L'installation d'un centre logistique Amazon à Chalon-sur-Saône

25 juin 2012
01m 46s
Réf. 05080

Notice

Résumé :

L'entreprise américaine de commerce en ligne Amazon ouvre une base logistique à Chalon-sur-Saône. La ville avait été très marquée par la fermeture de l'usine Kodak. Amazon s'installe à Chalon-sur-Saône pour plusieurs raisons dont sa bonne desserte. Le député-maire de la ville Christophe Sirugue et le directeur des opérations d'Amazon France Frédéric Duval justifient ce choix.

Date de diffusion :
25 juin 2012
Source :
A2 (Collection: 20 heures )

Contexte historique

Fondée en 1994 à Seattle par Jeff Bezos et lancée sur internet en juillet 1995, la librairie en ligne Amazon n'a cessé ensuite de se diversifier au point de s'imposer comme un géant du e-commerce.

Amazon propose ainsi désormais vingt-six catégories de produits. Sont vendus aussi bien des livres, des DVD, des CD et des produits électroniques que de l'électroménager, des vêtements, des jouets, de l'alimentation, des bijoux, des accessoires de puériculture et des produits d'animalerie. Amazon a également lancé en 2007 son propre lecteur de livres numériques.

Le cybercommerçant a d'abord perdu de l'argent en raison de sa stratégie d'offrir des prix bas. Amazon a ensuite vu son chiffre d'affaires croître de manière exponentielle : il atteignait les 62 milliards de dollars en 2012 contre 7 milliards en 2004 et 148 millions en 1997. L'entreprise américaine est devenue le premier site mondial de commerce en ligne avec quelque 152 millions de clients dans le monde. Elle emploie en outre 51 000 personnes qui travaillent dans 89 entrepôts couvrant près de 7 millions de m2. Parallèlement au site Amazon.com, elle possède dix sites Internet spécifiques à un pays (Allemagne, Brésil, Canada, Chine, Espagne, France, Inde, Italie, Japon et Royaume-Uni).

Amazon a ouvert la version française de son site Internet en 2000. Les ventes réalisées en France par le cybercommerçant américain n'ont dès lors cessé de croître. 14 millions de Français se connectent ainsi sur Amazon.fr tous les mois. Devant la hausse de la demande, Amazon a ouvert plusieurs plates-formes logistiques dans l'Hexagone. Les deux premières ont été établies à Saran (Loiret) en 2007 et à Montélimar (Drôme) en 2010. La troisième, installée dans un entrepôt de 40 000 m2, a été ouverte en septembre 2012 à Chalon-sur-Saône. Un quatrième centre de distribution français doit être inauguré à l'automne 2013 à Lauwin-Planque, dans le Nord. D'une surface de 90 000 m2, il emploiera 2 500 personnes en période de haute activité. Ces plates-formes permettent à Amazon de proposer une offre très importante et de réduire considérablement ses délais de livraison.

L'entreprise de commerce en ligne fait cependant l'objet de plusieurs critiques. À l'instar de Google ou d'Apple, elle est d'abord accusée d'évasion fiscale. Alors qu'elle réalise un chiffre d'affaires considérable dans certains pays comme la France et le Royaume-Uni, elle n'y paie que très peu d'impôts. Elle a en effet établi ses sièges comptables dans des pays fiscalement très avantageux tels que le Luxembourg et l'Irlande. Régulièrement des voix se font entendre pour demander qu'Amazon soit taxée et que soit établie une équité fiscale avec les entreprises nationales.

Amazon est en outre considérée comme une menace pour les libraires français. Les ventes de livres sur le site du cybercommerçant américain sont jugées déloyales en raison du cumul du rabais de 5 % sur les livres permis par la loi Lang de 1981 et de la livraison gratuite. La ministre de la Culture du gouvernement Ayrault Aurélie Filippetti a annoncé, en juin 2013, vouloir interdire ce cumul à Amazon.

Le géant du commerce en ligne subit également des critiques sur les conditions de travail de ses employés intérimaires et leur précarité. Infiltré comme intérimaire dans le centre logistique d'Amazon de Montélimar, le journaliste Jean-Baptiste Malet a ainsi dénoncé dans son ouvrage En Amazonie (Fayard, 2013) les cadences infernales et les contrôles incessants auxquels sont soumis les employés de la société américaine.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce sujet a été diffusé le 25 juin 2012 dans le journal télévisé de 20 heures de France 2, le soir de l'annonce de l'installation du groupe américain de vente en ligne Amazon à Chalon-sur-Saône. En effet, le matin même, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg avait confirmé l'ouverture d'un entrepôt de 40 000 mètres carrés dans la sous-préfecture de la Saône-et-Loire.

Ce bref sujet s'efforce principalement de faire le point sur les raisons du choix de Chalon-sur-Saône par Amazon. Il ne replace ainsi pas cette nouvelle dans un contexte économique général, celui des difficultés des entreprises françaises et de leurs nombreux plans de licenciement. Les seules références à ces questions générales figurent dans le lancement plateau du présentateur du journal télévisé David Pujadas et dans le titre incrusté sur le sujet « Entreprises : les atouts de la France ».

Trois séquences bien distinctes composent ce reportage. La première présente les vastes entrepôts d'un centre logistique d'Amazon. La seconde rappelle la fermeture de l'usine Kodak de Chalon-sur-Saône en 2007. La troisième dresse la liste des raisons qui ont conduit Amazon à s'installer en Saône-et-Loire. Le sujet omet ainsi toute référence à la situation générale du groupe américain de vente en ligne et à ses mutations. De même, il ne dit mot de la polémique suscitée par le faible montant de ses impôts payés en France au regard de son chiffre d'affaires, ni des attaques des libraires français contre le tarif des livres vendus par Amazon.

Il se compose par ailleurs en grande partie d'images qui n'ont pas été filmées pour l'occasion. Ainsi, les plans d'un entrepôt d'Amazon figurant au début du reportage ont été tournés auparavant. Le centre de logistique de Chalon-sur-Saône n'ouvrant ses portes qu'en septembre 2012, elles ont très probablement été tournées dans l'une des deux autres plates-formes logistiques françaises que possède l'entreprise : à Saran, dans le Loiret, ou à Montélimar, dans la Drôme. Rien ne permet de le savoir puisque aucune indication n'est faite à ce sujet ni dans le commentaire ni à l'image. Seuls les plans de l'usine Kodak désaffectée peuvent clairement être identifiés comme étant des images d'archives : ils sont encadrés de bandes noires qui visent à en montrer l'ancienneté.

Deux séquences seulement ont été tournées par les journalistes de France 2 pour ce sujet. Il s'agit des interviews du député-maire socialiste de Chalon-sur-Saône, Christophe Sirugue et du directeur des opérations d'Amazon France, Frédéric Duval. Toutes les autres images ont été filmées auparavant. Elles servent simplement d'illustration au commentaire. Les plans de camions circulant sur des autoroutes viennent par exemple illustrer le bon réseau de transports auquel est reliée Chalon-sur-Saône.

Enfin, le sujet intègre aussi des images non filmées : une photographie satellite provenant du logiciel Google Earth afin de situer la ville, ainsi qu'une infographie sur le commerce en ligne en France.

Christophe Gracieux

Transcription

Présentateur
Et alors qu’on débat de la compétitivité française, une information a éclairé le ciel ce matin. Le puissant groupe de vente en ligne américain Amazon annonce qu’il installe une nouvelle plateforme en France, à Chalon-sur-Saône. 500 emplois directs seront créés. Pourquoi ce choix ? Valéry Lerouge, Antoine Morel.
Valéry Lerouge
Des étagères à perte de vue. 40 000 m² de vêtements, de livres ou l’électroménager. Voilà à quoi ressemblera le nouvel entrepôt d’Amazon à Chalon-sur-Saône. Une bouffée d’oxygène pour la région qui ne s’est pas remise de la fermeture de l’usine Kodak en 2007 laissant 3000 personnes sur le carreau. Un critère pour convaincre le cybermarchand de s’installer.
Christophe Sirugue
On a surtout une main-d’oeuvre qui est particulièrement qualifiée, c'est-à-dire une main-d’oeuvre qui sait ce qu’est le travail posté, une main-d’oeuvre qui sait ce qu’est le travail industriel, une main-d’oeuvre qui, lorsque nous avions la société Kodak, sait ce que sont les consignes en anglais. Et comme la société Amazon a des consignes en anglais…
Valéry Lerouge
La région jouit aussi de son positionnement géographique au milieu de l’hexagone et d’un bon réseau autoroutier et ferroviaire, essentiel pour un distributeur. Mais si le géant américain a choisi d’ouvrir un troisième site en France, c’est avant tout parce que le commerce en ligne y explose. +22 % de chiffre d’affaires l’an passé et 31 millions d’acheteurs en ligne.
Frédéric Duval
On a toujours plus de clients en France, d’accord ? On a toujours plus de catégories à offrir à ces clients en France. Et donc, naturellement, parce que nos sites d’aujourd'hui ne peuvent plus se développer autant que le bâtiment le permet, eh bien, on créé un nouveau centre.
Valéry Lerouge
Et puis il y a un argument moins officiel. Amazon bénéficie de subventions de la région pour réindustrialiser cette zone sinistrée. Des élus évoquent un chèque de 3000 euros par emploi créé.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque