Les 25 ans d'Arianespace au Centre spatial guyanais de Kourou

29 novembre 2005
01m 33s
Réf. 04561

Notice

Résumé :

Arianespace réalise le lancement de fusées à partir du Centre spatial guyanais de Kourou depuis 1980.

Date de diffusion :
29 novembre 2005
Source :
Lieux :

Contexte historique

A la suite de l'indépendance de l'Algérie et de l'abandon par la France du pas de tir d'Hammaguir, Georges Pompidou décide en 1964 de construire un centre spatial à Kourou, en Guyane. Plusieurs raisons mises en avant par le Centre national d'études spatiales (CNES), créé en 1961, expliquent ce choix.

Le site est d'abord localisé à proximité de l'équateur, ce qui permet d'accroître l'effet de fronde généré par la rotation de la terre. Il jouit également d'une très large ouverture sur l'océan Atlantique, ce qui réduit considérablement les risques pour la population, que l'on vise une orbite équatoriale ou polaire. En outre, la faible densité humaine à Kourou et dans ses environs permet d'occuper une zone très vaste. Enfin, la région se trouve à l'abri des séismes et des cyclones. Le Centre spatial guyanais (CSG) est ainsi construit sous l'égide du CNES à partir de 1965. De nombreuses infrastructures sont édifiées: un port est aménagé à Pariacabo sur le fleuve Kourou afin de transporter par bateau les modules des fusées construits en Europe, la piste de l'aéroport de Rochambeau est étendue, des logements et des équipements collectifs sont bâtis. Tous ces aménagements ont nécessité d'exproprier des familles, ensuite relogées à Kourou.

Le Centre spatial guyanais est opérationnel à partir de 1968. Le programme Ariane, conduit avec l'Agence spatiale européenne, s'implante sur la base de Kourou à partir de 1977, et le 24 décembre 1979 a lieu le premier lancement d'une fusée Ariane. En 1980, la société Arianespace, chargée de la production et du financement d'Ariane, voit le jour. Toutes les fusées Ariane sont ainsi lancées à partir du Centre spatial guyanais, dont le modèle le plus récent, le lanceur lourd Ariane 5 à partir de 1996. Par ailleurs, à compter de 2009, la base doit également accueillir les fusées russes Soyouz et les lanceurs légers italiens Vega. L'installation du CSG permet à Kourou de se développer fortement: elle passe de 659 habitants en 1961 à plus de 19 000 en 1999, ce qui en fait la deuxième ville la plus peuplée de Guyane derrière Cayenne.

Plus largement, les retombées du Centre spatial guyanais sur l'économie de la Guyane sont très importantes. Environ un cinquième de la population active en vit directement ou indirectement, ce qui en fait le premier employeur guyanais. L'activité spatiale représente 30% du chiffre des industries et services de Guyane. L'essor de la base de Kourou a aussi été bénéfique pour Cayenne et sa région, permettant notamment la modernisation des infrastructures routières, aéroportuaires et portuaires. Une centrale hydroélectrique a également été construite au Petit-Saut. L'impact du Centre spatial guyanais apparaît donc considérable aussi bien sur la région de Kourou que sur l'ensemble de la Guyane.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce sujet a été diffusé sur France 3 dans le cadre du journal de l'outre-mer réalisé par les équipes de RFO. En effet, bien que RFO soit devenu indépendant en 1983, un flash d'information sur l'actualité des départements et territoires d'outre-mer est programmé quotidiennement sur l'antenne de France 3 à la mi-journée, à la suite du journal télévisé national. Même s'il a également pour but d'informer les métropolitains sur les DOM-TOM, il est plus particulièrement destiné aux habitants d'outre-mer installés en métropole.

Dans le cas présent, ce sujet qui fait l'ouverture du journal de l'outre-mer saisit l'occasion du vingt-cinquième anniversaire d'Arianespace pour retracer brièvement l'histoire des lancements d'engins spatiaux à Kourou. Le récit de ces grandes étapes est illustré par des images d'archives, dont des plans classiques de lancements de fusées, ainsi que des installations de la base de Kourou. On peut remarquer l'absence d'images des scènes traditionnelles d'applaudissements et de joie des ingénieurs du Centre spatial guyanais lors du succès d'un lancement.

Christophe Gracieux

Transcription

Sandrine Colombo
Bonjour et bienvenue dans le journal de l'Outre mer. Cela fait un quart de siècle qu'Arianespace propose, depuis la Guyane française, ses services de transport spatial au reste du monde. En 25 ans d'existence la base de Kourou a fait décoller des dizaines de fusées sur un site équatorial qui favorise le lancement des satellites et qui en même temps est à l'abri des cyclones et des séismes.
Reporter
Etrange mariage que celui d'un morceau de forêt tropicale primaire et des technologies les plus avancées. C'est pourtant là, en Guyane, qu'Arianespace a pris son envol. Face aux géants américains et soviétiques, l'accès à l'espace représentait pour les européens une nécessité vitale. Autour du CNES, l'agence spatiale française, riche d'une expérience acquise dans le désert algérien, 36 partenaires européens et 13 institutions financières créent en 1980 Arianespace. Un quart de siècle plus tard le bilan est impressionnant, les deux tiers de lancement commerciaux mondiaux ont été effectués du centre spatial guyanais de Kourou où travaillent 1400 personnes. Inauguré en 1988, Ariane 4 est le premier lanceur à succès du consortium européen. Avant sa retraite en 2003, Ariane 4 aura mis sur orbite plus de 180 satellites pour les télécommunications, la météo ou l'observation. Ariane 5, plus grosse, pesant près de 800 tonnes est aujourd'hui capable de mettre sur orbite plusieurs satellites lors d'un même vol, y compris les plus gros du monde.