La culture industrielle des roses au Kenya

12 mai 2008
01m 32s
Réf. 05087

Notice

Résumé :

Le Kenya est un pays africain dont les exportations agricoles sont une source importante de devises. Les bonnes terres des hauts plateaux et de la vallée du Rift sont occupées par des cultures florales à haute valeur ajoutée, destinées au marché mondial. L'extension de ces cultures menace les équilibres écologiques.

Type de média :
Date de diffusion :
12 mai 2008
Source :
Personnalité(s) :

Contexte historique

La culture des roses est intégrée dans le marché mondial très organisé des fleurs coupées, en grande partie contrôlé à partir d'Amsterdam. Les fleurs vendues pour 30 milliards d'euros en Europe et en Amérique du Nord sont produites dans des pays du sud aux caractéristiques semblables : des hauts plateaux, souvent volcaniques, un climat humide et chaud en permanence, une main-d'œuvre bon marché. Ces conditions sont réunies en Amérique du sud (Colombie, Equateur) et en Afrique tropicale (Kenya, Ouganda, Ethiopie). La baisse des coûts de transport depuis les années 9,0 dans le cadre de la mondialisation, autorise un transport rapide en avion qui permet en moins de 48 heures d'acheminer les roses du lieu de production au point de vente, tout en maintenant la chaîne du froid qui garantit la qualité du produit.

Le circuit est toujours le même : les fleurs sont coupées le lundi matin dans les serres de la vallée du rift au Kenya, elles quittent l'aéroport de Nairobi en soirée pour Amsterdam-Schipol et sont stockées dans des chambres froides. Le lendemain, elles sont vendues en quelques heures sur les marchés au cadran d'Aalsmeer, géré par le groupe Floraholland qui en a fait le « Wall Street de la fleur ». 3500 acheteurs fixent les cours. Le lendemain, les lots partent en camion ou en avion dans tous les pays européens. Les roses sont chez les fleuristes au plus tard le jeudi matin. La Hollande exporte plus de 60 % des fleurs dans le monde et réalise un chiffre d'affaire de 2 milliards d'euros dont 400 millions pour les roses. Pour tenir le marché, les Hollandais diversifient leurs importations et font jouer la concurrence entre les producteurs. Les fleurs coupées viennent du Kenya pour 30 %, on trouve ensuite l'Ethiopie, Israël et l'Équateur. Toutefois, la domination hollandaise sur le marché de la rose est remise en cause par des producteurs européens qui vont s'installer directement au Kenya. C'est le cas du français Bigot-fleurs qui a investi dans une ferme kenyane en 2002. Il fait de la vente en ligne et des bouquets conditionnés pour la grande distribution, le tout avec un label « Max Havelaar ». En 2012, le Kenya vend directement 25 % de sa production de fleurs et 65 % via les opérateurs hollandais.

Le Kenya qui a commencé la floriculture en 1972 est devenu en quelques décennies le premier producteur mondial de roses ; environ 100 000 tonnes ont été produites en 2012. Après le thé et le café, les fleurs coupées sont la troisième source de devises pour le pays. Les fermes florales sont localisées sur une vingtaine de sites des hauts-plateaux, où les conditions sont idéales. Le plus célèbre est autour du lac Naivasha mais il y a aussi de la floriculture autour de Nairobi. La filière emploie 90 000 personnes. Ce qu'on appelle une ferme est composé d'une série de serres en polyéthylène qui protègent les rosiers greffés des variations climatiques et des maladies. L'arrosage est automatisé en goutte à goutte. Le sol d'origine volcanique est enrichi. La cueillette est faite le matin quand la fleur est encore en bouton. Les traitements suivants demandent beaucoup de main-d'œuvre puisqu'il faut trier, conditionner et mettre au frais. Le développement de cette culture autour des lacs pose des problèmes écologiques à cause des prélèvements en eau. Le niveau du lac est étroitement surveillé et des systèmes d'alerte ont été mis en place. L'équilibre écologique de la région du lac Naivasha est aussi menacé par la pression démographique : la population atteint 300 000 habitants sans que les équipements soient toujours suffisants. Enfin la monoculture de la rose a un impact négatif sur la biodiversité.

Le danger le plus important qui menace la floriculture kenyane est la concurrence d'autres pays africains. En cinq ans, l'Ethiopie est devenue le deuxième producteur, profitant d'un coût de main d'œuvre très inférieur ; des sociétés israéliennes et européennes ont saisi l'opportunité de s'implanter dans un pays où les conditions climatiques sont idéales. Toutefois, le Kenya garde l'avantage par son savoir-faire et ses réseaux de transports mieux organisés.

Claude Robinot

Éclairage média

Le sujet consacré à la culture des roses au Kenya est extrait de l'émission Complément d'enquête, un magazine d'investigation dont le format permet de confronter reportages et analyses par un spécialiste. Le thème des produits de la mondialisation et de leur impact environnemental est assez prisé par la télévision puisque l'année suivante le magazine d'information de la chaîne, Envoyé spécial, aborde le même sujet. L'extrait est composé de deux parties distinctes et opposées qui permettent de poser clairement et simplement le problème, quitte ensuite à nuancer ce tableau très tranché. Une voiture roule sur une route bitumée à une heure de Nairobi, on est loin des clichés d'une Afrique sous développée, misérable et retardataire. Le paysage naturel est celui de l'Afrique tropicale, des hautes terres et du climat subéquatorial. Le ciel chargé laisse deviner l'humidité. De chaque côté de la route, des serres qui enferment des milliers de rosiers destinés à l'exportation. Cette culture qui a déjà 40 ans d'existence s'est développée au point de devenir une monoculture industrielle d'exportation. Le commentaire suggère que les roses prennent la place des cultures de haricots verts, autre culture d'exportation consommatrice d'eau, devenue moins rentable. Quelques plans tournés dans les serres montrent la production et l'irrigation. La deuxième partie est consacrée à l'intervention de David Harper, universitaire britannique qui observe les conséquences écologiques de la culture sur le lac Naivasha. Il insiste surtout sur la baisse du niveau d'eau et la surconsommation. C'est exact mais le niveau de ce lac volcanique peu profond est sujet à d'importantes variations. La qualité de l'eau et la quantité disponibles sont surveillées en permanence par le ministère de l'agriculture. Les rejets d'herbicides et de pesticides sont inquiétants. L'eau sert aussi aux besoins de la forte population locale. L'approche environnementale est également une approche humaine.

Claude Robinot

Transcription

(Musique)
Journaliste
Le pays a donc misé encore plus sur l’export en diversifiant ses produits. A une heure de route de Nairobi, sur des centaines d’hectares, des serres géantes se sont montées à côté des champs de haricots verts. A l’intérieur, des roses du Kenya, une autre culture d’exportation qui explose ces dernières années. Des cultures qui, elles aussi, ont besoin de beaucoup d’eau. Elle provient du lac voisin, le lac de Naivasha. David Harper étudie ce lac depuis une vingtaine d’années pour le compte de l’université de Leicester, en Angleterre. Et depuis l’apparition de ces cultures, il s’inquiète.
(Bruit)
David Harper
S’il n’y avait pas de pompage, le niveau de l’eau serait à peu près au-dessus de ma tête, au niveau de cet arbre. Et vous pouvez le voir avec des jeunes arbres qui n’ont pas plus de 10 ans. La dernière fois que le niveau du lac était à leur hauteur, ça devait être il y a environ 15 ans.
Journaliste
Au Kenya, le scientifique anglais a été le premier à mettre en garde contre les dérives de cette nouvelle agriculture.
David Harper
Quand vous achetez une rose, en fait, vous achetez de l’eau du lac Naivasha. 90 % de cette rose, en fait, c’est de l’eau.
Journaliste
Et pour les haricots verts, c’est pareil ?
David Harper
Oui, exactement.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque