Jimi Hendrix

24 mai 1967
3m 7s
Réf. 04737

Notice

Résumé :

Jimi Hendrix interprète sur scène sa chanson Hey Joe.

Type de média :
Date de diffusion :
24 mai 1967
Source :
ORTF (Collection: Tilt magazine )
Personnalité(s) :

Contexte historique

Authentique météore de l'histoire du rock, le guitariste, chanteur et compositeur afro-américain Jimi Hendrix a laissé une trace indélébile dans l'art populaire du XXe siècle, s'affirmant non seulement comme un instrumentiste de génie, dont les intuitions radicales ont littéralement révolutionné la guitare électrique, mais au-delà comme un artiste visionnaire dont le style syncrétique embrassant pop, jazz, funk et blues a influencé en profondeur la plupart des grands genres qui constituent le paysage de la pop music contemporaine.

Né à Seattle le 27 novembre 1942, Hendrix débute sa carrière au tournant des années 60 dans des groupes de rythm'n'blues et en tant que musicien de séance aux côtés de grands noms de la soul music comme Ike et Tina Turner ou Sam Cooke. Mais c'est en choisissant de s'installer à New York et de commencer à jouer sa propre musique que le musicien est remarqué par Chas Chandler qui le persuade de venir tenter sa chance en Angleterre. Hendrix fonde alors un nouveau trio, le Jimi Hendrix Experience, en compagnie du bassiste Noël Redding et du batteur Mitch Mitchell, et le 16 décembre 1966 enregistre son premier single, Hey Joe, qui immédiatement marque les esprits. Ses deux premiers albums Are you Experienced et Axis : Bold as Love parus respectivement en mai et décembre 1967 font l'effet d'un véritable séisme dans le petit monde du rock : Non seulement Hendrix impressionne par sa virtuosité instrumentale hallucinante mais chacun sent confusément que sa musique littéralement inouïe embrassant dans un même geste lyrique les influences du blues (Muddy Water), du jazz moderne (John Coltrane), du folk-rock américain (Bob Dylan), de la soul afro-américaine (Curtis Mayfield) et de la pop anglaise (les Beatles), ouvre une nouvelle ère dans l'histoire de la pop music. Electric Ladyland, sorti en 1968, album plus ambitieux formellement et résolument expérimental est l'apothéose de cette première manière poussée, grâce aux nouvelles techniques d'enregistrement, aux confins du psychédélisme.

Tête d'affiche du festival de Woodstock en 1969, Hendrix crée l'événement par son interprétation très libre et sarcastique de l'hymne américain, puis dans la foulée fonde un nouveau trio, Band of Gypsie, exclusivement composé de musiciens afro-américains : Billy Cox à la basse et Buddy Miles à la batterie. Un album live de cette formation est publié, rendant compte d'une évolution sensible de la musique d'Hendrix du côté du funk. Ce sera le dernier disque de la carrière du guitariste. Après une dernière prestation publique au festival de l'île de Wight, il meurt le 18 septembre 1970 d'une overdose de barbiturique.

Stéphane Ollivier

Éclairage média

Cette séquence extraite de l'émission "Tilt Magazine" du 22 mai 1967 fait partie, avec celle diffusée trois jours auparavant dans l'émission "Bouton rouge", des toutes premières apparitions de Jim Hendrix à la télévision française. Si son single Hey Joe a fait sensation dans les "charts" anglais quelques mois plus tôt (janvier 67) et si son premier 33 tours Are You experienced ? vient tout juste d'être publié, Hendrix est alors un musicien parfaitement inconnu de la majorité des Français, et on est en droit de s'interroger sur cette réactivité surprenante de la part d'une télévision nationale peu encline habituellement à s'enthousiasmer aussi rapidement pour des artistes rock venus d'outre-manche. Les raisons demeurent floues de cet engouement, mais on peut émettre comme hypothèse qu'invité par Johnny Halliday en octobre 1966 à assurer avec son trio quelques premières parties de sa tournée française (son passage à l'Olympia le 18 octobre, enregistré par une équipe de la radio Europe 1, est entré dans la légende), Jimi Hendrix avait déjà marqué les esprits des connaisseurs. Peut-être le programmateur musical de l'émission faisait-il partie de ces happy few ? Quoi qu'il en soit Hendrix, à cet instant, demeure un "illustre inconnu" en dehors des cercles d'initiés. La façon qu'a l'animateur Michel Drucker de le présenter comme "la nouvelle coqueluche de Londres", sans préciser ses origines américaines ni la nature de sa musique le montre sans ambiguïté.

Rien en fait ne laisse présager la furie sonique qui s'apprête à s'abattre sur le téléspectateur. Car cette prestation scénique enregistrée en public (probablement pas sur le plateau d'ailleurs, comme le laisse entendre Drucker, la séquence donnant l'impression de provenir d'une autre source et d'être montée entre deux plans du public) est un concentré du génie hendrixien. Par sa présence scénique extraordinairement sensuelle, sa virtuosité instrumentale hyper spectaculaire (le solo de guitare avec la langue et les dents est entré dans la mythologie du rock), Hendrix casse tous les codes et à la lettre déborde les "cadres". La réalisation en atteste, qui ne sait pas comment saisir à l'image cette musique en fusion, flamboyante et lyrique. Hésitant entre gros plan expressionniste et plans d'ensemble incertains, elle donne à voir par sa confusion la révolution pop en marche, qui en quelques années va bouleverser de fond en comble la façon de faire de la musique et de la filmer.

Stéphane Ollivier

Transcription

(Musique)
Michel Drucker
Et voici maintenant la nouvelle coqueluche de Londres, il est venu spécialement nous rendre visite. Créateur de Hey Joe, voici Jimi Hendrix Experience.
(Musique)