Election de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République en 2007

07 mai 2007
02m 52s
Réf. 04803

Notice

Résumé :

Le 6 mai 2007, à l'issue du second tour de l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy est élu président de la République. Il prononce un discours devant les militants de l'UMP réunis Salle Gaveau, puis un second devant ses sympathisants place de la Concorde.

Type de média :
Date de diffusion :
07 mai 2007
Date d'événement :
06 mai 2007
Source :

Contexte historique

Au soir du premier tour de l'élection présidentielle, le 22 avril 2007, le candidat de l'UMP Nicolas Sarkozy était nettement arrivé en tête avec 31,18% des suffrages exprimés, devant la candidate socialiste Ségolène Royal qui avait recueilli 25,87% des voix. Donné gagnant par l'ensemble des instituts de sondage depuis son entrée en campagne, en janvier 2007, il apparaît nettement favori pour le second tour. Ségolène Royal ne parvient pas à renverser cette tendance lors du débat télévisé d'entre-deux-tours, organisé le 2 mai, ni à convaincre le candidat centriste François Bayrou d'appeler ses électeurs à voter pour elle.

Le 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy remporte ainsi le scrutin avec 53,06% des suffrages, soit près de 19 millions de voix, contre 46,94% à Ségolène Royal, soit moins de 17 millions. Comme au premier tour, le second tour de l'élection présidentielle a vu une forte participation électorale, en dépit de la consigne d'abstention donnée par Jean-Marie Le Pen aux électeurs du Front national : 83,97% des électeurs se sont rendus dans les bureaux de vote.

L'élection de Nicolas Sarkozy s'explique largement par sa campagne axée sur la "rupture" avec les pratiques politiques précédentes, y compris celles de la droite au pouvoir dans des gouvernements auxquels il a appartenu. Elle est aussi due au succès que sa promotion des valeurs de l'autorité et de l'ordre a remporté auprès de l'électorat. Il a également su séduire une large part des électeurs qui avaient voté Jean-Marie Le Pen en 2002, en proposant notamment au cours de la campagne électorale la création d'un ministère de l'immigration et de l'identité nationale.

Le 16 mai 2007, Nicolas Sarkozy succède donc à Jacques Chirac : il devient officiellement le sixième président de la Ve République. Il nomme aussitôt François Fillon à la tête du gouvernement.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Réalisé le soir du second tour de l'élection présidentielle de 2007, ce reportage porte exclusivement sur les réactions des partisans de Nicolas Sarkozy après la proclamation des résultats et sur la soirée vécue par le nouvel élu. Il ne comporte ainsi aucune image du camp adverse, ni de la candidate défaite Ségolène Royal, ni des militants socialistes. Le sujet se compose d'abord de scènes classiques des supporteurs du vainqueur qui laissent éclater leur joie.

Dans un deuxième temps, il laisse entendre les premiers mots de Nicolas Sarkozy dans deux discours prononcés dans des contextes différents. Le premier, de portée quasiment officielle et minutieusement préparé, vise à témoigner du changement de statut immédiat de Nicolas Sarkozy : celui-ci veut montrer qu'il quitte dès son élection l'habit de candidat de l'UMP pour endosser celui de chef de l'Etat. Toutefois, même s'il s'affirme comme "le Président de tous les Français", ce sont bien les militants de l'UMP qui le fêtent Salle Gaveau et chantent "la Marseillaise" avec lui.

Le second discours, plus informel, est prononcé par Nicolas Sarkozy en fin de soirée, place de la Concorde, où une fête a été organisée pour célébrer sa victoire. Cette célébration festive sur un lieu parisien éminemment symbolique est devenue un rituel des soirs d'élection présidentielle : elle avait déjà eu lieu pour Jacques Chirac, sur la place de la Concorde en 1995, puis sur la place de la République en 2002. Ici, Nicolas Sarkozy s'adresse à ses sympathisants, accompagné par un parterre hétéroclite d'amis politiques (Christian Estrosi, François Fillon), de membres de sa famille (sa femme Cécilia) et d'artistes (Mireille Mathieu).

Dans son récit de la soirée du nouvel élu, le reportage se montre étonnamment discret sur le moment qui sépare le discours à la Salle Gaveau de celui de la place de la Concorde. Il se contente d'évoquer "un grand restaurant", sans donner plus de détails ni montrer d'images. Le dîner au "Fouquet's", sur les Champs-Elysées, fera pourtant couler beaucoup d'encre par la suite : les adversaires de Nicolas Sarkozy y voient notamment un signe de sa grande proximité avec les milieux d'affaires en raison de la présence de Martin Bouygues, Bernard Arnault ou Vincent Bolloré.

Christophe Gracieux

Transcription

Elise Lucet
Voilà. Revenons, maintenant, sur la proclamation des résultats. Il est 20 heures, hier soir. Nicolas Sarkozy devient officiellement le 6ème président de la Ve République, élu à une large majorité avec un peu plus de 53% des suffrages. Les militants de l'UMP exultent, mais très vite, dès son premier discours, il va se positionner comme le président de tous les Français. Nicolas Châteauneuf, Jean-Marc Nouck-Nouck.
Nicolas Châteauneuf
C'est une détonation, une explosion de joie longtemps contenue. A l'extérieur de la salle Gaveau, des milliers de supporters de Nicolas Sarkozy fêtent la victoire de leur champion.
Sympathisant
Je pense que c'est un grand moment pour l'ensemble des Français et qu'un rêve va se réaliser pour tout le monde, pour tous les Français.
Sympathisante
Je vais rentrer chez moi et je vais faire péter le champagne.
Nicolas Châteauneuf
Au même moment, Nicolas Sarkozy quitte son QG, rue d'Enghien, où il a appris son élection. Juste le temps de serrer quelques mains. Direction salle Gaveau escorté par une meute de motos. A son arrivée, toute son équipe de campagne est déjà là. Des politiques, des sportifs, des conseillers et des militants surchauffés. Nicolas Sarkozy livre son premier discours de chef d'Etat sur la France, l'Europe, l'international et le rassemblement.
Nicolas Sarkozy
Un Président de la République doit aimer tous les Français quelle que soit leur opinion.
(Applaudissements)
Nicolas Sarkozy
Ma pensée va donc à tous les Français qui n'ont pas voté pour moi. Je veux leur dire que par-delà le combat politique, par-delà les divergences d'opinions, il n'y a, pour moi, qu'une seule France. Je veux leur dire que je serai le président de tous les Français.
Nicolas Châteauneuf
Une première Marseillaise et le marathon reprend. Direction : un grand restaurant pour dîner avec les proches. A 22 heures, cette fois, c'est un cortège présidentiel qui accompagne Nicolas Sarkozy vers la place de la Concorde où des dizaines de milliers de partisans l'attendent en musique. Le nouveau président monte sur la scène très entouré où il retrouve son équipe avant de s'adresser une nouvelle fois à la foule.
Nicolas Sarkozy
Je sais les responsabilités immenses qui pèsent sur mes épaules. Je veux, de cette place de la Concorde, qui a célébré tant de moments de l'histoire de notre pays, vous dire une chose. Je veux la dire à chacune et à chacun d'entre vous. Je ne vous trahirai pas. Je ne vous mentirai pas. Je ne vous décevrai pas.
Nicolas Châteauneuf
La Marseillaise, une nouvelle fois.
(Musique)
Nicolas Châteauneuf
Sur la place de la Concorde, la fête a duré jusqu'à 2 heures du matin.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque