L'essor de l'e-commerce

05 février 2004
02m 02s
Réf. 01822

Notice

Résumé :

Depuis 2003, l'e-commerce connaît un développement massif, en raison de la familiarisation de la population française avec la micro-informatique et d'une confiance croissante dans la sécurité des paiements sur internet

Date de diffusion :
05 février 2004
Source :
(Collection: 13 heures le journal )
Lieux :

Contexte historique

Le commerce connaît lui aussi les effets de la Révolution Internet, avec le formidable essor du commerce électronique depuis 2003. Si en 2003, les entreprises françaises réalisaient 4 milliards d'euros de ventes sur internet, le montant de ces ventes dépasse 6 milliards d'euros en 2004, ce qui représente une progression de plus de 50% en valeur par rapport à 2003. Cet essor de l'e-commerce se révèle plus tardif en France que chez ses voisins européens. En 2002, seule une entreprise française sur deux disposait d'un site en ligne, contre 95% au Royaume Uni ou 80% en Allemagne. Ce retard peut notamment s'expliquer par la méfiance des consommateurs à l'égard du paiement en ligne. Ainsi, pour 44% d'entre eux, en 2002-2003, la sécurité des paiements n'était pas assurée, mais seuls 3% des acheteurs déclaraient avoir effectivement rencontré des problèmes de sécurité.

Les vendeurs ont dès lors renforcé les systèmes de sécurité des transactions et axé leur communication sur cette question. Le commerce électronique n'est pour l'instant attractif que pour certains produits : les voyages (y compris les transports), qui représentent 25,3% des ventes sur Internet en 2003, l'hôtellerie et la restauration à hauteur de 12,1%, puis le matériel informatique (9,8%) et la téléphonie mobile (9,3%). Parallèlement, le commerce en ligne se démocratise en raison de l'équipement progressif des ménages en matériel micro-informatique et de la plus grande familiarisation des jeunes générations à Internet. Toutefois, les cadres supérieurs, mieux équipés en matériel informatique, demeurent surreprésentés parmi les cyberconsommateurs : alors qu'ils ne représentent que 6% de la population des plus de 15 ans, 40% des acheteurs en ligne sont ainsi des cadres supérieurs.

Julie Le Gac

Éclairage média

Ce document a pour objectif de souligner l'essor et la démocratisation du commerce en ligne. Au delà des chiffres présentés de manière claire par le présentateur lors du lancement plateau, et rappelés par le PDG de Fnac.com au cours du reportage, l'accent est mis sur la démocratisation de cette nouvelle pratique de consommation. Ainsi, le choix du cyberconsommateur n'est pas anodin : il s'agit d'un retraité et non d'un jeune cadre urbain, comme le sont encore la majorité des utilisateurs. Les gros plans sur l'écran d'ordinateur et le geste d'achat, symbolisé par un simple clic de la souris, soulignent la simplicité de la transaction.

Parallèlement, le plan plus large sur le salon du retraité, un salon dont l'atmosphère paisible est renforcée par la présence d'un chat en arrière plan, tend quant à lui à rappeler que l'e-commerce s'adresse désormais à l'ensemble de la population et est un moyen d'achat sûr, qui n'est pas réservé aux aventuriers. Le confort attaché à ces opérations, effectuées de son propre domicile et à n'importe quelle heure, est lui aussi mis en avant. L'attention se porte dans un second temps, sur les distributeurs, avec l'exemple des entrepôts de la Fnac.com, un entrepôt, lui aussi à l'allure classique, ce qui permet une nouvelle fois de démythifier le commerce en ligne.

Julie Le Gac

Transcription

Journaliste
Si la Poste est concurrencée par des méthodes de transmission plus modernes que la fameuse lettre, comme le fax, le commerce traditionnel, lui, commence à avoir ses plates-bandes piétinées par l'e-commerce, le commerce sur l'Internet. Ce type de relations entre vendeurs-acheteurs connaît un véritable boum : plus 56% l'an dernier en France. Visiblement les internautes ont aujourd'hui confiance dans les transactions financières en ligne, ce qui posait problème auparavant. David Boérie.
David Boéri
A soixante ans, ce retraité est un consommateur branché. Il a pris l'habitude de faire ses courses chez lui, sur son ordinateur. Connecté à Internet, il commande en quelques clics des livres, des CD, des jeux vidéos pour son petit fils, ou même des billets de train.
Pierre Razema
Je peux faire ça à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, je peux également ne pas avoir à faire, et je ne fais pas la queue aux différents guichets, et en plus j'ai les billets qui arrivent directement ici ou je peux même les imprimer. Dans ce cas-là je vois pas pourquoi je me priverais de ce service, en fait.
David Boéri
Comme lui, des millions de Français font aujourd'hui leurs courses sur le Net. En 2003, les ventes de ce qu'on appelle l'e-commerce ont augmenté de cinquante-six pour cent, une activité qui est devenue rentable. Nous sommes dans l'entrepôt d'un magasin virtuel appartenant à une célèbre enseigne. Pour la première fois, ce secteur a réalisé l'an dernier des bénéfices.
Yann Janloning
C'est en fait depuis vraiment 2003 que les acteurs avec les bons modèles économiques se sont réellement installés, et c'est vraiment 2003 qui est l'année du redépart d'Internet avec des modèles extrêmement crédibles.
David Boéri
Car aujourd'hui, les clients ne sont plus uniquement de jeunes cadres urbains. Ils viennent de tous horizons et ont quasiment de sept à soixante dix-sept ans.
Henri (de) Maudlanc
L'Internet se banalise, il y a vingt millions d'internautes, même vingt-et-un, il y a huit millions d'acheteurs, et sur les huit millions d'acheteurs il y a de plus en plus monsieur et madame tout-le-monde.
David Boéri
Et la tendance devrait se poursuivre, car l'accès à Internet devient de plus en plus simple, de plus en plus rapide, et de plus en plus sûr.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque