Le parc d'Iroise, premier parc naturel marin français

23 octobre 2007
02m 39s
Réf. 05209

Notice

Résumé :

Le premier parc naturel marin français est créé en mer d'Iroise, entre les îles de Molène, d'Ouessant et de Sein. Un ornithologue observe un oiseau rare, l'océanite tempête. La faune de la mer d'Iroise comprend de nombreuses espèces : dauphins, phoques, crabes et poissons. Un pêcheur et la responsable de la mission du parc, Geneviève Rousseau, s'expriment au sujet de sa création.

Date de diffusion :
23 octobre 2007
Source :
A2 (Collection: 20 heures )

Contexte historique

Les espaces naturels français font l'objet de différentes mesures de protection. Certains sont ainsi classés comme parcs nationaux. Institués en 1960, ceux-ci ont pour but de préserver un patrimoine naturel, culturel et paysager d'exception. Les parcs nationaux sont constitués de deux parties : une zone centrale très protégée et une zone périphérique qui intègre des communes volontaires. Les premiers parcs nationaux, ceux de la Vanoise et de Port-Cros, ont vu le jour en 1963. Aujourd'hui la France en compte dix qui couvrent une superficie totale de plus de 60 000 km2, soit 9,5 % du territoire. Outre ceux de la Vanoise et de Port-Cros se sont ouverts les parcs des Pyrénées (1967), des Cévennes (1970), des Écrins (1973), du Mercantour (1979) et des Calanques (2012). Trois parcs nationaux sont par ailleurs situés dans des territoires ultramarins : ceux de la Guadeloupe (1989), de Guyane et de La Réunion (2007). Le parc national des forêts de Champagne et de Bourgogne devrait par ailleurs voir le jour d'ici à 2015.

D'autres espaces protégés sont classés comme parcs naturels régionaux. Créés en 1967, il s'agit de territoires institués pour protéger mais aussi développer économiquement des espaces ruraux habités. Les parcs naturels régionaux sont régis par une charte établie entre les communes et la région. Les premiers à voir le jour ont été ceux de Scarpe-Escaut (1968) et d'Armorique (1969). En 2013, la France compte 48 parcs naturels régionaux qui couvrent une superficie totale de 78 000 km2, soit 14 % du territoire national. L'objectif est même de porter cette part à 20 % d'ici à 2020. Parmi les derniers parcs naturels régionaux créés se trouvent notamment ceux des Alpilles (2007), des Pyrénées ariégeoises (2009), des Ardennes (2011) et des Préalpes d'Azur (2012). Sur les 48 parcs naturels régionaux, 46 se trouvent en métropole et deux en outre-mer, en Martinique et en Guyane.

Parallèlement aux parcs nationaux et aux parcs naturels régionaux, des parcs naturels marins ont également été institués. Créé par la loi du 14 avril 2006, le statut de parc naturel marin vise à protéger le milieu marin, à contribuer à sa connaissance et à promouvoir le développement durable dans cet espace. Une Agence des aires marines protégées et parcs naturels marins a ainsi vu le jour.

Le premier parc naturel marin a été créé le 28 septembre 2007 en mer d'Iroise. Cette zone située à la pointe du Finistère avait fait l'objet d'un projet de parc dès 1989. La création de ce parc naturel marin a cependant suscité de fortes oppositions de la part de pêcheurs plaisanciers. Pleinement opérationnel depuis l'adoption de son plan de gestion en 2010, le parc d'Iroise s'étend sur 3 550 km2 qui couvrent les parties immergées entre les îles de Molène, Sein et Ouessant. Il vise d'abord à protéger cet espace, à commencer par sa faune et sa flore. La mer d'Iroise comprend en effet plus de 300 espèces d'algues marines. Sa faune est également très variée avec des phoques, des dauphins, de nombreux oiseaux de mer et plus de 120 espèces de poissons différentes. Le parc d'Iroise a également pour objectif de permettre une exploitation durable des ressources halieutiques. Il développe donc des liens étroits avec les pêcheurs professionnels qui travaillent dans ses eaux.

À la suite du parc naturel marin d'Iroise, quatre autres ont vu le jour : ceux de Mayotte (2010), du Golfe du Lion, en mer Méditerranée (2011), des Glorieuses, dans l'océan Indien (2012), et des estuaires picards et de la mer d'Opale (2012). Dix parcs naturels marins sont prévus en tout. Le prochain qui doit être créé est celui du bassin d'Arcachon.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce reportage consacré au premier parc naturel marin français, le parc d'Iroise, créé entre les îles de Molène, d'Ouessant et de Sein, a été diffusé dans le journal télévisé de 20 heures de France 2 le 23 octobre 2007. Ce parc avait été officiellement créé le 28 septembre précédent.

Le reportage a été réalisé sur place, dans l'archipel de Molène, par le journaliste Romuald Bonnant. Ce dernier est correspondant permanent de France 2 à Rennes. Il est ainsi chargé de couvrir toute l'actualité de l'ouest de la France et plus particulièrement celle de la Bretagne. Seule une petite partie du sujet n'a pas été tournée au sein du parc naturel marin d'Iroise : il s'agit de l'interview de Sami Hassani, expert en mammifères marins, qui semble avoir été filmée à Océanopolis, à Brest, où il travaille.

Le reportage propose plusieurs plans qui donnent à voir le parc naturel marin d'Iroise. Il comporte notamment des vues aériennes. Il intègre également des images filmées sur des îles du parc, dont celles d'un ornithologue qui observe les océanites tempêtes. Le sujet comprend en outre des images sous-marines tournées au large de l'île de Sein et qui présentent diverses espèces marines.

Le reportage ne se contente toutefois pas de belles images. Il recourt également aux interviews. Celles-ci donnent à entendre le point de vue de quatre acteurs impliqués à différents titres dans ce nouveau parc naturel marin. Deux sont des scientifiques : l'un, ornithologue, est interrogé sur le terrain même de ses observations. L'autre, expert en mammifères marins, est interrogé devant un aquarium à Océanopolis. Un pêcheur incarne quant à lui les acteurs économiques qui travaillent sur la zone du parc. Enfin, Geneviève Rousseau, responsable de la mission « Parc marin d'Iroise », représente quant à elle les acteurs institutionnels.

Ces interviews mettent en valeur l'objectif d'un parc marin : concilier la préservation de l'environnement et l'activité économique. Toutefois, le reportage ne donne jamais la parole à un opposant au parc d'Iroise. Tous ceux qui sont interrogés en sont en effet partisans. Or, le projet du parc a suscité de fortes oppositions de la part des pêcheurs plaisanciers. Le reportage ne souffle pourtant mot de ces contestations.

Christophe Gracieux

Transcription

Présentateur
Le premier parc naturel marin va bien ouvrir ses portes en France sauf coup de théâtre, et il s’agit de la Mer d’Iroise, un endroit magnifique, 3500 kilomètres carrés qui incluent l’île d’Ouessant jusqu’à la limite des eaux territoriales françaises. Reportage Romuald Bonnant, Gabrielle Camilla.
Journaliste
Les Bretons l’appellent Pen ar Bed, la fin de la terre, là où commence la Mer d’Iroise avec ses îles confettis posées sur l’eau. C’est ici que ces ornithologues sont venus dénicher l’oiseau rare, l’Océanite Tempête, pas plus de 30 grammes, le plus petit des oiseaux de mer d’Europe dont 500 couples ont choisi comme seul refuge ces îlots sauvages à la pointe de la Bretagne.
Bernard Cadiou
C’est une des perles de l’Archipel de Molène oui, par ce, à la fois par sa rareté, par la biologie, un peu la bizarrerie de la biologie de l’espèce qui vit sous les blocs au fond des terriers, qui ne vient à terre que pendant la nuit, qui vit en haute mer tout le reste de l’année et qui n’est à terre que pendant la période de reproduction. Tout ça confère à l’Archipel de Molène, de ce point de vue-là, pour cette espèce, une importance toute particulière.
Journaliste
La Mer d’Iroise, 3500 kilomètres carrés d’eau tumultueuse d’où émergent trois îles principales, Ouessant, Molène et Sein, au cœur désormais du premier parc marin français, avec sous l’eau, le royaume de l’exubérance. Car au beau milieu des champs d’algues, parmi les plus riches au monde, se côtoient les colonies de phoques, les dauphins et aussi les plus gros gisements français de poissons et de crustacés.
Sami Hassani
Bon alors, la richesse de la Mer d’Iroise, elle vient de beaucoup de choses. D’abord, par la diversité des fonds marins, vous avez des fonds vaseux, des fonds sableux, des fonds rocheux. Donc à chaque type de milieu est associé une flore et une faune très particulière.
Journaliste
Des eaux riches qui ont permis le développement de la pêche. Seulement voilà, aujourd’hui, les voyants sont au rouge pour certaines espèces comme la langouste ou le turbot. Alors chez les pêcheurs, beaucoup savent qu’ils seront les premiers menacés si rien ne change.
Lionel Le Person
Aujourd’hui, il faut vraiment que ce parc nous serve d’outil de travail pour un projet de développement durable. Je crois que c’est assez clair comme ça. Il faudra peut-être faire des sacrifices, mais à côté de ça, je préfère penser que dans 15 ans, je ferai encore ce métier.
Journaliste
Continuer à vivre de la mer mais en s’imposant des limites, c’est aujourd’hui l’idée défendue par le Parc Marin d’Iroise, une première en France en matière de développement durable appliqué à la mer.
Geneviève Rousseau
C’est probablement la meilleure approche pour protéger un milieu, c’est-à-dire le gérer avec tous les gens qui l’utilisent. Et nous avons la chance d’avoir ce patrimoine qui profite à tout le monde ici en Iroise et qui doit continuer à profiter à tout le monde.
Journaliste
Avec un espoir au final, la renaissance de l’activité et le retour des habitants sur ces îles du Finistère.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque