Interview d'Aimé Maeght à l'occasion du dixième anniversaire de la Fondation Maeght

05 août 1974
01m 51s
Réf. 03074

Notice

Résumé :

A l'occasion du dixième anniversaire de la Fondation Maeght qu'il a créée en 1964, Aimé Maeght est interrogé sur son succès et ses futurs projets.

Date de diffusion :
05 août 1974
Date d'événement :
24 juillet 1964
Source :
ORTF (Collection: JT 13H )
Personnalité(s) :

Contexte historique

La Fondation Maeght est un exemple unique de fondation privée d'art moderne et contemporain en Europe. Elle est due à l'action d'un couple de marchands d'art, Marguerite et Aimé Maeght. Avant cette Fondation, ils avaient ouverts plusieurs galeries, la première à Cannes en 1936, puis une à Paris en 1945, rue de Téhéran. Les Maeght se sont ainsi liés avec de nombreux artistes comme Pierre Bonnard, Georges Braque, Joan Miro, Marc Chagall ou Alberto Giacometti. C'est d'ailleurs Braque qui leur aurait conseillé d'ouvrir un musée pour présenter leur collection personnelle.

A proximité du village de Saint-Paul-de-Vence, sur la colline des Gardettes, la Fondation Maeght est inaugurée le 24 juillet 1964 en présence d'André Malraux. Ce dernier salue cette création: "Dans des milliers d'années, quelqu'un se trouvant sur ces ruines mettra peut-être une plaque indiquant qu'il s'est passé ici un moment de l'histoire et de l'esprit". Le bâtiment qui abrite la Fondation est l'oeuvre de l'architecte catalan José Lluis Sert, ami de Miro, qui a voulu respecter le paysage environnant en intégrant le musée dans la nature. En béton brut et en briques roses, il est entouré par les pins et par un parc.

De nombreux artistes ont participé à la construction de la Fondation: Braque réalise le bassin et les mosaïques de la chapelle avec Raoul Ubac, Miro un labyrinthe peuplé de sculptures et de céramiques, Giacometti la cour et Pol Bury la fontaine. La collection de la Fondation Maeght contient, elle, des oeuvres d'art modernes et contemporaines majeures, dont de nombreuses créations de Miro et de Giacometti.

La Fondation Maeght connaît un rapide succès et continue de se développer après la mort de Marguerite Maeght en 1977 et de son mari en 1981. Autonome, soutenue entièrement par un financement privé, elle accueille quelque 200 000 visiteurs par an, notamment pour des expositions temporaires qui, l'été, remplacent la collection permanente.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Cette interview d'Aimé Maeght célèbre le dixième anniversaire de la Fondation inaugurée le 24 juillet 1964. Elle a été réalisée dans le parc même de la Fondation Maeght comme en témoigne un bref plan d'une sculpture à la fin du sujet. Le fondateur est du reste interrogé devant un olivier, sur fond de chant des cigales.

Ces images filmées en extérieur sont très symboliques puisque l'architecte José Lluis Sert a précisément voulu créer un musée en symbiose avec la nature environnante. Aimé Maeght est seul visible à l'écran, le journaliste qui l'interviewe ne se trouvant jamais dans le champ de la caméra. Durant la majeure partie de l'entretien, Aimé Maeght est filmé en gros plan, de telle façon que son visage occupe la plupart de l'écran. Le cadrage n'est d'ailleurs pas toujours optimal. L'interview fait bien apparaître Aimé Maeght comme le fondateur et le maître d'oeuvre de ce musée: il définit ce qu'est la Fondation Maeght, insiste sur son succès et envisage son avenir en évoquant un projet audiovisuel.

Cet entretien n'est en fait qu'un extrait d'un reportage plus long, ce qui explique l'absence d'images des collections de la Fondation, hormis le rapide plan sur une sculpture située dans le parc.

Christophe Gracieux

Transcription

Journaliste
" Et maintenant, vous, Aimé Maeght, qu'est-ce que c'est que la Fondation Maeght après dix ans d'existence, jour pour jour, et que sera-t-elle demain ? ",
Aimé Maeght
" C'est une maison où tous les amis, tous les artistes, tous les poètes, tous les musiciens, tous les artistes se réunissent et sont autour de moi pour m'aider à réaliser, à lancer un message le plus large possible à des gens qui, actuellement, semblent s'y intéresser le plus possible, puisque nous avons une fréquentation de plus en plus importante. Disons que pour les dix années, nous avons tout de même eu un million et demi de visiteurs, en dix ans ",
Journaliste
" Ce message en faveur de l'art moderne ? ",
Aimé Maeght
" Oui, évidemment, en faveur de l'art moderne. Disons de l'art vivant. Vous permettez ? J'aime mieux ce terme-là ",
Journaliste
" Et dans deux ans, Aimé Maeght, la fondation Maeght aura doublé de surface au sol ? ",
Aimé Maeght
" Plus que doublé au sol, mais triplé en surface utilisable sur différents étages. Et en particulier, il y a un lieu transformable qui pourra contenir trois cents, huit cents ou mille spectateurs avec une scène éventuellement à l'italienne ou une scène au milieu des spectateurs, pour être une salle de cinéma, une salle de congrès, une salle de colloque, avec tout le matériel d'une salle d'enregistrement pour la radio, la télévision. Nous espérons y créer, à ce moment-là, une forme d'art qui se fait jour, c'est-à-dire cet audiovisuel dont on parle beaucoup mais en bénéficiant de l'expérience que nous avons tous, et l'aide de tous les artistes, donner des éléments pour l'audiovisuel de demain. C'est un mot que je déteste, le mot audiovisuel, mais enfin, il est pratique, tout le monde l'utilise ".