La renaissance du Monténégro

22 mai 2006
02m
Réf. 04614

Notice

Résumé :

Le 21 mai 2006, la population du Monténégro se prononce par référendum pour son indépendance vis-à-vis de la Serbie. Ainsi, la désintégration de la Yougoslavie se poursuit de manière pacifique.

Date de diffusion :
22 mai 2006
Date d'événement :
21 mai 2006
Source :
Personnalité(s) :

Contexte historique

Le 21 mai 2006, la population du Monténégro se prononce par référendum pour son indépendance vis-à-vis de la Serbie.

La création d'un nouvel Etat dans les Balkans, près de 80 ans après la formation du royaume de Yougoslavie sur les décombres de l'Empire austro-hongrois au lendemain de la Première guerre mondiale et dix ans après les autres républiques de l'ex-Yougoslavie de Tito, n'est pas une surprise. Le processus était prévu par l'accord de Belgrade qui avait créé en 2002 l'Etat de Serbie et Monténégro. L'Union Européenne, qui s'était investie dans le maintien de cette association entre Belgrade et Podgorica, s'était quant à elle contentée d'exiger un seuil de 55% des suffrages en faveur du oui pour la reconnaissance du nouvel Etat. La séparation entre les deux Etats, par ailleurs, était largement acquise dans les faits. Les deux économies fonctionnent de manière distincte et le Monténégro a abandonné le dinar serbe en 1999 au profit du Deutschmark puis de l'euro en 2002. L'Etat de Serbie et Monténégro était d'ailleurs de nature fédérale: les pouvoirs législatif et exécutif se dédoublaient au niveau fédéré et au niveau fédéral. En revanche, les deux entités partageaient la même politique en matière de diplomatie et de défense.

Du point de vue symbolique, toutefois, l'indépendance du Monténégro est vécue différemment à Podgorica et à Belgrade. La population du Monténégro accueille avec joie le détachement du grand voisin serbe. A l'opposé, à Belgrade, les autorités serbes se montrent peu loquaces sur la question. Psychologiquement en effet, le retrait monténégrin est considéré par les nationalistes serbes comme un nouveau revers, et ce d'autant plus que la Serbie est désormais privée de frontière littorale.

Bien qu'attendue, l'indépendance du Monténégro suscite en outre plusieurs interrogations. La question de la survie économique de ce minuscule Etat de 600 000 habitants, pauvre et soupçonné de trafic et de corruption, mais qui ambitionne d'intégrer l'Union Européenne est posée. Plus encore, cette indépendance pourrait nourrir les velléités d'émancipation du Kosovo, province indépendantiste de Serbie peuplée de plus de 90% d'Albanais, sous protectorat international depuis juin 1999, ainsi que de la Republika Srpska, la partie serbe de la Bosnie. En janvier 2008, d'ailleurs, les Etats Unis et l'Union Européenne font pression sur le gouvernement de coalition créé au Kosovo en vue d'obtenir l'indépendance imminente du pays, afin que celui-ci patiente au moins jusqu'à la tenue des élections législatives serbes.

Ainsi, l'indépendance du Monténégro de la Serbie en mai 2006 consacre plus encore le démantèlement de l'ancienne Yougoslavie.

Julie Le Gac

Éclairage média

Ce reportage diffusé au lendemain du référendum prononçant l'indépendance du Monténégro de la Serbie, présente de manière très pédagogique les enjeux nationaux et internationaux de la naissance de ce nouvel Etat.

En effet, si ce document met en avant la dimension festive de l'indépendance du Monténégro, par l'intermédiaire de nombreuses images de liesse de la population célébrant la création du nouvel Etat, et arborant fièrement son drapeau, il aborde avec pertinence les conséquences géopolitiques de l'événement. Ainsi, il rappelle que la naissance du Monténégro consacre plus encore le démantèlement de l'ancienne Yougoslavie. Il insiste également sur les conséquences négatives sur la Serbie. Cette dernière perd tout débouché sur la mer, qui constituait un atout stratégique certain ; tandis que l'indépendance du Monténégro risque de raviver les velléités d'émancipation de la province voisine du Kosovo.

Enfin, ce reportage présente le Monténégro à la manière d'une carte postale. L'accumulation d'images du littoral adriatique et des montagnes de l'arrière pays témoigne de l'importance du tourisme dans l'économie nationale tandis que le commentaire précise qu'il s'agit du seul atout de ce minuscule et pauvre Etat qui aspire à intégrer l'Union Européenne.

Julie Le Gac

Transcription

David Pujadas
Il faudra donc l'ajouter sur les cartes de géographie, retenir son nom : le Monténégro, sa capitale provisoire Podgorica, les six cent cinquante mille habitants de ce petit pays ont donc voté l'indépendance, l'ex-Yougoslavie se disloque un peu plus et c'est un nouveau candidat en perspective pour l'union Européenne. Bernard Lebrun.
Bernard Lebrun
Voici le drapeau du Monténégro, rouge à l'aigle déployé, celui de l'ancien royaume indépendant disparu en 1918. Un petit pays, 650 000 habitants, qui 88 ans plus tard, renaît.
Milo Djukanovic
Mesdames et Messieurs, je vous annonce ce soir que par la volonté des citoyens monténégrins, le Monténégro a retrouvé son indépendance.
Bernard Lebrun
Cette nuit la Yougoslavie a fini de mourir, et Belgrade a perdu son unique débouché maritime avec l'indépendance du Monténégro. Grand comme deux départements français, le pays veut déjà changer de capitale, Cetinje, ex fief du roi, plutôt que Podgorica. Une crainte que dans la province voisine, l'idée d'indépendance fasse école. D'ailleurs à Pristina ce matin, l'indépendance du Monténégro fait la une des journaux. Côté serbe à Belgrade, c'est le grand silence dans les milieux politiques. Seule l'armée s'est exprimée, annonçant qu'elle respecterait la volonté du Monténégro. Mais le communiqué ne dit pas ce que deviendront ces bateaux de guerre serbes ancrés sur les côtes monténégrines. Mais qu'importe dans l'immédiat.
Inconnu
Désormais nous sommes libres, il nous reste à rejoindre l'Europe. Merci.
Bernard Lebrun
Mais l'Europe voudra-t-elle d'un pays si petit et si pauvre. Le littoral adriatique, c'est son unique trésor au Monténégro pour financer l'indépendance. Le tourisme est la première activité économique de ce micro Etat. Cetinje, une future capitale à la campagne, aux allures de république d'opérette où déjà le chef d'Etat siège depuis 2003. Enfin, paradoxe de ce petit pays, qui appelle l'Europe à l'aide, il possède déjà l'euro pour monnaie depuis trois ans.