Mumbai, une mégapole surpeuplée

30 octobre 2011
03m 08s
Réf. 05229

Notice

Résumé :

Mumbai, en Inde, est une mégapole surpeuplée. Les trains y sont surchargés et les rues sont très embouteillées. En outre, l'eau potable manque. Les inégalités sociales y sont par ailleurs criantes : le bidonville de Dharavi jouxte des gratte-ciels modernes.

Date de diffusion :
30 octobre 2011
Source :
A2 (Collection: 20 heures )
Personnalité(s) :
Lieux :

Contexte historique

L'urbanisation ne cesse de s'accélérer dans le monde. Selon l'Organisation des nations unies (ONU), plus d'un habitant sur deux vit aujourd'hui en ville dans le monde : on comptait 3,6 milliards de citadins en 2011. La croissance urbaine a été fulgurante depuis le début du XXe siècle. Seule 20 % de la population mondiale vivait en ville en 1900 et 30 % en 1950. En 2030, environ 60 % des habitants de la planète vivront en zone urbaine d'après l'ONU.

Cependant, la croissance urbaine est très différenciée dans le monde. Elle est ainsi ralentie dans les pays développés : plus de trois quarts de la population vivent en effet déjà en ville. C'est dans les pays du sud, essentiellement en Afrique et en Asie, dont seulement 40 % de la population est urbaine, que la croissance des villes est actuellement la plus forte. L'Afrique est le continent qui connaît la plus rapide urbanisation au monde : la croissance urbaine y est de 3,4 % par an. Selon les Nations unies, la population urbaine en Afrique devrait ainsi passer de 414 millions à plus de 1,2 milliard d'habitants d'ici à 2050. Celle de l'Asie, actuellement forte de 1,9 milliard de personnes, devrait s'élever à 3,3 milliards. Un accroissement naturel élevé et un important exode rural sont les principales causes de la forte croissance urbaine des pays du Sud. Les habitants des campagnes s'installent en effet en ville pour y trouver un emploi, des services et des commerces.

Ce sont principalement les grandes villes qui connaissent la plus grande croissance. Selon l'ONU 430 villes ont aujourd'hui plus d'un million d'habitants contre 195 en 1975. Parmi elles, 73 ont plus de 5 millions d'habitants contre 18 seulement en 1975 : 25 de ces villes sont situées dans les pays du nord et 48 villes dans ceux du sud.

Ce sont plus particulièrement les mégapoles, soit les villes de plus de 10 millions d'habitants selon l'ONU, qui s'étendent. 29 villes dans le monde sont dans ce cas. Les plus peuplées sont Tokyo (Japon) avec 38 millions d'habitants, Mexico (Mexique) avec 23,5 millions, Séoul (Corée du Sud) avec 22,6 millions et New York (États-Unis) avec 22,2 millions.

Rebaptisée Mumbai depuis 1996, l'ancienne Bombay est l'une de ces mégapoles : la ville la plus peuplée de l'Inde compte actuellement 21 millions d'habitants contre 2 millions en 1950. La capitale économique de l'Inde, qui concentre 25 % de la production industrielle du pays, 40 % de son commerce maritime et 75 % de ses flux financiers, attire de nombreux habitants des campagnes. Sa densité de population atteint ainsi en moyenne 27 000 habitants par km2. Construite sur une presqu'île, Mumbai connaît un très important étalement urbain : elle s'étend sur 120 kilomètres du nord au sud.

Comme toutes les mégapoles du monde, Mumbai se trouve confrontée à d'importants problèmes. Le réseau de transports de la ville est en effet totalement asphyxié. Avec 7,5 millions de passagers par jour, ses trains sont parmi les plus surchargés sur la planète et de nombreux accidents mortels surviennent quotidiennement. Mumbai doit aussi faire face à une forte pollution et à la gestion des déchets : 10 000 tonnes sont générées chaque jour.

Enfin, comme la plupart des grandes villes des pays du sud, Mumbai comprend de nombreux bidonvilles. Il s'agit de quartiers constitués d'habitations construites sans autorisation par les habitants avec des matériaux de récupération et le plus souvent dépourvus d'équipements tels que l'électricité ou l'eau potable. Selon l'ONU 828 millions de personnes dans le monde vivent actuellement dans des bidonvilles. Mumbai abrite ainsi le plus grand d'Asie, Dharavi. S'étendant sur 223 hectares, il compterait entre 600 000 et 1 million d'habitants. La plupart de ceux-ci occupent des petits métiers d'artisans ou travaillent au recyclage de différentes matières.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce reportage consacré à la mégapole de Mumbai a été réalisé par une équipe de journalistes de France 2 installés à New Delhi, la capitale de l'Inde. La chaîne publique française dispose en effet de bureaux permanents dans quelques-unes des principales capitales mondiales, telles que Washington, Londres, Berlin, Bruxelles, Moscou, Pékin et New Dehli. Les journalistes qui y sont envoyés sont chargés de couvrir l'actualité de leur pays d'affectation. Dans certains cas, ils peuvent également traiter celle des pays voisins. Ainsi, le bureau de la rédaction de France 2 à New Dehli ne se contente pas de traiter de l'Inde mais couvre également celle des autres pays d'Asie du sud. L'équipe de ces bureaux se constitue le plus souvent d'un journaliste correspondant permanent et d'un journaliste reporter d'images. Elle peut aussi comporter des personnes chargées d'organiser les tournages, les producers, ou des interprètes et chauffeurs.

Le présent reportage a été réalisé à Mumbai, la capitale de l'État du Maharashtra, à l'ouest de l'Inde, par le correspondant permanent de France 2 à New Dehli, Pierre Monégier, et le journaliste reporter d'images, Dominique Marotel. La rédaction de France 2 souhaitait en effet illustrer dans le journal télévisé de vingt heures du 30 octobre 2011 le passage symbolique du cap des 7 milliards d'habitants dans le monde, prévu pour le lendemain. Or, Mumbai appartient à la catégorie des mégapoles, soit les villes de plus de dix millions d'habitants selon la définition des Nations unies. La capitale économique de l'Inde a donc été choisie comme exemple pour traiter de la surpopulation des grandes villes mondiales et des problèmes qu'elle pose.

Ce reportage alterne les images factuelles avec des interviews d'habitants afin de présenter un portrait de cette mégapole surpeuplée. De nombreuses vues générales de Mumbai donnent ainsi à voir son extension. Plusieurs problèmes engendrés par la surpopulation de la ville sont principalement mis en lumière par le sujet. Outre la pénurie d'eau potable, ce dernier insiste surtout sur l'engorgement des transports et les contrastes sociaux. L'asphyxie des transports de Mumbai est illustrée par des plans de la foule dans une gare, de trains bondés et de passagers se tenant à l'extérieur d'un train. Aucune image des nombreux accidents de trains qui arrivent quotidiennement n'est toutefois proposée. Ces accidents sont simplement évoqués par un passager interviewé.

Le reportage rend également visibles les grands contrastes sociaux de la mégapole indienne. Il juxtapose ainsi à plusieurs reprises des plans de gratte-ciels avec ceux de bidonvilles. Il donne par ailleurs à voir les conditions de vie dans le bidonville de Dharavi.

Christophe Gracieux

Transcription

Présentatrice
7 milliards d’habitants sur Terre, ce cap sera symboliquement franchi demain. Une explosion démographique qui s’accompagne de questions et de tensions, surtout liées à la surpopulation dans les grandes villes. Direction Maximum City, Bombay, en Inde, 22 millions d’habitants, probablement 25 d’ailleurs, et qui est l’illustration parfaite de ces mégalopoles où l’air et l’espace sont devenus très rares. C’est le grand format de cette édition, signé Pierre Monegier et Dominique Marotel.
Journaliste
C’est une ville qui déborde sur la mer, dont les restaurants s’étalent sur les trottoirs, tandis qu’un raz-de-marée de bidonvilles se déverse entre les gratte-ciel. Rien ne semble pouvoir contenir Bombay, Maximum City, comme on l’appelle ici. Le tiers de la population française, 22 millions d’habitants, jouent des coudes quotidiennement pour trouver leur place dans la ville la plus dynamique d’Inde et ne pas rester à quai, quoi qu’il en coûte.
Inconnu 1
L’autre jour, la foule était tellement compacte qu’ils m’ont poussé hors du train et je suis tombé sur la tête contre les rails.
Journaliste
Ils arrivent par jour par milliers, migrant des régions pauvres. Entrepreneurs, acteurs en herbe, tous attirés par le poumon économique du sous-continent qu’ils portent jusqu’à l’asphyxie. Les embouteillages sont tels que la vitesse moyenne a chuté de 30 kilomètres-heure en 20 ans. Plus grave, le manque d’eau potable coûte chaque année la vie à plusieurs milliers de personnes.
Inconnu 2
Chaque jour, on a droit à 5 seaux d’eau, pas un de plus.
Journaliste
Bombay est le cas extrême de ces villes d’Asie surpeuplées. Une mégapole qui échappe à tout contrôle, à tout plan d’urbanisme. Elle englobe Dharavi, le plus grand bidonville du monde, un labyrinthe sans fin et sans existence officielle.
Inconnu 3
Il n’y a pas de nom de rue, pas de numéro ici. Alors, ça m’a pris 6 mois avant de connaître toutes les adresses pour livrer mon gaz.
Journaliste
On s’y entasse à 8 dans 12 mètres carrés. On y dort à tour de rôle, oubliée l’intimité. Les plus pauvres s’étalent où ils peuvent tandis que les milliardaires construisent en hauteur. A quelques mètres des bidonvilles, la maison particulière la plus chère du monde héberge la plus grande fortune indienne. 1 milliard de dollars pour ce gratte-ciel qui affole l’immobilier de Bombay.
Sonal Shah
Il ne fait aucun doute que les prix vont encore augmenter, Bombay va devenir encore plus chère. Même les bidonvilles seront repris en main car ce sont aussi des terrains qui ont beaucoup de valeur.
Journaliste
Des promoteurs qui rêvent de s’approprier ces terrains, des petites mains qui cherchent leur place. Masse laborieuse contre classe dirigeante, Bombay détient déjà le record de criminalité en Inde et chaque jour qui passe, chaque nouvelle arrivée, chaque nouvelle naissance, la pousse encore un peu plus au bord de l’implosion sociale.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque