à 1945, encouragent la constitution de groupements nationalistes sur lesquels ils comptent s'appuyer dans leur lutte contre les anciens colons Hollandais. Après leur capitulation, cette stratégie a des conséquences indirectes puisque le 17 août 1945, Soekarno proclame l'indépendance de son pays. Des structures gouvernementales fédérales se mettent alors en place et une Constitution provisoire est promulguée.

Mais la signature le 27 décembre 1949 de l'acte d'indépendance des "Etats-Unis d'Indonésie" par les autorités hollandaises, relayée ici par les Actualités Françaises n'est acquise qu'au prix de 4 années de conflit ponctuées par plusieurs "opérations de police" hollandaises contre la jeune République et par des accords de paix provisoire sous l'égide de l'ONU.

Finalement, par crainte d'une intervention de l'URSS qui ferait basculer l'Indonésie dans le camp communiste, les Etats-Unis condamnent l'attitude de l'ancienne métropole et l'encouragent à trouver une sortie de crise négociée. Une Union entre les Pays-Bas et l'Indonésie, purement formelle, persiste jusqu'en août 1954, date après laquelle plus aucun lien officiel ne subsiste entre les deux pays.

Emeline Vanthuyne

Éclairage média

Un plan d'ensemble en plongée, révélant le décor fastueux du Salon du palais royal d'Amsterdam, met en évidence la solennité qui entoure le premier acte gouvernemental officiel de la Reine Juliana des Pays-Bas depuis son arrivée au pouvoir en août 1948.

L'événement et son traitement sont extrêmement protocolaires. le reportage est constitué d'une série de plans fixes centrés sur les grandes étapes de la cérémonie : entrée de la reine et des ministres, signature sous le regard des officiels présents autour de la table, vue sur le document officiel final. Le téléspectateur est plongé au coeur de la cérémonie grâce au langage télévisuel de l'époque : une succession de plans fixes très rapprochés et accompagnés d'un commentaire très littéraire, le tout sur un fond musical très cérémonial.

Cependant, même si ce reportage insiste sur l'aspect protocolaire de la signature de l'acte d'Indépendance Indonésien et sur le rôle central qu'y joue la reine, il ne faut pas s'y tromper: la monarchie hollandaise est certes constitutionnelle mais les pouvoirs royaux sont très limités. Si la reine signe les lois, elle n'en assume pas la responsabilité politique et celles-ci doivent être contre-signées par le gouvernement, comme le montrent d'ailleurs ces images. D'autre part, dans le traitement de l'information, le journaliste veut valoriser l'image du royaume des Pays-Bas sans évoquer la perte réelle que représente cet événement pour lui : il insiste même sur la nouvelle Union "à la tête de laquelle demeure la reine", alors que celle-ci n'a aucune incidence concrète. Il s'agit ici de montrer que cette prise d'indépendance de l'Indonésie résulte de la libre volonté des deux parties et non d'une épreuve de force qui a tourné en défaveur de la puissance coloniale hollandaise.

Emeline Vanthuyne

Transcription

Journaliste
A Amsterdam, dans la salle de marbre du palais royal, la Reine Juliana des Pays-Bas, accompagnée des membres du gouvernement néerlandais, a officiellement proclamé l'indépendance de l'Indonésie. Par cet acte, la Reine accorde la souveraineté aux seize états qui formeront désormais la République des états unis d'Indonésie. Après trois cent cinquante années de colonisation hollandaise, les Îles de la Sonde se trouvent aujourd'hui unies aux Pays-Bas par la nouvelle union à la tête de laquelle demeure la reine Juliana.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque