L'abandon de l'objectif de 80% de bacheliers

19 juin 2002
38s
Réf. 01815

Notice

Résumé :

En juin 2002, le Gouvernement renonce officiellement à l'objectif annoncé par Jean-Pierre Chevènement en 1985 de mener 80% d'une classe d'âge au baccalauréat.

Date de diffusion :
19 juin 2002
Date d'événement :
12 juin 2002
Source :
Lieux :

Contexte historique

C'est en 1985 que Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l'Education Nationale, lance l'objectif de mener 80% d'une classe d'âge au baccalauréat. Repris dans la loi d'orientation de Lionel Jospin en 1989, le projet peine à entrer dans les faits, et, à la veille de la session 2002 du baccalauréat, Xavier Darcos, ministre délégué à l'enseignement scolaire, renonce à cet objectif, jugé irréaliste.

En effet, si le baccalauréat, créé par Napoléon en 1808 n'est plus cette institution élitiste dont seuls 1% étaient titulaires en 1901, puis 5% en 1951, le seuil des 60% atteint en 1995, apparaît progressivement comme un cap infranchissable. En outre, dans un contexte de fort chômage, cette annonce de Xavier Darcos relance la réflexion sur la formation des jeunes ainsi que sur les places conjuguées de l'enseignement technique et de l'enseignement général en France. Plus généralement, le rôle démocratique du baccalauréat, véritable sésame républicain vers l'enseignement supérieur est ainsi remis en question. En juin 2006, cependant, pour la première fois depuis la session si particulière de 1968, et après une année scolaire elle aussi perturbée par des manifestations lycéennes, le taux de réussite au bac atteint 81,9%.

Julie Le Gac

Éclairage média

Ce court lancement plateau de David Pujadas, se révèle, malgré les erreurs du présentateur dans la lecture des chiffres énoncés, clair et riche en informations. En effet, des statistiques en surimpression, lues par le journaliste, s'attachent à souligner la progression constante de la proportion de bacheliers en France jusqu'à une date récente. Dans un second temps, David Pujadas présente de manière concise les termes du débat, avant de céder la parole à des acteurs et des spécialistes de l'éducation en France.

Julie Le Gac

Transcription

David Pujadas
Autre initiative du gouvernement intervenue juste avant les épreuves du baccalauréat : l'abandon de l'objectif de 80 % d'une classe d'âge au niveau du bac. Alors, c'est la fin d'un dogme ou d'une ambition, c'est selon. Le débat est très vif. Là encore, quelques chiffres qu'il faut avoir présents à l'esprit : on comptait 1 % de bacheliers en 1900, 5 % cinquante ans plus tard, 21 % en 1981, 63 % en 95.
Journaliste
Depuis, le chiffre stagne et même régresse légèrement. Alors, pour certains, il faut maintenir l'objectif coûte que coûte car la culture générale acquise profite à tous. Pour d'autres, au contraire, il faut réhabiliter les filières techniques.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque