Entretien avec le géographe Yves Lacoste

05 décembre 1986
4m 10s
Réf. 04652

Notice

Résumé :

Invité de Bernard Pivot, le géographe Yves Lacoste présente son ouvrage sur la Géopolitique des régions françaises.

Type de média :
Date de diffusion :
05 décembre 1986
Source :

Contexte historique

Yves Lacoste est un des géograhes français les plus reconnu. Il a contribué à réhabiliter la géopolitique en tant que discipline universitaire.

Il passe son enfance au Maroc où il est né en 1929. Agrégé et docteur en géographie, il enseigne à Alger de 1952 à 1955. A cette époque, il soutient la lutte des Algériens et fait un bref passage au parti communiste qu'il quitte en 1956. A partir de 1968, il devient professeur à l'Université Paris VIII.

En 1976, il fonde la revue Hérodote, revue de géographie et de géopolitique. La même année, il publie un ouvrage au titre provocateur, La géographie, ça sert, d'abord, à faire la guerre  : il distingue la géographie universitaire de celle qui peut devenir un instrument de pouvoir. Il s'éloigne de certains de ses pairs (dont Pierre George) mais les pousse néanmoins à réfléchir à la dimension épistémologique de leur discipline.

Ses engagements politiques au cours de la guerre du Vietnam ou lorsqu'il publie Géographie du sous-développement en 1965 lui valent d'être parfois en rupture avec une partie du monde universitaire (il attend ainsi 25 ans pour être nommé professeur des universités). Il s'oppose notamment aux modèles géographiques mis en place par Roger Brunet.

Il est à l'initiative de ce qui deviendra l'Institut français de géopolitique où il dirige un séminaire sur les "méthodes d'analyse et les représentations géopolitiques".

Dans les années 80, il s'impose dans les médias où il cherche à diffuser ses analyses géopolitiques (Dictionnaire de géopolitique paru en 1993). Chevalier de la Légion d'Honneur, il obtient en 2000 le prix international de géographie Vautrin-Ludd (la plus haute distinction dans cette discipline).

Emeline Vanthuyne

Éclairage média

La "cohabitation" est le thème de l'émission littéraire "Apostrophes" diffusée en décembre 1986. Depuis les élections législatives du mois de mars, le président François Mitterrand a en effet dû nommer, en accord avec la majorité parlementaire, un Premier Ministre issu du RPR, Jacques Chirac. Selon la structure habituelle de l'émission, Bernard Pivot reçoit cinq invités qui éclairent ce sujet grâce à des analyses croisées. On reconnaît sur certains plans larges le dessinateur Jacques Faizant fumant sa célèbre pipe.

Le dernier intervenant, Yves Lacoste, vient présenter son livre Géopolitiques des régions françaises : il analyse la situation politique des 22 régions françaises en fonction de critères démographiques, religieux et économiques. Dans cet extrait, le géographe développe les différents thèmes qui lui sont chers : la volonté de décloissonner de sa discipline en tenant compte des apports des autres sciences humaines (histoire,sociologie) ; la prise en compte du fait politique dans la réflexion universitaire; la remise en valeur de la géopolitique (étude des liens entre les acteurs politiques, sociaux et de leurs actions sur les représentations de l'espace). Yves Lacoste défend son ouvrage face à un Bernard Pivot aux questions volontairement provocatrices (sur le rôle des géographes, sur l'aspect monumental des 3 tomes de son ouvrage...). On remarque que Lacoste, très à l'aise sur les plateaux de télévision, s'exprime avec clarté et éloquence pour diffuser au large public de fidèles d'"Apostrophes" une conception innovante de sa discipline.

Emeline Vanthuyne

Transcription

Bernard Pivot
C'est un immense tableau politique de la France et des Français, 3 volumes de 1000 pages chacun. Et je dois dire que je trouve que l'éditeur Fayard a beaucoup de courage, c'est un très beau livre, mais enfin il prend un risque financier, certainement en publiant des livres aussi coûteux à faire. Donc c'est un immense tableau politique de la France et des Français dressé par - et alors les téléspectateurs vont sursauter - par des géographes.
Yves Lacoste
Par des géographes.
Bernard Pivot
Alors là, expliquez-nous.
Yves Lacoste
Eh bien, parce que, on se fait une idée de la géographie que tout le monde sait, c'est-à-dire quelque chose d'assez rébarbatif, d'assez fastidieux. Et en fait, la géographie durant des siècles, ça a été un savoir politique et que les géographes, en devant universitaires, ont un peu trop oublié. Et il y a une quarantaine de géographes, plus des historiens, quelques sociologues, quelques politiques, mais essentiellement des géographes. Et au début ils étaient un petit peu réticents, à analyser ces phénomènes spatiaux relevant du politique. Et puis la plupart d'entre eux, même tous, ont découvert tout un champ nouveau à leurs entreprises, à leurs observations.
Bernard Pivot
Oui, mais c'est quand même des géographes d'une nature singulière, parce que ce sont des géographes qui sont géographes bien sûr, mais aussi historiens, mais aussi économistes, mais politologues...
Yves Lacoste
Mais vous savez, un géographe prend en compte toutes les caractéristiques spatiales de phénomènes qui relèvent de la sociologie, de l'économie, de la géologie, de la climatologie. Du moment que c'est cartographiable, ça fait partie de la géographie, de même que ce qui peut se penser dans le temps, ça fait partie de l'histoire.
Bernard Pivot
D'où l'abondance des cartes bien entendu dans les 3 volumes.
Yves Lacoste
Ces géographes ne sont pas spéciaux, il y a des géographes très classiques, j'ai cité tout à l'heure Jean Labasse, qui est un grand monsieur, puis il y a des géographes beaucoup plus jeunes, et ils ont tous découvert qu'il y avait un domaine nouveau que les géographes universitaires avaient trop longtemps délaissé.
Bernard Pivot
Pourquoi géopolitique et non pas géographie politique ? Ça paraît quand même plus simple ?
Yves Lacoste
Ah ! ça c'est un gros problème. Parce que la géographie politique, qui était un domaine tout à fait croupion de la géographie, reste encore si vous voulez à l'étude des recherches des lois, des mesures de phénomènes quantifiables, alors que là nous avons voulu intégrer les personnages politiques. Les hommes politiques sur le terrain, avec leurs stratégies, leurs idées, leurs représentations et les conséquences de leurs actions.
Bernard Pivot
Mais avant de savoir ce que vous avez mis dedans, il est intéressant alors de s'intéresser à la géographie, autrement dit : à quel niveau avez-vous fait vos études ?
Yves Lacoste
A des niveaux très différents, depuis celui esquissé au début de la France, parce que on ne veut pas donner l'idée que la France est la juxtaposition de 22 régions, c'est autre chose, il y a l'unité nationale. Puis chacune des 22 régions, dont il est intéressant de voir pourquoi il y a eu ce regroupement de départements. C'est des raisons politiques, telle intervention de personnage ; par exemple, Edgar Faure qui a décidé qu'il fallait créer une Franche-Comté. Et puis à l'intérieur de ces régions, les départements, qui ont chacune leur caractéristique, et le regroupement d'entre eux fait naître des tensions, puis les petits pays, puis les grandes agglomérations.
Bernard Pivot
Les grandes agglomérations et parfois à l'intérieur des agglomérations, les quartiers.
Yves Lacoste
Les quartiers, les contrastes de quartier Donc il y a tous ces niveaux d'analyse depuis des grands ensembles jusqu'à, comme vous le disiez, les quartiers.
Bernard Pivot
Et puis les éléments d'analyse. Alors les éléments d'analyse vous avez cité les personnalités, mais il n'y a pas que ça. Il y a les résultats des élections, il y a les...
Yves Lacoste
Il y a les résultats des élections, mais ce n'est pas seulement une géographie électorale, car nous avons abordé une série de problèmes. Il suffit de les énumérer : le problème breton, qui s'arrange, enfin qui à un moment était très brûlant ; le problème corse ; le problème basque, compte tenu de ce qui se passe de l'autre côté de la frontière, qui va s'envenimer ; et puis le problème des immigrés, etc. Donc et puis aussi le rôle créateur, organisateur de l'homme politique ou des hommes politiques qui décident le tracé de tel axe de circulation, l'implantation de tel équipement, telle et telle décision.