L'allongement de la scolarité jusqu'à 16 ans

30 septembre 1968
01m 57s
Réf. 01804

Notice

Résumé :

La réforme Berthoin entrée en vigueur en 1967 prolonge l'obligation scolaire jusqu'à 16 ans et marque ainsi la volonté d'améliorer le niveau de culture général des jeunes Français.

Type de média :
Date de diffusion :
30 septembre 1968
Date d'événement :
1967
Personnalité(s) :
Lieux :

Contexte historique

La réforme Berthoin du 6 janvier 1959 prolonge l'obligation scolaire jusqu'à 16 ans pour tous les enfants âgés de 6 ans à cette date, et entre donc pleinement en vigueur en 1967. Cependant, cette mesure à forte portée symbolique accompagne davantage l'évolution de la société française qu'elle ne la provoque. En effet, à cette date, les trois quarts des jeunes prolongent leur scolarité au delà de 14 ans.

Cette mesure manifeste véritablement la volonté de la Ve République naissante de démocratiser l'enseignement et de favoriser l'égalité des chances. Ce sont en effet les enfants issus des milieux les plus défavorisés, les enfants des ouvriers et des agriculteurs, qui sont le plus susceptibles de quitter l'école prématurément, afin de subvenir aux besoins financiers de la famille. En allongeant l'obligation scolaire de deux années, le gouvernement entend ainsi accroître leur niveau de formation et de culture générale et leur offrir des chances d'ascension sociale renforcées.

Julie Le Gac

Éclairage média

Ce document tend à convaincre des bienfaits de la prolongation de l'obligation scolaire jusqu'à 16 ans. Il choisit le contraste comme principal outil didactique. Il y a tout d'abord une nette opposition entre l'attitude insouciante des étudiants recherchant des livres sur les étals du boulevard Saint Michel, et les gros plans sur les mains laborieuses d'une enfant aidant ses parents à des travaux artisanaux. Le langage familier de la fermière contraste par ailleurs avec celui très châtié de l'intervenant de la fin du document.

L'humour constitue également un ressort de persuasion. La fermière tout d'abord, adapte l'expression populaire "la cinquième roue du carrosse" au monde paysan, tandis que le dernier intervenant joue sur le double sens du mot "culture" pour justifier l'utilité de l'augmentation du niveau de culture général de la jeunesse française et répondre ainsi à la moue dubitative du fils de la fermière, bien captée par la caméra.

Julie Le Gac

Transcription

Journaliste
Cette année, quatre cent mille jeunes de quatorze à seize ans seront obligés, qu'ils le veuillent ou non, de poursuivre leurs études. La loi prolongeant la scolarité jusqu'à seize ans est entrée en vigueur l'an dernier. Depuis 1882, la scolarité n'était obligatoire en France que jusqu'à quatorze ans. Or, pour qu'une nation soit compétitive dans le monde moderne, il faut élever son niveau intellectuel. D'après une enquête réalisée par l'Union nationale des associations familiales, soixante-quinze pour cent des enfant poursuivent leurs études au-delà de l'âge obligatoire. Cette loi concerne donc les autres. Elle concerne généralement les enfants des ouvriers et des paysans, ceux qui suivent l'exemple de leur parents et de leurs grands-parents.
Inconnue
L'école primaire jusque seize ans, c'est très beau, mais à seize ans, qu'est-ce qu'ils veulent apprendre, il faut qu'ils aillent en apprentissage, après ? Ça leur fait déjà tard, hein !
Journaliste
Mais la culture, c'est important aujourd'hui.
Inconnue 2
Vous savez, la culture, hein, c'est la cinquième roue de la charrette, maintenant.
Inconnu
Même pour la culture, au sens où l'entend cette fermière, il est nécessaire d'avoir l'autre culture, c'est-à-dire un enseignement de plus en plus développé. C'est une question liée au progrès général de l'humanité, c'est une situation irréversible, on a besoin de plus en plus d'enseignement, et d'un enseignement mieux adapté aussi aux enfants qui sont quelquefois rebutés par les études : il faut donc non pas adapter les enfants à ces études, mais adapter ces études aux enfants, ça c'est essentiel. Si l'on veut que l'on se mette au rang des nations les plus développées, il faut bien commencer par prolonger jusqu'à seize ans, en attendant d'ailleurs dix-huit, comme cela est déjà réalisé dans d'autres pays.