La participation de l'organisation des Jeunesses hitlériennes au 7ème congrès du parti nazi à Nüremberg

10 septembre 1935
01m 44s
Réf. 02031

Notice

Résumé :

L'organisation des Jeunesses hitlériennes participe au grand rassemblement du parti nazi à l'occasion du congrès de Nüremberg. Quittant leur campement, les jeunes militants paradent jusqu'au coeur du stade de Nüremberg.

Type de média :
Date de diffusion :
10 septembre 1935
Source :
Personnalité(s) :
Lieux :

Contexte historique

Au sein des régimes totalitaires, la volonté d'exercer un encradrement total sur la société trouve notamment sa principale manifestation dans la mise en place d'organisations de jeunesse. L'objectif consiste à former les générations futures dans le cadre idéologique du régime en place et à préparer l'avenir du pays ou celui du parti au pouvoir en formant ses futurs membres. En Allemagne, le parti national-socialiste se dote d'organisations de jeunesse dès 1926. Ces organisations comprennent le "Jungvolk", rassemblant les garçons jusqu'à l'âge de 14 ans (l'équivalent pour les jeunes filles était le "Jungmädelbund") et les "Hitler Jugend" rassemblant les adolescents de 14 à 18 ans (pour les jeunes filles du même âge, il s'agissait du "Bund Deutscher Mädel").

Une fois au pouvoir (janvier 1933), Hitler supprime progressivement toutes les autres organisations de jeunesse, particulièrement nombreuses en Allemagne (cf. le mouvement du Wandervogel), tandis qu'une loi du 1er décembre 1936 oblige toute la jeunesse allemande à entrer dans la Hitler Jugend, dont la direction est confiée à Balduch von Schirach. Le nombre d'adhérents connaît une progression croissante tout au long de la période : de 25 000 en 1930, les effectifs des organisations de jeunesse s'élèvent à 2,2 millions en 1933, année de l'accession d'Hitler au pouvoir, puis à 5 millions en 1936, lorsque l'adhésion devient obligatoire. Dans le cadre de ces organisations de jeunesse, les jeunes allemands apprennent à devenir des sujets obéissants, élevés dans le culte du Führer et dans l'idéologie nazie. Les garçons, soumis à un important entraînement physique, sont préparés à devenir des soldats, tandis que les jeunes filles apprennent surtout les tâches domestiques, pour les préparer à leur vie de femmes au foyer et de mères de famille. Les organisations de jeunesse se livrent également à de grandes parades lors des manifestations du parti, notamment à l'occasion des congrès de Nüremberg. Elles organisent par ailleurs chaque année leur propre rassemblement.

Cette volonté d'exercer un contrôle total sur la jeunesse se heurte toutefois à la résistance des Eglises catholique et protestante, qui se voient interdire de posséder leurs propres organisations et critiquent le monopole nazi. Dans l'ensemble, l'Allemagne nazie est sans doute le régime totalitaire qui a su parvenir à l'encadrement le plus total de sa jeunesse. Aux organisations de jeunesse évoquées ici s'ajoutent également les Adolf Hitler Schulen (les établissements d'éducation nationale-socialiste), qui ne dépendent que du parti et sont destinées à en former les futurs cadres, tandis qu'à toutes les strates de l'enseignement primaire, secondaire et supérieur, les programmes sont établis dans le sens de l'idéologie du nouveau régime. Cet encadrement de la jeunesse ne fait que s'accentuer avec le temps, notamment avec les débuts de la guerre, car tout jeune allemand devient alors un soldat en puissance. Arthur Axman succédant à Baldur von Schirach à la tête des organisations de jeunesse en 1940, celles-ci sont transformées en forces auxiliaires utiles dans un contexte de guerre. Les jeunesses hitlériennes assistent les pompiers dans les villes bombardées, accomplissent des missions dans le service postal, les chemins de fer ou les équipes de défense anti-aérienne. A la fin de la guerre, beaucoup d'adolescents sont mobilisés dans le cadre du Volkstum pour servir comme soldat.

Il convient de noter enfin que la majorité de ceux qui ont été embrigadés au sein des jeunesses hitlériennes sont nés entre 1920 et 1930. Ils forment donc la génération adulte de l'après-guerre et des années 1970-1980. Il n'a donc pas été rare pour les dirigeants allemands de cette période d'être passé dans les Hitler Jugend. Mais comme les organisations ont été rendues obligatoires en 1936, il n'y a pas eu de volonté de bannir les hommes politiques ayant servi dans ces organisations, à partir du moment où ils n'ont pas eu le choix.

Fabrice Grenard

Éclairage média

Le reportage montre que les organisations de jeunesse sont des acteurs essentiels des congrès annuels du parti, au même titre que les différentes formations paramilitaires (SA, troupes d'assaut, SS...). Plusieurs dizaines de milliers de jeunes allemands affluent à chaque congrès pour remplir les stades et participer aux grandes parades nazies.

A travers les différentes activités effectuées, les images permettent de souligner en creux les différentes valeurs et les apprentissages qui sont enseignés aux jeunes allemands embrigadés dans les organisations de jeunesse : la camaraderie et la vie collective (vie en groupe dans un camp), la discipline (ordre), l'entraînement militaire (port de l'uniforme, défilé au pas...), l'amour du parti (croix-gammées omniprésentes).

Fabrice Grenard

Transcription

Document muet

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque