L'élection de Barack Obama, 44ème président des Etats Unis

05 novembre 2008
03m 12s
Réf. 04833

Notice

Résumé :

L'élection de Barack Obama, premier président noir des États Unis, témoigne des aspirations au changement de la société américaine.

Type de média :
Date de diffusion :
05 novembre 2008
Source :
A2 (Collection: 20 heures )

Contexte historique

Le 4 novembre 2009, Barack Obama est élu 44ème président des Etats Unis. C'est la première fois que les Américains élisent un président noir.

Les Américains se sont passionnés pour cette élection. Pendant la campagne tout d'abord, les meetings de Barack Obama connaissent des affluences record : 100 000 personnes l'ont acclamé à Denver et 75 000 à Orlando. L'élection, elle même attire les foules : près des deux tiers des électeurs (64,1%) ont participé au scrutin national, un taux inégalé depuis 1908. A l'issue de l'élection, Barack Obama dispose du soutien de 349 grands électeurs contre 163 pour John MacCain.

La victoire de Barack Obama reflète clairement un rejet du parti républicain et de la politique menée par Georges W. Bush Jr. entre 2000 et 2008. Toutefois, il s'agit avant tout d'une victoire de Barack Obama, d'une victoire de l'homme et d'un projet politique porteur d'espoir. Le candidat démocrate s'est imposé tout d'abord par son charisme, son calme et son message idéaliste et rassembleur , le célèbre "Yes we can " (oui nous le pouvons) repris en chœur par les foules. Barack Obama a su mener une campagne longue de près de 2 ans, la campagne des primaires très disputée contre Hillary Clinton dans un premier temps, puis la campagne présidentielle proprement dite. Soutenu par David Plouffe, son directeur de campagne et David Axelrod, son conseiller en stratégie politique, il a su mobiliser 10 millions de personnes qui ont participé à la campagne, dont 1,2 millions ont milité sur le terrain. L'équipe de campagne s'est également appuyée sur Internet, via les réseaux sociaux, et son site de campagne.

Comme se plaît à le répéter Barack Obama, sa victoire est celle du rêve américain : "mon histoire n'est possible dans aucun autre pays" clame-t-il. Barack Obama naît à Hawaï d'un père noir, originaire du Kenya, et d'une mère blanche venant du Texas. De 6 à 10 ans, il vit en Indonésie. Il poursuit ensuite sa scolarité à Hawaï, élevé par sa grand-mère. En 1983, Barack Obama rejoint Chicago où il devient organisateur social (community organiser ). Deux ans plus tard, il obtient une bourse pour étudier le droit à l'université d'Harvard. Il s'implique dans la vie associative et politique de l'université. Proche des républicains bien que démocrate, il s'érige en conciliateur et est élu premier président noir de la Harvard Law Review. A son retour en 1991, il enseigne le droit constitutionnel à l'Université de Chicago. En 1996, il est élu sénateur de l'Illinois. En revanche, en 2000, il est largement battu par Bobby Rush, un ancien des Black Panthers lors des primaires désignant le candidat démocrate à la chambre des représentants. Néanmoins, ses prises de position très fermes contre la guerre en Irak initiée par le président Bush en 2003 et surtout son discours prononcé au cours de la convention démocrate de Boston en 2004, prônant "l'audace de l'espoir" accroissent sa popularité et son influence dans le parti démocrate. Les sénateurs Edward Kennedy et Tom Daschle, en particulier, ses mentors, travaillent à son ascension et contribuent largement à son succès aux primaires démocrates de 2008.

L'élection d'un noir à la Maison Blanche constitue une révolution, pour les Etats-Unis comme pour le reste du monde. Par son idéal rassembleur, Barack Obama a su dépasser les clivages raciaux et susciter l'espoir du changement. Comme il l'affirme dans le discours prononcé à Philadelphie le 18 mars 2008, "la race est une question que [l'Amérique] ne peut se permettre d'ignorer" mais son programme repose sur l'espoir "d'une Amérique plus juste, plus égale, plus attentionnée et plus prospère". En ce sens, l'élection de Barack Obama constitue un message d'espoir pour l'ensemble de la planète.

Julie Le Gac

Éclairage média

Ce reportage débute par les images officielles de la célébration organisée par le parti démocrate à Chicago pour fêter l'élection de Barack Obama. Il s'ouvre par l'avancée sur scène du président nouvellement élu accompagné de sa femme et de ses deux filles, tous de noir et de rouge vêtus. L'émotion est palpable, tant chez le président que dans l'audience. Le commentaire souligne la mixité tant sociale que raciale des supporters d'Obama, qui, en masse brandissent le drapeau des Etats-Unis. Il reprend à cet égard la figure de "Joe le plombier" qui avait été utilisée par John McCain lors du dernier débat télévisé entre les deux prétendants le 16 octobre pour dénoncer la menace que constituerait le programme d'Obama pour les petits entrepreneurs. Barack Obama a ainsi su rassembler les Américains au delà de leur origine sociale, au delà de leur couleur de peau, comme le soulignent les gros plans sur les supporters d'Obama, parmi lesquels figurent nombre de noirs et nombre de blancs. Le reportage insiste alors sur l'image des larmes du révérend Jesse Jackson, célèbre militant des droits civiques américains, une image largement reprise par les médias du monde entier.

Le discours du nouveau président insiste à l'évidence sur l'importance de l'élection d'un noir à la tête de la première puissance mondiale. Barack Obama fait une nouvelle fois la preuve de son charisme et de son éloquence. L'exemple du vote d'une femme noire américaine âgée de 106 ans lui permet de souligner la dimension historique de son élection. Son discours s'achève, comme souvent par une note d'espoir et d'invitation au changement, avec la reprise de son célèbre slogan de campagne, "yes we can ". Il est néanmoins regrettable que, comme c'est très majoritairement le cas à la télévision française, ce discours soit doublé, et non sous-titré.

Dans un second temps, ce reportage recueille les réactions de la population au soir et au lendemain de l'élection. Des images de foules en liesse célébrant une élection historique côtoient des déclarations aux aspirations utopiques de la population de Chicago. Blancs comme noirs, en exprimant leur émotion et leur joie, réelles, témoignent de leur sentiment d'avoir contribué au changement, et donc à écrire une page importante de l'histoire de l'humanité.

Julie Le Gac

Transcription

Samah Soula
Auréolée de lumière, l'arrivée sur scène en famille est parfaitement millimétrée. Barack Obama entre dans l'histoire, acclamé par des millions d'Américains. Le président est d'abord un homme ému. Il est noir et c'est une Amérique majoritairement blanche qui vient de le choisir comme leader.
Barack Obama
Salut Chicago ! Pour ce que nous avons fait, aujourd'hui, dans cette élection, à ce moment précis, le changement est arrivé en Amérique.
Samah Soula
En réponse, l'adoubement d'une foule totalement mixte socialement : Joe le plombier, l'avocat, la mère de famille endettée, tous sont là ce soir. Une onde d'espoir traverse la marée humaine. Mixité raciale également. Le révérend Jessie Jackson ne retient pas ses larmes lorsque le président Obama évoque la ségrégation.
Barack Obama
De cette élection, on retiendra sans doute beaucoup de choses. Mais celle qui me vient à l'esprit, c'est celle de cette femme qui a voté à Atlanta. Comme beaucoup, elle a fait la queue pendant des heures pour voter. Mais elle a une particularité. Elle a 106 ans. Alors elle était là pour voir la ségrégation dans les bus à Montgomery et dans le sud du pays mais aussi pour voir un prêcheur qui nous a dit que nous pourrions nous en sortir. Oui, qu'un jour, nous le pourrions. Elle a vu un homme marcher sur la lune. Elle a vu le mur de Berlin tomber. Et cette année, pour cette élection, elle a posé son doigt sur un écran pour choisir son candidat. Parce qu'il y a 106 ans, nous, nous avons traversé les meilleurs moments mais aussi les heures les plus sombres de notre histoire. Alors elle savait que l'Amérique pourrait, un jour, changer. Oui, elle savait que nous le pourrions.
Samah Soula
Le discours s'achève par l'arrivée sur le podium de son co-listier, Joe Biden et de sa famille, le symbole d'une Amérique fraternelle et unie. Aucun détail n'a été oublié. Dans les rues, c'est la fête. On célèbre tout. Le président élu, sa couleur de peau, le jour historique, la fin des années Bush, le retour de l'Amérique populaire.
Américain
C'est énorme. On va changer de politique étrangère. Ça va être formidable. Le monde va nous aimer à nouveau. Il y aura moins de terrorisme. J'adore ce qu'il se passe.
Américaine
Je suis submergée par l'émotion. C'est magnifique, magnifique.
Samah Soula
Chicago s'est réveillé fier d'avoir abrité l'événement qui restera gravé dans les mémoires. Les journaux du jour se sont arrachés comme des petits pains.
Américain 2
Avant de quitter ce monde, je voulais voir Barack Obama y arriver. Et je voulais lui donner un coup de main.
Samah Soula
L'élection de Barack Obama est vécue, ici, comme l'avènement d'une nouvelle ère. Mais le président élu a prévenu : la route sera longue et difficile, mais il promet d'y arriver. En Amérique, tout est possible.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque