Le lancement du Vélib' à Paris

15 juillet 2007
02m 07s
Réf. 04810

Notice

Résumé :

Lancé le 15 juillet 2007, le Vélib' connait rapidement un vif engouement. Il offre en effet aux parisiens un nouveau moyen de transport écologique et peu onéreux.

Type de média :
Date de diffusion :
15 juillet 2007
Source :
A2 (Collection: 20 heures )
Personnalité(s) :

Contexte historique

Lancé le 16 juillet 2007 par Bertrand Delanoë, le Vélib' suscite immédiatement un vif engouement. La mairie de Paris reprend alors à une plus grande échelle le système du Vélov introduit à Lyon en 2005. Il connait dès lors une rapide expansion. En juillet 2009, la capitale française compte 1 800 stations et 54 millions de trajets ont été effectués en deux ans. A partir du 31 mars 2009, il s'étend à la proche banlieue parisienne et près de 300 stations sont déjà ouvertes dans la petite couronne. Depuis sa mise en place, les problèmes de régulation du trafic ont été améliorés afin de mieux approvisionner notamment les stations situées en hauteur. Le Vélib' est cependant victime d'un fort vandalisme et sur les 20 600 vélos mis en place à Paris, 16 000 ont dû être remplacés au cours des deux premières années.

Le Vélib' a véritablement été adopté par les parisiens qui en sont les principaux utilisateurs : deux tiers des trajets sont le fait d'abonnés longue durée. Toutefois, utilisateurs occasionnels et touristes se sont également approprié le Vélib'. Il constitue en effet un moyen de transport peu onéreux, pratique, écologique et sain. L'introduction du Vélib' dans la capitale a pour objectif de diminuer l'emprise de l'automobile dans la ville. Certes, la cohabitation avec la circulation automobile exige un apprentissage et une vigilance réciproques. 6 utilisateurs du Vélib ont trouvé la mort lors des deux premières années et la Mairie de Paris a lancé une campagne d'information sur les risques de la conduite cycliste. Néanmoins, la multiplication des pistes cyclables et la densité du maillage des Vélib' font véritablement de ce dernier un moyen de transport alternatif, appréciable à une époque où la réduction des émissions de dioxyde de carbone constitue un objectif planétaire.

Le succès du Vélib' parisien est à l'origine de son exportation dans de nombreuses métropoles étrangères, comme Londres ou Chicago.

Julie Le Gac

Éclairage média

Au cœur de l'été, ce sujet de société est abordé de manière particulièrement légère. La musique aux accents rétro rappelle bien volontiers la période de l'entre deux guerres, tandis que le ton adopté par le journaliste est jovial, voire parfois familier. Les plaisanteries faciles et attendues dans le cadre d'un reportage consacré à des bicyclettes comme le "tout roule" exprimant la réussite du lancement du Vélib', ou encore de véritables mises en scène visuelles (l'enfant pédalant dans le vide, ou le chien traversant de manière faussement impromptue) témoignent de la recherche d'effets comiques. Certes, le document évoque l'inauguration officielle du Vélib' par le maire de Paris Bertrand Delanoë, mais la dimension politique de ce lancement est volontairement laissée en marge. A l'inverse, le reportage évoque des questions pratiques comme celle du poids de ces vélos ou des modalités de leur entretien. En interrogeant divers utilisateurs du Vélib, en ce jour de lancement, il souligne l'engouement des parisiens, qui, en famille ou en solo, sont attirés par ce nouveau moyen de transports, ou tout du moins de promenade.

Julie Le Gac

Transcription

Laurent Delahousse
Les Parisiens vont-ils devenir accros au vélo ? C'est en tout cas une tendance dans les grandes capitales européennes et c'est le souhait émis, aujourd'hui, par le maire de Paris, Bertrand Delanoë, lors du lancement de ces Vélib', plus de 10 000 vélos ont été mis en service. Premier test, premières impressions de ce Paris à vélo avec le reportage de Frédéric Monteil et Jean-Yves Blanc.
(Musique)
Frédéric Monteil
Et si, demain, le périphérique ressemblait à ça ? Et si demain, à Paris, la voiture n'était plus qu'un lointain souvenir ? Avec 10 648 vélos lâchés, aujourd'hui, dans la capitale, certains y croient.
Bertrand Delanoë
Je l'utiliserais, je sais, pour aller de chez moi à l'hôtel de ville, peut-être dans d'autres circonstances, le soir, pour aller dire bonjour à des copains.
Frédéric Monteil
Au fait, questions existentielles : 22 kilos, c'est trop ? 3 vitesses, pas assez ?
Inconnu
C'est lourd, ça évite de faire des embardées, d'aller trop vite. Et puis 3 vitesses, c'est impeccable. Je peux vous dire que ça a marché. La petite côte, on met le 1, on monte tranquille.
Inconnue
Je ne vais pas faire de la compétition ! Je vais juste me déplacer pour aller chercher le pain, pour aller au bureau ou pour aller au cinéma, je ne sais pas, voilà.
Frédéric Monteil
Détail pratique : aucune place à l'arrière. Tant pis pour les petits.
Inconnu 2
Par où on va ?
Frédéric Monteil
Alors quand on est 7 comme la famille Denis, bonjour le convoi exceptionnel. Vous n'avez pas le droit d'être là, sur le trottoir.
Inconnue 2
Oui, je sais. Mais là, je pense qu'on est en sens interdit donc on est obligé de prendre le trottoir.
Frédéric Monteil
Eh oui, le seul moyen d'éviter à coup sûr les PV, c'est encore de pédaler dans le vide. Vous avez failli prendre un PV ?
Inconnu 3
Oui parce que j'étais à contresens. Donc je viens d'avoir 90 euros d'amende. Sinon, ça va. Il fait beau donc c'est cool.
Frédéric Monteil
En cas de crevaison ou de traversée de chien intempestive, 122 mécaniciens sillonnent la capitale avec leur trousse de secours. Si l'intervention est plus délicate, le bloc opératoire se trouve dans cette péniche. Pour l'instant, tout roule. Aucune fausse note. Déjà 22 500 locations en une après-midi.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque