Portrait de Mayotte

28 avril 1991
02m 30s
Réf. 04551

Notice

Résumé :

Présentation de Mayotte, de sa géographie, sa population et son économie.

Type de média :
Date de diffusion :
28 avril 1991
Source :
RFO (Collection: Mascarines )

Contexte historique

Mayotte est devenue colonie française en 1841 à la suite de sa vente par le sultan Andriantsouli. Après avoir décidé à deux reprises, en 1974 et en 1976, de demeurer française au contraire des autres îles de l'archipel des Comores, elle reçut le statut de collectivité territoriale. La population de Mayotte est en grande partie issue d'un métissage entre des Bantous, des Malgaches et des Shiraziens. Elle est à 95% musulmane, de rite sunnite, et majoritairement non francophone: plus des deux tiers des Mahorais parlent peu ou mal le français, leur langue maternelle étant le shimaoré, d'origine swahilie, ou le shiboushi, d'origine malgache.

La population de Mayotte a connu une véritable explosion démographique: elle comptait 160 000 habitants en 2002 contre 47 000 en 1978, plus de 45 000 Mahorais habitant le chef-lieu de l'île, Mamoudzou. Cette croissance démographique est en grande partie due au mouvement naturel, le taux de fécondité se maintenant autour de plus de 5 enfants par femme. L'immigration clandestine apparaît également très élevée à Mayotte: selon l'Insee, l'île compterait 55 000 clandestins. Ces immigrés clandestins proviennent principalement des Comores, en particulier de l'île d'Anjouan, mais aussi de Madagascar et d'Afrique continentale. Les autorités françaises ont décidé d'accroître la répression de cette immigration clandestine et de renforcer les moyens matériels dévolus à la surveillance des côtes de Mayotte. En 2006, 13 253 reconduites de clandestins à la frontière ont ainsi été effectuées, soit 28% du total sur l'ensemble du territoire français.

L'économie de Mayotte demeure quant à elle fragile. Si le tertiaire se développe au détriment de l'agriculture traditionnelle, le chômage demeure très important. L'île dépend ainsi beaucoup des subventions publiques et ses infrastructures demeurent peu développées.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce sujet sur Mayotte a été diffusé sur FR3 le 28 avril 1991 dans l'émission 'Mascarines'. Emission hebdomadaire produite par le studio RFO Paris et diffusée durant une heure et demie sur l'antenne de FR3, 'Mascarines' avait pour but de présenter la vie et l'actualité des départements et territoires d'outre-mer, traitant aussi bien les événements politiques que culturels ou sportifs. Dans le cas présent, il ne s'agit en aucun cas d'un reportage d'actualité mais d'éclairage: il prend pour prétexte la commémoration du cent cinquantième anniversaire de la colonisation française de Mayotte en 1841 pour offrir un rapide tour d'horizon de l'île.

Ce sujet s'attache donc de manière très didactique à présenter les grandes caractéristiques géographiques, démographiques et économiques de Mayotte. Il s'appuie pour cela uniquement sur des images d'archives. Qu'elles soient aériennes ou non, elles ont pour simple vocation d'illustrer les commentaires du journaliste de RFO qui s'exprime lui-même sur fond de musique locale.

Christophe Gracieux

Transcription

Journaliste
Destination Mayotte, Mayotte surnommée aussi l'île au parfum, fête cette année le 150ème anniversaire de son rattachement volontaire à la France. De nombreuses festivités se déroulent déjà dans l'île depuis quelques temps, elles vont aussi se déplacer sur Paris, début mai. Et c'est pour nous, ici à Mascarine, l'occasion de mieux connaître ce petit bout de France de l'Océan Indien ; découverte.
Reporter
Dans un lagon de 140 Km de tour, Mayotte c'est avant tout deux îles : la grande et la petite terre, cette dernière dominée par le volcan Dziani, abrite sur ses 18 km2 quelques rares cultures et surtout 3 villages, Pamandzi, Labattoir et Dzaoudzi, la capitale administrative et le lieu historique de l'île.
Journaliste
Au dernier recensement, la population en majorité musulmane comptait 67167 personnes dont 54% a moins de 20 ans. Ses origines sont africaines, malgache, européenne, arabe, hindoue et chinoise. A Mayotte l'on parle essentiellement le mahorais qui est un dérivé de la langue swahili et de français.
Reporter
La vie est rythmée par les barges qui toutes les demies heures le matin et toutes les heures l'après-midi relient les deux îles, les deux populations et les deux activités car aucune ne peut se passer de l'autre, ne serait-ce que parce que la plus grande fournit l'eau potable et la plus petite abrite les réserves de carburant. Dzaoudzi la capitale administrative a toujours eu un rôle essentiel puisqu'elle fut le chef lieu des Comores jusqu'en 62 et qu'auparavant elle a toujours abrité des populations depuis qu'en 1790 les habitants, fuyant une invasion malgache, étaient venus pour s'y réfugier. La petite île abrite également l'aéroport qui relie Mayotte à La Réunion, à Madagascar et aux Comores. A un quart d'heure de barge, c'est la grande de terre et sa capitale Mamoudzou. Une grande terre qui s'étend sur 40 Km de long et 20 de large dessinant une sorte d'hippocampe dans le lagon, un hippocampe dont l'épine dorsale culmine à 653 mètres et dont toute la production se retrouve sur le marché quasi permanent de Mamoudzou. Les activités économiques sont assez réduites, outre l'agriculture, la pêche, un peu d'élevage, Mayotte doit importer la grande majorité de ses matières premières et cela se fait pour l'instant par chaland, la nature, si généreuse par ailleurs, n'ayant pas créée de port en eaux profondes. L'Homme, d'après les projets, devrait prochainement pallier ce manque.