Décès de Marguerite Yourcenar

18 décembre 1987
02m 24s
Réf. 04627

Notice

Résumé :

A l'occasion du décès de l'écrivain, ce reportage retrace la vie de Marguerite Yourcenar, première femme élue à l'Académie Française.

Date de diffusion :
18 décembre 1987
Source :
INA (Collection: JA2 20H )

Contexte historique

Marguerite de Crayencour (dite Yourcenar par anagramme de son nom de famille) est née en 1903 à Bruxelles. Issu d'une famille aisée, elle reçoit une formation classique et voyage dès l'enfance. Elle publie précocement ( ses premiers poèmes dès l'âge de 15 ans) et à compte d'auteur.

Son premier roman Alexis ou le Traité du vain combat est salué par la critique qui remarque le style et l'originalité du sujet choisi, l'homosexualité. Elle ne cesse ensuite de voyager et publie des nouvelles, des traductions et des articles dans de nombreuses revues. En 1937, elle rencontre Grace Frick, universitaire américaine, qui partage sa vie jusqu'à sa mort en 1979.

Elle s'installe aux Etats-unis pendant la guerre et se fait naturaliser. Dans sa maison du Maine, elle s'attele à la rédaction des Mémoires d'Hadrien. Ce roman historique publié en 1949 la rend célèbre en Europe et aux Etats-Unis. Elle partage son temps entre l'écriture et les voyages. Elle devient une figure de la littérature française grâce à son style abstrait et dépouillé autant que par ses choix de vie singuliers pour l'époque. Après avoir retrouvé sa nationalité française, elle devient la première femme élue à l'Académie française en 1980. Elle meurt en 1987 à l'âge de 84 ans.

Emeline Vanthuyne

Éclairage média

Ce sujet, qui retrace le parcours personnel et littéraire de Marguerite Yourcenar, est diffusé le jour de son décès, le 18 décembre 1987 dans le journal de 13h présenté par Henri Sannier. Dans son lancement plateau, ce dernier met en avant un symbole de l'avancée de la cause des femmes : l'entrée de l'écrivain à l'Académie.

Le reportage revient plus en profondeur sur les oeuvres de l'auteur dont on rediffuse un entretien consacré aux Mémoires d'Hadrien : les propos de Marguerite Yourcenar montrent le lien entre ses oeuvres et son analyse critique sur l'évolution du monde contemporain. Le sujet est illustré par des images d'archives. On peut ainsi revoir l'écrivain à sa table de travail ou dans son jardin de sa maison de Monts-Deserts dans le Maine. Des gros plans sur des pages manuscrites permettent de découvrir son travail d'écriture. La journaliste revient également sur la cérémonie célébrant l'élection de Yourcenar à l'Académie Française : elle apparaît au bras de Jean d'Ormesson avec un des fichus qu'elle affectionnait de joindre à ses toilettes. Le jazz, musique d'accompagnement de ce reportage fait ici référence aux goûts musicaux de l'écrivain et à l'ambiance du Maine où elle avait choisi de résider.

La dernière image, où l'on voit l'écrivain refermer le portail de sa maison se veut l'illustration métaphorique de l'entrée dans sa dernière demeure. C'est une manière originale de conclure un reportage qui répond aux codes traditionnels des nécrologies télévisuelles : composées d'images d'archives, retraçant les dates importantes de la carrière des personnalités politiques et littéraires et qui sont parfois préparées à l'avance au sein des rédactions.

Emeline Vanthuyne

Transcription

Henri Sannier
La mort de Marguerite Yourcenar. Tout le monde aujourd'hui rend hommage à celle qui fut la première femme élue à l'Académie française. Son élection en 1980 avait été saluée comme une victoire de la littérature. Aujourd'hui, celle qui nous quitte était incontestablement l'un des plus grands écrivains contemporains. Marguerite Yourcenar venait d'achever le troisième tome de ses mémoires intitulées Le labyrinthe du monde. Sylvie Marion.
(Musique)
Sylvie Marion
Marguerite Yourcenar était une grande dame de la littérature, mais elle était aussi une anti-conformiste qui vivait avec une femme, militait pour la défense de toutes les minorités, et parcourait le monde en autobus. Pour se libérer des traditions familiales - son père était un noble terrien belge - mademoiselle de Crayencour devient Madame Yourcenar, anagramme de son nom. « J'aime la lettre y, dit-elle, qui me fait penser à un arbre ». Après cinq romans, c'est avec les Mémoires d'Hadrien que Marguerite Yourcenar connaît la notoriété. Rien ne nous échappe de la destinée de l'empereur romain qui a dominé son époque, rien n'est omis des obsessions de l'auteur sur l'amour et la mort. Son succès est confirmé par la publication de L'oeuvre au Noir qui se déroule pendant la Renaissance.
Marguerite Yourcenar
J'ai écrit les Mémoires d'Hadrien immédiatement après la fin de la guerre de 1945, à l'époque où l'on entrevoyait encore la possibilité d'une espèce de réorganisation du monde. Et que c'est une espérance que la plupart d'entre-nous ont pas mal perdue. Et entre les Mémoires d'Hadrien dans lesquelles une espèce de maître esprit s'efforce de recomposer un monde, la terre stabilisée après des années de guerre, Et L'oeuvre au Noir dans laquelle Zénon s'enfonce de plus en plus dans des cercles infernaux d'ignorance, de sauvagerie, de rivalités imbéciles, il y a malheureusement quinze ans de notre expérience.
Sylvie Marion
Ultime consécration, Jean d'Ormesson l'a fait élire à l'Académie française, Yourcenar accepte par politesse dit-elle, ce sera la seule femme jamais admise sous la Coupole, Mais on ne l'y a jamais vue siéger. Elle préférait sa petite maison de l'Etat du Maine aux Etats-Unis, qu'elle quittait de temps en temps pour un grand voyage.
Mais où elle revenait toujours pour écrire en écoutant le blues, sa musique favorite, et pour jouir du calme de la nature qu'elle aimait par-dessus tout.