L'apprentissage de la citoyenneté à l'école : la note de vie scolaire

04 septembre 2006
02m 33s
Réf. 04693

Notice

Résumé :

Face à la montée de la violence en milieu scolaire, le ministère de l'Education Nationale a mis en place à la rentrée 2006 une note de vie scolaire afin d'évaluer le comportement de l'élève au sein de la communauté éducative.

Date de diffusion :
04 septembre 2006
Source :
France 2 (Collection: 20 heures )
Lieux :

Contexte historique

La note de vie scolaire, mise en place à la rentrée 2006, concerne les collégiens de la 6ème à la 3ème. Le gouvernement entend répondre par cette mesure à la recrudescence de la violence en milieu scolaire : violences verbales envers les professeurs et le personnel d'encadrement du collège, agressions envers personnel enseignant ou entre collégiens. Cette note évalue l'assiduité de l'élève et son respect du règlement intérieur. Elle peut également tenir compte de la participation de l'élève à la vie de l'établissement et de son obtention de l'attestation scolaire de sécurité routière. Le principal est chargé de fixer cette note après consultation du professeur principal et du Conseiller Principal d'Education (CPE) en charge de la classe. La moyenne des notes de vie scolaire obtenues en classe de 3ème est prise en compte dans l'évaluation de l'élève au brevet des collèges.

Cette mesure a fait l'objet de nombreuses critiques. Celles-ci portent tout d'abord sur l'absence de critères précis d'évaluation (notation subjective). Ses opposants estiment qu'il est difficile d'évaluer quantitativement non plus seulement des résultats mais également le comportement de l'élève. Pour d'autres, il s'agit d'un retour en arrière : avant mai 1968, une "note de conduite" sanctionnait l'attitude des élèves. Elle avait été supprimée car jugée trop subjective. Pour les défenseurs de la mesure, il s'agit avant tout de valoriser l'apprentissage de la civilité et d'un comportement civiques et responsable dans le cadre de l'établissement scolaire.

Emeline Vanthuyne

Éclairage média

Ce reportage de France 2, évoquant la rentrée scolaire 2006, s'appelle en langage journalistique un "marronnier" : un sujet consacré à un évènement périodique et préparé à l'avance dans les rédactions (le changement d'heure, le baccalauréat, les départs en vacances...). Le présentateur dans son lancement revient sur la légère hausse des effectifs scolaires mais également sur les réformes mises en place. Il fait d'ailleurs un amalgame entre la note de vie scolaire et ce qu'il appelle de manière quelque peu nostalgique "la bonne vieille note de conduite". Le sujet s'articule autour d'images traditionnelles de la rentrée (séparation difficile entre les plus jeunes et leurs parents, constitution des classes, premières consignes données par le professeur) et des interviews d'enfants impressionnés par leur nouvel établissement.

Le reportage évoque également les nouvelles réformes (retour à la méthode syllabique voulue par Gilles De Robien, alors Ministre de l'Education Nationale). La note de vie scolaire est également mentionnée, sans que les débats qu'elle n'a suscité au sein de la communauté éducative soient mis en avant : l'enseignant et l'élève interrogés semblent déjà avoir intégré cette nouvelle pratique. On peut même noter en fin de reportage une allusion à l'embauche de nouveaux personnels d'encadrement. La journaliste évoque avec enthousiasme la présence de 1000 professeurs référents et d'assistants pédagogiques et infirmières scolaires (dont elle ne précise pas le nombre) dans 249 collèges et 1600 écoles sensibles. Cela revient en fait à moins d'un professeur référent dans les établissements cités. La journaliste cite donc des chiffres, qui semblent très précis, mais qui en réalité sont peu significatifs. Cette conclusion contribue néanmoins à donner une vision très positive et optimiste de l'école.

Emeline Vanthuyne

Transcription

David Pujadas
La rentrée, cette fois, c'était la vraie, l'officielle. Tous les élèves ont désormais repris le chemin de la classe. Ils sont douze millions quatre cent mille pour cette saison 2006-2007, écoles, collèges et lycées confondus. C'est légèrement plus que l'an passé, plus 0,1 %. Cette année, il y a beaucoup de nouveautés, tant pour les enseignants que pour les élèves, et notamment le retour de la bonne vieille note de conduite pour les collégiens. Julia Delage, Régis Mathe.
Julia Delage
Main dans la main pour se donner du courage, mais ça ne marche pas toujours. Pour les petits comme pour les grands, l'été n'est plus qu'un souvenir.
Ecolier
Oui, j'adore les vacances.
Julia Delage
Et l'école ? Au programme de cette rentrée, les bonnes résolutions. Grammaire, calcul et d'abord, savoir lire. Le ministre a même demandé qu'on revienne à la méthode syllabique, mais certains profs coincent sur le b-a ba.
Didier Duponchel
Je n'ai jamais, de mémoire, vu un enseignant appliquer, ou du global pur, ou du syllabique pur. Il y a une sensibilité qui fait qu'à un moment la méthode évolue légèrement en fonction de l'évolution de l'enfant et de son évolution dans son apprentissage.
Julia Delage
A Lyon, pas de cours. Journée découverte dans ce collège classé " ambition réussite ".
Collégienne
On dit toujours maîtresse, maîtresse, maîtresse, maintenant on va dire prof après, c'est ça qui m'embête.
Julia Delage
Les sixièmes se familiarisent avec les locaux, les profs, et les nouveautés de la rentrée.
Philippe Pierron
Tous les trimestres, vous allez avoir une note, au même titre que les maths, au même titre que le français, au même titre que l'anglais, et qui sera une note de vie scolaire.
Julia Delage
Une note de vie scolaire qui sanctionnera le comportement des élèves en fonction de plusieurs critères.
Philippe Pierron
L'assiduité, des élèves qui sont absents, bien entendu seront pénalisés au niveau de la vie scolaire ; les retards, ça c'est déjà deux critères qui nous sont importants, parce qu'on ne peut pas faire son métier de collégien si on ne vient pas ; et puis après, bien entendu, c'est le respect des autres.
Julia Delage
Message reçu.
Collégien
Il faut bien se comporter, bien travailler, il ne faut pas se bagarrer.
Julia Delage
Et toi qu'est-ce que tu vas faire pour avoir une bonne note ?
Collégienne
Eh ! bien de ne pas taper les gens et d'être respectueux.
Julia Delage
C'est ce que tu comptes faire ?
Collégienne
Oui.
Julia Delage
Enfin dans 249 collèges et 1600 écoles sensibles, mille nouveaux professeurs référents, des assistants pédagogiques et des infirmières scolaires viendront prêter main forte à leurs collègues pour lutter contre l'échec scolaire.