Les troupes allemandes envahissent la Pologne

01 septembre 1939
01m 26s
Réf. 02000

Notice

Résumé :

Le 1er septembre 1939, les troupes allemandes envahissent la Pologne : infanterie et blindés allemands progressent rapidement au sein du territoire polonais, tandis que l'aviation se livre au bombardement des villes et des sites stratégiques.

Type de média :
Date de diffusion :
01 septembre 1939
Source :
Personnalité(s) :

Contexte historique

L'attaque de la Pologne par l'Allemagne en septembre 1939, nouvelle provocation d'Hitler dans le cadre de sa politique de révision des traités et d'expansion, marque les débuts de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Après l'Anschluss et le démembrement de la Tchécoslovaquie, la Pologne constitue la cible suivante d'Hitler dans sa volonté de réviser le traité de Versailles (supprimer le couloir de Dantzig et rattacher la Prusse orientale) et de construire une "Grande allemagne" (agrandie vers l'Est).

Ayant renforcé son alliance militaire avec Mussolini (pacte d'Acier du 22 mai 1939) et obtenu la garantie que Staline n'interviendrait pas contre lui (pacte germano-soviétique du 23 août 1939), Hitler décide de lancer au petit matin du 1er septembre 1939 ses troupes aériennes et terrestres contre la Pologne : 48 divisions, dont six blindées, appuyées par 1400 avions, envahissent le territoire polonais depuis des bases de départ situées en Prusse Orientale, en Poméranie, en Silésie et en Slovaquie. C'est lors de cette attaque contre la Pologne que les Allemands mettent en oeuvre pour la première fois la stratégie de la Blitzkrieg ("Guerre éclair"). Le plan d'invasion de la Pologne, dit "plan Blanc", prone une destruction rapide par l'aviation allemande des voies de communication, des aérodromes, des usines et des concentrations de troupes de l'adversaire. Les troupes terrestres n'ont plus ensuite qu'à occuper un territoire abandonné par les troupes polonaises soumises à d'incessantes attaques aériennes et obligées de battre en retraite. Les soldats polonais font pourtant preuve de bravoure mais ne peuvent s'opposer à l'écrasante supériorité technique allemande (on vit même quelques divisions de lanciers polonais charger à cheval de manière désespérée contre les blindés allemands).

L'avancée allemande est fulgurante : dès le 5 septembre, le gouvernement polonais quitte Varsovie pour Lublin. Le 15 septembre, la capitale polonaise est investie. Ses derniers défenseurs se rendent le 27 septembre. Contrairement à ce qu'espérait Hitler, l'attaque contre la Pologne ne provoque pas une nouvelle reculade de l'Angleterre et de la France, comme cela avait été le cas lors de la conférence de Munich (1938). Conformément aux promesses faites à leurs alliés polonais, les gouvernements anglais et français déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939. L'attaque allemande contre la Pologne marque ainsi le début de la Seconde Guerre mondiale. Mais tandis que la Pologne s'effondre sous les coups de la Blitzkrieg, la France et l'Angleterre s'enlisent dans la "drôle de guerre".

Fabrice Grenard

Éclairage média

Cet extrait du Journal France Actualités Gaumont sur l'attaque allemande contre la Pologne insiste particulièrement sur la notion "d'agression" : les images montrant des troupes allemandes poussant des barrières frontalières et détruisant les symboles de l'Etat polonais (drapeaux et emblèmes) renforcent l'idée de violation du territoire polonais au mépris de toutes les conventions internationales.

Les images, sur lesquelles se superposent les commentaires de l'ambassadeur de France à Varsovie, Léon Noël, sont une parfaite illustration de la stratégie de la Blitzkrieg : des escadres d'avions se livrent à des bombardements et des attaques en piqué contre les lieux les plus stratégiques (voies, routes, ponts, villes...) tandis que l'infanterie allemande se contente ensuite d'occuper les territoires abandonnés par l'armée polonaise.

Si le reportage insiste sur la supériorité technique de l'armée allemande, il n'est fait aucune mention du courage et de la bravoure avec lesquels se défendit l'armée polonaise (totalement absente sur les images d'ailleurs).

Fabrice Grenard

Transcription

Journaliste
Le 1er septembre 1939, Hitler annonce au Reichstag que depuis ce même jour 5h45 l'Allemagne tire sur la Pologne. L'agression est commencée. Le premier règle polonais arraché : les barrières symboliques des frontières sont ouvertes. Les impressions de Monsieur Noël, notre ambassadeur à Varsovie, sont les plus sûrs commentaires des images de cette guerre. Les causes de la défaite de la Pologne, exprime-t-il, sont avant tout dans la supériorité écrasante du matériel allemand. Pour la première fois les divisions blindés jouent un rôle essentiel, l'infanterie allemande n'a joué qu'un rôle d'occupation. Les troupes polonaises ont résisté avec héroïsme, mais elles étaient impuissantes contre les engins blindés.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque