Barack Obama obtient l'adoption de la réforme de l'assurance-santé américaine

22 mars 2010
02m 03s
Réf. 04920

Notice

Résumé :

Après avoir lutté en faveur de la réforme de la santé, le président des États-Unis Barack Obama obtient son adoption : la Chambre des représentants vote cette loi le 21 mars 2010. Accompagné du vice-président Joe Biden, Barack Obama prononce un discours dans lequel il exprime sa satisfaction.

Date de diffusion :
22 mars 2010
Source :

Contexte historique

Au cours de la campagne présidentielle américaine de 2008, le candidat démocrate Barack Obama s'était engagé en faveur d'une réforme de la santé aux États-Unis. Il jugeait en effet inacceptable qu'environ 50 millions d'Américains ne disposent d'aucune assurance-santé. De fait, la couverture maladie universelle n'existait pas aux États-Unis malgré les efforts répétés des démocrates au cours du XXe siècle pour essayer de la mettre en œuvre. Seules les personnes âgées de plus de 65 ans ainsi que celles à très faibles revenus étaient déjà protégées, respectivement par le Medicare et le Medicaid. Ces deux réformes avaient été impulsées par le président démocrate Lyndon Johnson en 1965.

Élu président des États-Unis le 4 novembre 2008, Barack Obama fait ainsi de l'adoption d'une réforme de l'assurance-santé l'un des principaux objectifs de son mandat. Cette réforme apparaît cependant impopulaire : la majorité des Américains s'y opposent en raison surtout de son coût élevé. Pendant plus d'un an, des négociations avec les représentants démocrates et républicains ont lieu, souvent sous la conduite de Barack Obama lui-même. Dans les derniers jours précédant le vote à la Chambre des représentants, en mars 2010, le président américain n'hésite pas à sillonner les États-Unis pour convaincre l'opinion du bien-fondé de sa réforme.

Adoptée par le Sénat en décembre 2009, elle est finalement approuvée de justesse par la Chambre des représentants le 22 mars 2010, par 219 voix contre 212. Opposés à une réforme dont ils critiquent le coût et la hausse des impôts qu'elle va engendrer, l'ensemble des 178 représentants républicains votent contre le texte, de même que 34 démocrates. Ce vote représente une incontestable victoire politique pour Barack Obama. Trois jours avant le scrutin, il l'avait lui-même qualifié de « vote historique » intervenant après « une longue lutte d'un siècle » : « Teddy Roosevelt savait que c'était juste. Harry Truman savait que c'était juste. Teddy Kennedy savait que c'était juste. » Devant être mise en place d'ici 2014, cette loi contraint tous les Américains à se doter d'une assurance-maladie sous peine d'amende, tout en instaurant une aide financière pour les familles qui gagnent moins de 88 000 dollars par an. Le coût de la réforme de l'assurance-santé est ainsi estimé à 940 milliards de dollars sur dix ans.

Même si Barack Obama a dû renoncer à mettre en place un régime d'assurance-maladie universelle, l'adoption de cette loi permet à quelque 32 millions d'Américains qui en étaient jusque-là dépourvus de disposer d'une couverture médicale : 95 % de la population américaine est dorénavant couverte. La réforme de la santé rencontre cependant quelques difficultés d'application. Toujours impopulaire plus d'un an après son adoption, elle a en outre été en partie jugée inconstitutionnelle par la cour d'appel fédérale d'Atlanta en août 2011. Ce tribunal a ainsi considéré que l'obligation pour tous les Américains de s'assurer pour leur santé d'ici 2014 sous peine d'amende n'était pas conforme à la Constitution. La Cour suprême devra donc sans doute trancher sur ce point.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Diffusé au lendemain du vote de la loi sur l'assurance-santé par la Chambre des représentants, ce reportage est centré sur la figure du président des États-Unis Barack Obama : il s'agit de présenter cette réforme comme son œuvre personnelle. Barack Obama apparaît donc omniprésent dans ce bref sujet. On le voit ainsi dès le début aux côtés du vice-président Joe Biden à la Maison Blanche, puis prononçant un discours. Il est ensuite montré en compagnie de ses conseillers et de Joe Biden sur deux photographies.

Prises par l'un des photographes officiels de la Maison Blanche, les photographies jouent en effet un rôle essentiel dans la communication des présidents américains : elles donnent à voir le président et ses conseillers au travail lors de réunions qui ne sont pas ouvertes aux médias. Ce fut ainsi le cas de la photographie de Barack Obama et son équipe suivant en direct l'assaut contre le bunker pakistanais d'Oussama Ben Laden en mai 2011. Ici, les photographies insérées dans le sujet visent à convaincre l'opinion américaine que Barack Obama s'est engagé corps et âme en faveur de la réforme de l'assurance-santé.

L'adoption de cette loi est donc présentée comme un succès personnel de Barack Obama. C'est ce que dit la présentatrice du journal télévisé de France 2 Élise Lucet dès son lancement plateau : « Lui ne s'était concentré que sur une seule réforme et il a gagné son pari ». L'image d'un Barack Obama souriant à côté de Joe Biden avant de prononcer son discours, de même que la photographie des deux hommes applaudissant à l'annonce du vote de la Chambre des représentants, renforcent l'idée d'une victoire du président américain.

En centrant son sujet sur Barack Obama, le choix a été fait de souligner la dimension politique de l'adoption de la réforme de l'assurance-santé. Le reportage est d'ailleurs essentiellement constitué d'images officielles provenant de la Maison Blanche (le discours de Barack Obama, les photographies du président et de ses conseillers) ou du Capitole, siège de la Chambre des représentants. Hormis la brève évocation d'un malade du cancer et des manifestations d'opposants, le sujet ne s'intéresse ainsi pas à l'application de la loi et à ses conséquences pratiques sur la santé des Américains.

Christophe Gracieux

Transcription

Elise Lucet
Lui ne s’était concentré que sur une seule réforme et il a finalement gagné son pari. Barack Obama a réussi à faire adopter son projet de nouvelle assurance maladie cette nuit lors d’un vote capital à la Chambre des représentants. La bataille a été longue, plus d’un an, le Président des Etats-Unis a dû faire quelques concessions. Mais il vient de remporter un succès historique. Reportage de nos correspondants à Washington, Maryse Burgot, Laurent Desbois.
Maryse Burgot
Leurs sourires se veulent modestes. Pourtant, Barack Obama et son Vice-président Biden savent qu’ils viennent de gagner un combat historique, ils imposent une réforme en profondeur du système de santé.
Barack Obama
Nous avons prouvé que nous sommes un peuple encore capable de faire de grandes choses et d’affronter nos plus grands challenges. Nous avons prouvé que ce gouvernement travaille vraiment pour les gens.
Maryse Burgot
Sous le Capitole, siège du Parlement américain, la loi vient d’être votée.
(Bruit)
Maryse Burgot
219 voix pour, 212 contre. Jusqu’au bout, le Président américain aura lui-même passé des coups de fil pour convaincre les récalcitrants de son propre camp. Un combat acharné mais très coûteux pour Barack Obama en termes de popularité. Car cette réforme a largement divisé l’Amérique. Jusqu’au bout, les opposants à la loi ont dénoncé une coûteuse étatisation de la médecine. Mais pour cette malade du cancer, cette loi est une bénédiction. Son assureur privé ne voulait plus la couvrir alors qu’elle était très malade, la loi empêchera ces pratiques ; et elle étendra l’assurance maladie à 32 millions d’américains qui en sont dépourvus. Fort de cette victoire, Barack Obama va peut-être retrouver un peu de cette popularité qui s’est largement effritée ces derniers temps ; un nouveau souffle indispensable à quelques mois des élections de mi-mandat.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque