Entretien avec le médiéviste Georges Duby

01 février 1980
01m 20s
Réf. 04650

Notice

Résumé :

Georges Duby explique sa conception du métier d'historien en présentant son livre sur La bataille de Bouvines.

Type de média :
Date de diffusion :
01 février 1980
Source :
Lieux :

Contexte historique

Né à Paris, Georges Duby (1919-1996) obtient l'agrégation d'histoire en 1942. Il s'oriente vers l'époque médiévale et soutient une thèse élaborée à partir de l'étude des chartes de l'abbaye de Cluny au XIe et XIIe siècle. Il enseigne longtemps à la Faculté de Lettres d'Aix-en-Provence avant d'être élu au Collège de France en 1969.

lI se rattache à l'école historique des Annales fondée en 1929 par Marc Bloch et Lucien Febvre et qui entend rompre avec l'histoire événementielle au profit d'une analyse des évolutions sociales de longue durée. Il oriente ses travaux vers une histoire des mentalités prenant en compte les apport de l'anthropologie ( notamment dans son ouvrage Le Dimanche à Bouvines publié en 1973). Influencé par par la lecture de Marx, il publie en 1973 Guerriers et paysans où il reprend sa terminologie : il évoque les différentes "classes" et les "rapports de production" qui traversent la société médiévale.

Il est à l'origine de travaux collectifs de grande envergure dont une Histoire de la France rurale qui paraît en 1975. Il diversifie ses centres d'intérêt en publiant des ouvrages sur l'art médiéval et entreprend plusieurs projets dans le secteur de l'audiovisuel. Il collabore à une série télévisée sur Le temps des cathédrales en 1975 et prend la direction d'une chaîne culturelle - La Sept - de 1986 à 1991. Il entre à l'Académie Française en 1990, six ans avant son décès en 1996.

Emeline Vanthuyne

Éclairage média

Cet entretien de Georges Duby est extrait d'un documentaire intitulé "Cinquante ans de nouvelle histoire" et diffusé sur TF1 en février 1980. A travers le témoignage de différents historiens, filmés sur leurs lieux de recherche, les journalistes tentent de comprendre ce qui caractérise la "Nouvelle histoire", courant historiographique issu des travaux de l'école des Annales.

Georges Duby, filmé en plan assez resserré derrière son bureau, explique au journaliste sa démarche d'historien : dans de son ouvrage Le Dimanche de Bouvines, il part d'un événement particulier et l'insère dans le temps long. Il explique que la bataille de Bouvines est d'abord un récit créé par les acteurs et témoins des faits. La transmission de ce récit a des répercussions sur l'univers social et se transforme peu à peu. Au final, nous n'accédons qu'à une représentation de cet événement dont il est intéressant de comprendre les enjeux culturels et l'instrumentalisation politique. L'événement n'est, selon lui, qu'un moyen pour comprendre l'imaginaire culturel des sociétés étudiées.

Georges Duby explicite ici en quelques phrases la conception nouvelle de la "Nouvelle histoire" qui étudie non plus une suite d'événements pour eux mêmes mais comme révélateurs de structures qui agissent sur le temps long et influencent durablement les acteurs de l'histoire.

Emeline Vanthuyne

Transcription

Présentateur
Depuis 1929
Georges Duby
Ce que j'ai voulu faire, n'est-ce pas, c'est essayer justement non pas de reprendre cette espèce d'enquête policière sur les causalités et sur les conséquences de l'évènement telle que la pratiquait, que les pratiquait l'histoire évènementielle. Mais j'ai voulu montrer, n'est-ce pas, d'abord, comment l'évènement était créé par ceux qui l'ont raconté. Comment il s'introduisait, il s'expliquait par un environnement structurel. Comment il retentissait sur ces structures, et comment surtout le souvenir de l'évènement se prolongeait, se déformait et était réutilisé périodiquement par l'idéologie dominante.
Présentateur
C'est l'évènement-style de vie presque ou la bataille-style de vie
Georges Duby
C'est cela, c'est cela L'évènement a l'avantage pour nous autres, historiens de la longue durée, c'est-à-dire, de rassembler un faisceau d'informations sur des choses dont on parle rarement, de faire apparaître ce qui est latent, ce qui est quotidien. Et donc autour de lui, si vous voulez, par l'éclairage qu'il projette, n'est-ce pas, on peut retrouver, n'est-ce pas, des choses qui ne sont pas du tout évènementielles, mais qui participent à ce long mouvement de coulée du temps historique.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque