Décès du psychanalyste américain Bruno Bettelheim

14 mars 1990
01m 49s
Réf. 04632

Notice

Résumé :

La mort de Bruno Bettelheim, psychanalyste américain d'origine autrichienne, est l'occasion de revenir sur le parcours d'un des pionniers de l'étude de l'autisme.

Date de diffusion :
14 mars 1990
Source :

Contexte historique

Bruno Bettelheim (1903-1990), psychanalyste américain d'origine autrichienne, entreprend des études de psychologie et psychiatrie à l'université de Vienne. D'origine juive, il est déporté à Dachau en 1938 puis à Buchenwald, ce qui lui inspirera une étude sur les "comportements individuels et de masse dans les situations extrêmes".

Il émigre aux USA en 1939 et enseigne la psychologie de l'éducation à l'Université de Chicago. En 1947, il prend la tête de l'Ecole orthogénique de Chicago où il accueille les enfants autistes dont il entend montrer la possible guérison. Dans son ouvrage La forteresse vide paru en français en 1969, il expose ses théories sur l'autisme infantile. Connu pour ses talents de praticien, il montre dans sa Psychanalyse des Contes de Fées en 1976 l'importance des contes de fées dans l'expression des émotions de l'enfant.

En France,il est également rendu célèbre par la série d'émissions télévisées que lui consacre Daniel Karlin en 1974 et qui donne lieu l'année suivante à la publication de l'ouvrage "Un autre regard sur la folie".

Soumis à la remise en cause de ses théories cliniques dans les dernières années de sa vie, il se donne la mort à 86 ans. Il laisse derrière lui une oeuvre certes controversée mais pionnière notamment dans l'étude de l'autisme ou des "situations extrêmes".

Emeline Vanthuyne

Éclairage média

Ce sujet est diffusé au Journal Télévisé de France 3 au soir du décès du psychanalyste américain Bruno Bettelheim. Un journaliste a apposé sa voix sur des images et des entretiens tirés de la série d'émissions réalisées par Daniel Karlin en 1974.

On remarque ici l'utilisation d'images (Bettelheim dans son centre avec des patients) qui n'ont que peu d'intérêt en elles-mêmes mais servent à illustrer le récit biographique sur le défunt.

Cette nécrologie répond aux exigences de ce type de reportages, parfois prévus à l'avance pour les personnalités les plus éminentes. En un peu moins de deux minutes, le journaliste parvient à retracer les principales étapes du parcours personnel et professionnel de Bettelheim : ses travaux sur l'autisme ; son étude des méthodes de survie en situation extrême lors de sa déportation à Dachau et Buchenwald ; mais aussi les controverses soulevées par certains de ses écrits. Le journaliste cite d'ailleurs un passage de son dernier ouvrage assez critique et polémique sur le rôle de parents. Le sujet s'achève sur cette citation peu représentative des théories sur l'enfance et l'usage des contes de fées mises au point par le psychanalyste américain.

Emeline Vanthuyne

Transcription

Journaliste
Né en 1903 à Vienne et l'un des derniers disciples vivants de Freud, Bruno Bettelheim s'était intéressé très jeune à la psychanalyse et en particulier à l'autisme, cette forme singulière de repli sur soi chez l'enfant.
Bruno Bettelheim
C'était un choix qu'on devait faire. Et je ne sais pas, mais découvrir des choses sur soi-même et résoudre ces difficultés personnelles, cela semblait des raisons logiques pour aller vers la psychanalyse.
Journaliste
Sa déportation dans les camps de concentration pendant la seconde guerre mondiale lui avait même permis d'établir un parallèle entre les réactions de certains de ses compagnons d'infortune et ce symptôme précis de schizophrénie. D'un côté un processus calculé de désintégration de la personnalité mis en oeuvre dans les camps, et de l'autre un retrait obstiné du monde résultant peut-être d'un environnement social lui aussi destructeur. En 1944, il prend la direction de l'école orthogénique de Chicago qu'il transforme en un centre de thérapeutique pour enfants psychotiques. Un environnement thérapeutique total selon son expression destiné à rendre aux malades le respect de soi. C'est dans cet établissement que Bettelheim accomplira l'essentiel de son oeuvre, des travaux qui le rendront célèbres dans le monde entier, Et qui grâce à la télévision et à une série d'émissions parfois controversées sur l'autisme en 1974, renouvelleront de manière décisive le regard de la société sur la folie. De ses nombreux essais sur les enfants perturbés et d'une longue expérience de soins attentifs qu'il leur a prodigués, Bruno Bettelheim considérait dans l'un de ses derniers ouvrages que les parents avaient peut-être aujourd'hui perdu la capacité, voire l'instinct nécessaire à l'éducation de leurs enfants. Sans doute, disait-il, parce que les parents modernes ont tout simplement oublié leur propre enfance.