La première Journée d'Appel de Préparation à la Défense

03 octobre 1998
02m 16s
Réf. 01814

Notice

Résumé :

Au camp de La Lande d'Ouée, des jeunes participent à la première Journée d'Appel de Préparation à la Défense.

Date de diffusion :
03 octobre 1998

Contexte historique

Le 22 février 1996, le président de la République Jacques Chirac annonce sa décision de professionnaliser les armées françaises. La loi du 28 octobre 1997 en prend acte et met fin au service national : elle suspend l'appel sous les drapeaux pour les jeunes gens nés à partir du 1er janvier 1979. Instauré sous sa forme moderne par la loi du 21 mars 1905, le service militaire obligatoire disparaît de fait en novembre 2001, avec le départ des casernes des derniers appelés, bien que selon le terme de la loi de 1997 il ne soit que "suspendu".

Afin de remplacer le service national, cette loi instaure un "parcours de citoyenneté" qui comporte trois étapes : l'enseignement de la Défense pendant la scolarité ; le recensement obligatoire dans les mairies de l'ensemble des jeunes garçons et filles à l'âge de 16 ans ; et enfin l'instauration d'une Journée d'Appel de Préparation à la Défense (JAPD). Organisée à partir du 3 octobre 1998 dans quelque 250 sites, dont la grande majorité sont militaires, cette journée est obligatoire pour l'ensemble de la jeunesse française et ne s'adresse pas qu'aux seuls jeunes hommes. Ceux-ci sont en effet rejoints à partir du 8 avril 2000 par les jeunes filles, alors que du temps du service national, elles n'étaient même pas convoquées pour passer des tests. Ce sont donc environ 800 000 jeunes Français et Françaises âgés de 17 et 18 ans qui sont accueillis par les armées chaque année le temps d'une journée.

Cette JAPD a pour but principal de sensibiliser les jeunes sur les enjeux de la Défense et de les informer sur les principaux métiers offerts par l'armée. Dans cette perspective, les jeunes, par groupes d'une quarantaine, écoutent une série d'exposés illustrés de montages audiovisuels. Ils passent également une batterie de tests d'évaluation de leur connaissance de la langue française. Par ce biais, la JAPD joue un rôle notable dans la dépistage de l'illettrisme : en 2004, sur 820 774 jeunes présents à la JAPD, 84 364 ont été détectés en difficulté de lecture. A l'issue des tests, il est ainsi proposé à ces jeunes en situation d'illettrisme une orientation vers des organismes spécialisés des ministères de l'Education nationale et de l'Emploi. Il est à noter qu'à la fin de la journée, un certificat de participation est remis à l'ensemble des jeunes, qui est par la suite requis pour s'inscrire aux examens et concours publics.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce sujet, diffusé au journal télévisé de 20 heures de France 2, s'emploie à relater la première Journée d'Appel de Préparation à la Défense (JAPD) qui s'est déroulée le jour même - il est à noter que dans son lancement la présentatrice Béatrice Schönberg commet une erreur et évoque une "journée d'appel de participation". La rédaction de France 2 a choisi d'illustrer cette journée par un reportage dans la caserne du 11e Régiment d'artillerie de marine à La Lande d'Ouée : cette JAPD est donc érigée en exemple-type de l'ensemble de celles organisées à partir du 3 octobre 1998. Traiter un thème général en se centrant sur un exemple précis est un procédé auquel ont fréquemment recours les reportages tournés pour les journaux télévisés. Ce sujet s'attache donc à décrire cette première JAPD à La Lande d'Ouée, débutant en quelque sorte par la fin : il s'ouvre par un gros plan sur le certificat de participation remis à chaque jeune au terme de la journée. Ensuite, de manière habituelle, le reportage alterne images commentées et interviews.

Les images proposées visent à présenter la caserne dans laquelle est organisée la JAPD ainsi que son déroulement : les jeunes gens sont filmés dans des salles de cours où ils assistent à des présentations sur la Défense, visionnent des films qui incitent au recrutement et passent les tests de langue française. Les interviews ont elles pour but de rendre plus vivant le reportage. Elles donnent à entendre différentes opinions émises par des jeunes sur la JAPD que le journaliste a jugées significatives, et en contrepoint celle du général Maurice Godinot.

Christophe Gracieux

Transcription

Béatrice Schönberg
Depuis ce matin, quelques quinze mille jeunes français ont inauguré la nouvelle formule qui vient en remplacement du service militaire : une journée, une seule journée, de l'Appel de participation à la Défense. Un parcours de citoyenneté que devront également suivre les jeunes filles dès l'an 2000. Reportage sur la base du 11ème régiment d'artillerie de marine, près de Rennes, Jacques Deveoux.
Inconnue
Voilà, donc vous pourrez le signer.
Inconnu
Oui, ok.
Jacques Deveoux
Leur certificat en poche, les trente-neuf jeunes appelés au camp de la Lande d'Oué terminent leur journée de préparation à la Défense. un certificat indispensable qui leur sera réclamé pour passer le bac ou le permis de conduire.
Gwénael
On vient pour le papier, c'est vrai, la première chose, mais c'est quand même sympa on découvre un peu les militaires, puis ils sont sympas avec nous cette journée-là, c'est peut-être la seule journée de l'année où ils sont gentils avec nous. C'est comme ça que ça se passe, il n'y a rien de spécial, ils nous bourrent un peu le crâne avec les informations. Et puis, je pense que c'est comme ça que verront un peu tous les jeunes cette journée-là.
Jacques Deveoux
Depuis huit heures trente ce matin, la journée a été chargée. Au programme : la politique de défense de la France, l'organisation de l'armée, son rôle, les grades : Un vaste cours d'instruction civique accompagné d'un soupçon de recrutement.
Inconnue 2
L'Armée de Terre va engager chaque année dix mille jeunes. Elle devient alors la première entreprise française en matière de recrutement.
Maurice Godinot
La Défense en temps que ministère a pris sa grande part dans cette journée parce que c'est de sa, de sa mission première que de, d'être le bras armé du pays, et par conséquent de montrer ce que l'on sait faire, ce que l'on peut faire, et les menaces.
Jacques Deveoux
Si les jeunes ont subi des tests de maîtrise de la langue, ils n'auront pas vu beaucoup de soldats, ni beaucoup d'armes. Un paradoxe dans un régiment d'élite qui a participé notamment à la Guerre du Golfe.
Mathieu
Ça m'aurait tenté de faire, je sais pas, pas peut-être dix mois, mais six mois, six mois, le temps de voir ce que c'est, parce que là on a une idée vague par les films et par ce qu'ils nous ont dit, mais ça nous a pas donné grand chose.
Inconnu 2
C'est pas la journée la plus intéressante que j'ai passée mais, par rapport à nos parents, mon père qui a fait dix-huit mois et mon frère dix mois, on est gâtés quand même. Mais bon c'es vrai que je sais pas si c'est très utile quoi.
Jacques Deveoux
Une journée en tout cas historique : elle marque la fin d'un service national instauré dans sa forme moderne en 1905.