L'inauguration du tunnel du Mont-Blanc

21 juillet 1965
01m 06s
Réf. 01828

Notice

Résumé :

Le 16 juillet 1965, le général de Gaulle et le président de la République italienne Giuseppe Saragat inaugurent le tunnel du Mont-Blanc.

Type de média :
Date de diffusion :
21 juillet 1965
Date d'événement :
16 juillet 1965
Source :

Contexte historique

Le projet d'un tunnel reliant la vallée de Chamonix au Val d'Aoste voit le jour peu après la Seconde Guerre mondiale. Désireuses d'accroître leurs échanges, la France et l'Italie souhaitent améliorer leurs voies de communications à travers les Alpes. Dès 1949, une commission est chargée d'étudier l'éventualité d'un tunnel routier sous le plus haut sommet d'Europe (4 807 mètres), le Mont-Blanc. Et le 14 mars 1953, la France et l'Italie signent une convention prévoyant la construction et l'exploitation de l'ouvrage, ratifiée en 1954 par le Parlement italien et en 1957 par le Parlement français.

Cette initiative franco-italienne apparaît alors d'autant plus symbolique que les deux pays participent activement à la naissance de la Communauté économique européenne, instituée par le traité de Rome du 25 mars 1957. Débuté en 1959, le percement du tunnel sous le Mont-Blanc est délicat et 21 personnes y laissent la vie. Ce n'est qu'en août 1962 que les équipes de forage françaises et italiennes opèrent leur jonction. L'ouvrage, une galerie unique à double sens de circulation d'une longueur totale de 11,6 kilomètres de Chamonix à Courmayeur - 7 640 m sur le territoire français et 3 960 m sur le territoire italien -, est inauguré le 16 juillet 1965, conjointement par le général de Gaulle et le président de la République italienne Giuseppe Saragat. Cette inauguration a lieu dans un contexte de crise européenne, la France pratiquant la politique de la "chaise vide" depuis le début du mois de juillet 1965. Géré en deux parties par deux sociétés concessionnaires française et italienne, le tunnel du Mont-Blanc est ouvert à la circulation routière le 19 juillet 1965. Il connaît rapidement le succès puisque dès 1966, 548 000 véhicules de tourisme l'empruntent. Le trafic ne cesse alors de croître et le tunnel du Mont-Blanc devient, avec celui du Fréjus en Savoie, un axe majeur du transport routier international entre l'Europe du Nord et l'Europe du Sud: environ 2 millions de véhicules, dont près de 750 000 poids lourds passent ainsi sous le tunnel en 1998.

Cependant le 24 mars 1999, à la suite de l'incendie d'un camion dans sa partie centrale, l'ouvrage est ravagé par les flammes. 39 personnes y périssent. Cette catastrophe met en évidence les défaillances des systèmes d'alerte et de sécurité dans le tunnel. Ce dernier reste donc fermé durant trois années. Il ne rouvre à la circulation qu'en mars 2002, après d'importants travaux de réfection et de refonte du système de sécurité. L'incendie du tunnel du Mont-Blanc a également mis en lumière le problème de l'engorgement et de la pollution des vallées alpines de Chamonix et de la Maurienne (le tunnel du Fréjus a été saturé dès la fermeture de celui du Mont-Blanc) par le trafic des poids lourds.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce court sujet des Actualités françaises s'emploie à rendre compte de l'inauguration du tunnel du Mont-Blanc. Il présente des plans typiques de ce genre de cérémonie : les deux présidents entourés de personnalités, coupant les traditionnels rubans et prenant ensuite place à bord d'une voiture officielle qui emprunte le tunnel et passe la foule des spectateurs. Il est à noter que le reportage n'insère aucun extrait des discours de de Gaulle et de Saragat et se contente d'y faire brièvement référence. Si ce sujet apparaît de facture très classique, il l'est beaucoup moins dans sa partie terminale. Pris lui-même dans la bousculade des photographes et des cameramen autour des deux chefs d'Etat à leur sortie du tunnel du côté italien, le preneur de vues des Actualités françaises propose des images instables. C'est du reste l'occasion de voir au travail photographes et cameramen qui se battent afin d'immortaliser l'arrivée de de Gaulle et de Saragat pour le compte des organes de la presse écrite et de la presse filmée.

Ce sujet s'attache en outre à mettre en scène le tunnel du Mont-Blanc lui-même. L'entrée du côté français est d'abord filmée. Puis l'intérieur de l'ouvrage est présenté à l'aide de travellings réalisés depuis un véhicule, tandis que le commentateur décrit les principales caractéristiques du tunnel. Appuyé par la musique, il insiste de manière emphatique sur la grandeur de cette réalisation ("il n'y aura désormais plus d'Alpes", "la montagne est vaincue"), comme dans de nombreux reportages des Actualités françaises.

Christophe Gracieux

Transcription

Journaliste
Il n'y avait déjà plus de Pyrénées, il n'y aura désormais plus d'Alpes. Le tunnel du Mont-blanc a été inauguré par le Général De Gaulle et Monsieur Giuseppe Saragat, Président de la République italienne. Après six années d'efforts, la montagne est vaincue. Aujourd'hui, le plus long tunnel du monde s'étire sur onze mille six cent mètres de long et sur sept mètres de large. L'éclairage, d'abord brillant, diminue au fur et à mesure que l'on s'enfonce au coeur de la montagne, où la frontière est symboliquement tracée. Limités dans leur vitesse, les automobilistes rouleront sous une voûte de six mètres sillonnée par quatre conduits chargés d'assurer la ventilation de la galerie. Les deux chefs d'État ont rendu hommage aux efforts et au talent de tous ceux qui, par cette magnifique réalisation, ont permis de relier le Val d'Aoste à la vallée de Chamonix.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque