La première séance du conseil municipal des jeunes à Besançon

20 novembre 1985
46s
Réf. 04703

Notice

Résumé :

Depuis la fin des années 70, des conseils municipaux de jeunes permettent aux écoliers et aux collégiens de participer au débat public et de faire l'apprentissage de leur rôle de futurs citoyens.

Date de diffusion :
20 novembre 1985
Personnalité(s) :

Contexte historique

Le premier conseil municipal des jeunes s'est réuni dans la commune de Schiltigheim (30 000 habitants) en Alsace en 1979. On estime qu'il existe aujourd'hui plus de 1500 conseils municipaux d'enfants et de jeunes mais aucun texte législatif n'en fixe les règles et les critères de fonctionnement. Il revient donc à la mairie de définir le mode de désignation des jeunes élus : leur nombre, la limite d'âge (généralement de 9 à 16 ans), le nombre d'élus par école. L'élection a souvent lieu au suffrage universel au sein des écoles primaires ou au collège (deux conseils distincts pouvant être formés). Elle peut également se dérouler à la mairie ou dans des associations. Les jeunes élus travaillent ensuite en "commissions" sur des sujets thématiques précis (environnement, sports, solidarité). Ils se réunissent en conseil deux à trois fois par an et débattent de leurs projets avec des élus adultes. Le maire (ou un conseiller municipal élu) préside ce conseil.

Les jeunes élus ne s'intéressent pas seulement à la situation des enfants mais à l'ensemble des problèmes liés au fonctionnement de leur ville. Ce type d'expérience est mis en place afin de permettre aux plus jeunes de faire l'apprentissage de leur futur métier de citoyen et d'acquérir une meilleure connaissance des institutions. Cela leur donne également l'occasion de prendre la parole en public et de participer à des débats. D'autres collectivités territoriales ont également mis en place ce type de conseils des jeunes : il existe ainsi des conseils généraux ou régionaux de jeunes. Des associations militent pour étendre ce type d'expérience (notamment l'Association Nationale des Conseils d'Enfants et de Jeunes). A ce jour, aucune suite concrète n'a cependant été donnée au projet de loi de 1995 prévoyant la création d'un conseil municipal des jeunes dans chaque commune de plus de 3500 habitants.

Emeline Vanthuyne

Éclairage média

Les images tournées au cours de la première séance du conseil municipal de Besançon sont commentées par un jeune présentateur de FR3 Franche Comté. Il est habituel de voir des journalistes débutants faire leur première expérience devant les caméras sur des chaînes régionales. On remarque que le décor en plateau et le style vestimentaire des jeunes élus (pullovers multicolores, cols roulés portés en sous-pulls, cheveux en brosse) sont des éléments caractéristiques du milieu des années 80.

Le maire de la ville, Robert Schwint, est présent pour encadrer les discussions. Les enfants apparaissent ici très investis dans leurs nouvelles fonctions. Ils reprennent même parfois la gestuelle des adultes (petite fille parlant au micro et jetant un regard furtif à la caméra ; jeune garçon parlant à sa voisine en faisant de nombreux mouvements avec ses mains...). Le journaliste semble attendri par les doléances des enfants dont la formulation est caractéristique de leur jeune âge ("moins de queue au cinéma", "moins de monde dans les bus"). On peut noter l'effort entrepris par cette commune de plus de 100 000 habitants pour donner la parole à ses futurs électeurs.

Emeline Vanthuyne

Transcription

Présentateur
Le Conseil municipal junior s'est réuni cet après-midi à Besançon pour la première fois sous la présidence du sénateur maire de la ville Robert Schwint. Cinquante-cinq élèves, élus il y a quelques semaines par leurs camarades, ont pris la parole au conseil bisontin de jeunes. Et surprise, leurs doléances ressemblent étrangement à celles des adultes. Ils réclament plus de policiers, plus de poubelles, plus de piscines, moins de queue au cinéma et moins de monde dans les autobus. De nombreuses exigences, que le maire de Besançon a écoutées d'une oreille attentive. Ce conseil des jeunes a un rôle purement consultatif. C'est la première fois qu'un tel projet est conduit dans une ville de plus de 100 000 habitants.