La richesse de la culture juive

03 septembre 2000
02m 03s
Réf. 04582

Notice

Résumé :

La culture juive est fondée à la fois sur le respect de la religion et sur l'histoire du peuple juif. Les 500 000 membres de la communauté française sont très attachés à la transmission de ces traditions.

Date de diffusion :
03 septembre 2000
Source :
France 2 (Collection: MIDI 2 )
Lieux :

Contexte historique

Alors que la politique d'assimilation a toujours constitué la règle de l'intégration des Juifs de France au sein de la République, depuis les années 1970, ces derniers ont davantage tendance à se penser en tant que communauté. Ce mouvement, né à la suite de l'afflux des Juifs d'Afrique du Nord en métropole, est renforcé la tendance pro-palestinienne adoptée par l'Etat français dans le cadre du conflit israélo-palestinien. Dans les années 2000, enfin le renouveau de l'antisémitisme en France, tend à resserrer les liens de la communauté juive.

Cette affirmation du communautarisme passe avant tout par la valorisation de la culture juive, qui se définit à la fois par sa religion et par l'histoire du peuple juif.

En 2007, la communauté juive française est estimée à 500 000 membres, dont plus de la moitié vit en région parisienne. 70% d'entre eux se considèrent comme séfarades, 23% comme ashkénazes et 6% comme héritiers des deux traditions. La pratique religieuse demeure modérée: seuls 20% des Juifs français affirment respecter totalement la tradition juive tandis que la plupart pratique uniquement à l'occasion des principales fêtes religieuses comme Yom Kippour, le jour du pardon; Hanouka, la fête des lumières; ou Pessa'h qui célèbre la naissance du peuple juif.

La culture juive, par ailleurs, s'est enrichie des errances dont l'histoire du peuple juif est constituée. En 70 après Jésus Christ, tout d'abord, la destruction du Temple de Jérusalem provoque la Diaspora, c'est à dire l'émigration des Juifs vers l'Europe. Au Moyen Age, les Juifs de France sont expulsés à plusieurs reprises du royaume. Inversement, à la fin du XVe siècle, les Juifs dits portugais, chassés d'Espagne et du Portugal émigrent en France. Après l'émancipation des Juifs de France par l'Assemblée Constituante en 1791, leur position dans le royaume se stabilise. Néanmoins, les pogroms commis en Europe de l'Est encouragent les migrations vers la France. La Seconde guerre mondiale et le génocide commis par les nazis bouleversent évidemment la géographie de la population juive. Enfin, la décolonisation entraîne le départ des Juifs d'Afrique du Nord pour la métropole. Ces multiples exodes du peuple juif ont d'une part renforcé les liens tissés au sein de la communauté et d'autre part, enrichi la culture juive d'une multitude d'héritages.

Enfin, l'une des caractéristiques fondamentales de la culture juive réside dans la volonté de transmettre ses traditions de génération en génération, et de s'inscrire ainsi dans l'histoire du peuple juif.

Julie Le Gac

Éclairage média

A l'occasion de la première journée européenne de la culture juive, France 2 consacre un reportage à la culture juive.

Ce document met principalement l'accent sur les rituels et les signes les plus connus de la culture juive. Ainsi, il montre des images d'une bar mitzvah, cérémonie au cours de laquelle les Juifs accèdent à la majorité religieuse. Il s'attarde également sur le chandelier à 7 branches, symbole de la lumière divine ou encore, à plusieurs reprises, sur les écritures de la Torah, texte fondateur du judaïsme.

L'interview de la conservatrice du Musée d'art et d'histoire du judaïsme rappelle l'importance des exodes du peuple juif dans la constitution de sa culture, tandis que des gros plans sur des oeuvres d'art provenant du Maroc, de Chine et d'Europe de l'Est témoignent de la diversité de ces influences.

Enfin, le reportage, par un euphémisme, occultant les manifestations violentes de l'antisémitisme, déplore les destructions dont a souffert le patrimoine immobilier juif, et explique à ce titre la primauté du religieux dans les manifestations de la culture juive.

Julie Le Gac

Transcription

Béatrice Schönberg
Une page culture aujourd'hui, la première journée européenne de la culture juive. 200 villes participent à cette opération, synagogues, cimetières, Bars rituels, sont exceptionnellement ouverts au public, une manière de découvrir l'histoire du peuple juif, son patrimoine et ses traditions. Reportage : Marie Eloy et Eric Delagneau.
Marie Eloy
C'est l'un des moments les plus importants de sa vie, 13 ans c'est la bar-mitsva, l'âge de la transmission des savoirs, l'âge de la majorité religieuse chez les juifs. Derrière cette cérémonie, il y a tout un passé chargé de sens, parfois dramatique, mais cela n'a pas empêché la culture juive de se transmettre de génération en génération.
Laurence Sigal-Klagsbald
Les traditions sont maintenues vivantes à travers les exils parce que les juifs ont su utiliser des réseaux communautaires ou familiaux pour faire circuler le savoir et les biens.
Marie Eloy
Des réseaux formés dans le monde entier, souvent chassé, le peuple juif s'est exilé un peu partout, de Tanger à Shanghai en passant par Cracovie. Autant de villes, de pays, qui ont influencé leur coutume et les ont enrichies. Il n'y a donc pas une culture juive mais des cultures juives. Au 19ème siècle, le peuple juif a tenté d'unifier les différentes tendances sans y parvenir.
Laurence Sigal-Klagsbald
Les juifs dit portugais qui sont en fait originaire d'Espagne ou du Portugal, et chassés à la fin du 15ème siècle, ont résisté à cette tentative d'unification, et ont voulu maintenir un rite, une tradition, voire une langue et ont donc décidé de construire une synagogue séparée.
Marie Eloy
Le patrimoine bâti a difficilement résisté à l'histoire. Les journées européennes de la culture juive, c'est donc surtout l'occasion de découvrir les traditions de cette communauté à travers le prisme de la religion.