Recyclage des déchets à Mumbai

20 décembre 2004
04m 05s
Réf. 05241

Notice

Résumé :

A Mumbai, la capitale économique de l'Inde, des milliers de ruraux récemment installés dans la ville passent leur journée à collecter et trier les ordures et les déchets qu'ils revendent. Cette collecte donne naissance à des filières de recyclage et de transformation qui alimentent le pays en objets plastiques ou métalliques.

Type de média :
Date de diffusion :
20 décembre 2004
Source :
Lieux :

Contexte historique

L'Inde doit gérer et traiter deux types de déchets. Les premiers sont issus des circuits de la mondialisation : déchets électroniques et électriques, métaux et produits toxiques envoyés par les pays du nord pour être recyclés dans des conditions pas toujours légales. Depuis 2003, le gouvernement tente de limiter l'importation des rebuts industriels par des mesures de contrôle et des obligations de réexportation. Le second type de déchets concerne la production domestique et urbaine. En Inde, la croissance démographique des villes a rarement été accompagnée par l'adaptation des infrastructures à la nouvelle situation. L'étalement urbain non contrôlé, comme à Mumbai, aggrave la situation en incluant dans la ville des décharges qui étaient autrefois périphériques comme celle du bidonville de Dharavi. Le traitement des ordures ménagères est confié aux municipalités. Depuis 2000, le gouvernement fédéral a édicté des règles de collecte et de traitement qui ne sont pas toujours appliquées. Le ministère de l'urbanisme remarque que si la collecte et le transport des ordures ménagères fonctionne tant bien que mal, presque rien n'est fait pour la transformation et le stockage selon des normes modernes.

L'Inde produit annuellement 50 millions de tonnes de déchets ménagers, ce chiffre est en forte croissance (5 % par an) ce qui laisse prévoir un doublement en moins de 20 ans. Comparé à d'autres pays émergents, l'Inde produit moins d'ordures ménagères par habitant (environ 150 kg par an dans les villes). Les deux-tiers de ces rejets sont biodégradables mais avec le changement des habitudes de consommation, la part des plastiques et des métaux va augmenter. Sur l'ensemble du pays, la collecte organisée ne représente que 38 % du total. Le reste est déversé directement dans les décharges sauvages. Le tri sélectif ne concerne qu'un tiers de déchets. Pour pallier ces insuffisances, les villes indiennes ont recours au secteur informel. Les chiffonniers - ragpickers - procèdent au tri sélectif, dans les décharges ou à domicile. Leur collecte journalière est revendue à des marchands qui revendent eux-mêmes les produits triés à des négociants qui alimentent des industriels ou des artisans. A Mumbai, sur les 12 000 tonnes d'ordures quotidiennes, seulement la moitié est collectée. Le reste est abandonné dans les décharges et trié par les chiffonniers de bidonvilles qui travaillent pour un peu plus d'un euro par jour. Cette économie parallèle fait vivre les néo-urbains et permet à la ville de ne pas crouler sous le poids de ses rejets. Pour le gouvernement fédéral, on ne peut pas se contenter de cette situation. A partir de 2005, il a lancé le programme « National Urban Renovation Mission » (NURM) concernant 63 villes qui doivent à moyen terme devenir des villes durables, répondant aux normes internationales. Le gouvernement garantit des investissements après avoir validé des projets de développement. A Mumbai, la municipalité a fait construire à Gorai une décharge couverte capable de traiter 10 % des ordures de la métropole. Le méthane est récupéré et le carbone stocké, ce qui génère des subventions de la banque mondiale. Le gouvernement soutient aussi des PPP, partenariats public-privé. Des investisseurs privés regardent avec envie un marché de 570 millions de dollars. 36 % du traitement des ordures est assuré par le privé. C'est le cas de Hanjer Biotech, qui a mis au point un système original : il ne fait pas payer le traitement des déchets mais garde pour lui la valorisation après traitement. Il a mis au point des unités capables de produire du compost, des plastiques, du carburant vert... Au final, les déchets ultimes ne dépassent pas 15 % du total ! L'entreprise estime à 3 milliards de $ le marché du recyclage. L'Inde urbaine comptait environ 500 000 chiffonniers, il est probable qu'avec la rénovation urbaine qui comprend aussi l'élimination des bidonvilles, leur nombre va diminuer.

Claude Robinot

Éclairage média

Le recyclage des déchets est un des trois reportages du magazine de géopolitique de France 2 Un œil sur la planète qui portait le titre « Pourquoi faut-il croire en l'Inde ? » ; les deux autres documents portaient sur les OGM et sur la spiritualité. Un angle d'analyse qui prend le parti de montrer un pays émergent pris entre tradition et modernité. Le reportage commence par un petit lancement in situ dans les rues d'une ville indienne puis on part avec une infographie et des bruits de klaxons vers Mumbai. Les images sont soignées : on commence par suivre un ragpicker de 22 ans dont le commentaire dit qu'il vient de la campagne et qu'il était cordonnier. Ce qui peut se traduire pour les Indiens par : « un émigrant rural des basses castes ». On le voit ensuite ramasser les rebuts de consommation des quartiers riches. Il se dirige ensuite vers le bidonville de Dharavi qui a servi de décor au film Slumdog millionnaire. Depuis 2004, ce quartier fait l'objet de toutes les convoitises. Situé près de la gare et proche du nouveau centre des affaires, il doit être détruit et rénové, mais la corruption et les résistances font que 9 ans après le tournage du reportage, il est toujours là, avec son organisation et son industrie, telles qu'elles sont montrées dans le film. L'économie informelle de Dharavi nourrit les secteurs officiels en lui fournissant de la matière première. Les chiffonniers continuent d'assurer la collecte et le tri là où les services urbains n'arrivent pas. La modernisation du traitement des déchets réduit l'espace des ragpickers mais ne les fait pas disparaître.

Claude Robinot

Transcription

(Musique)
Journaliste
On connaît bien en France cette publicité qui montre un pays roi de la débrouille, roi du recyclage. Et c’est vrai que, souvent poussée par la nécessité, et bien l'Inde innove, l'Inde invente d'une manière parfois très surprenante. C'est pourtant une de ces innovations qui va peut-être bouleverser, comme vous allez le voir, nos modes de vie. Reportage d’Arnaud Miguet et d’Arnaud Levert.
(Bruit)
Journaliste
Il était destiné à faire des chaussures dans la caste des cordonniers. Mais il y a deux ans, Sunil a quittée sa campagne pour trouver du travail en ville. Il a 22 ans, il est désormais chiffonnier.
(Bruit)
Journaliste
Depuis 5 heures du matin, il arpente le quartier riche de Bandra car c’est à ces heures que l’on fait les meilleures prises.
(Bruit)
Sunil
Des bouteilles en plastique, et puis là une bouteille en verre et cette boîte de conserve.
(Bruit)
Sunil
Dans mon sac, je mets tout ce que je peux. Des déchets, j’en ramasse autant que je peux en porter, ça va parfois jusqu’à 25 kilos.
(Bruit)
Journaliste
Bombay, aujourd’hui Mumbai, est une foule. C’est surtout l’une des villes les plus polluées au monde.
(Bruit)
Journaliste
Ses habitants rejettent pas moins de 8000 tonnes de déchets chaque jour.
(Bruit)
Journaliste
Ici, pas de traitement des ordures. La municipalité se contente d’un ramassage sommaire des poubelles et de les déverser dans des décharges à ciel ouvert, en pleine ville.
(Bruit)
Journaliste
Dharavi, le plus grand bidonville du monde a poussé comme un champignon autour de la décharge principale de Mumbai.
(Bruit)
Journaliste
Car chose incroyable, elle fait vivre aujourd’hui 200000 personnes, des intouchables.
(Bruit)
Journaliste
En Inde, rien ne se jette, tout se transforme. Le système D est devenu une véritable économie.
(Bruit)
Journaliste
Tous les jours, Sunil va vendre le butin de sa journée à un intermédiaire. Plastique, carton, métal, ici, tout s’achète au poids.
Intervenant 1
Pose ton sac. Ok, mets tout sur la balance.
Sunil
C’est de l’aluminium.
Journaliste
6 roupies pour ces quelques pièces d’aluminium. Les bons jours, Sunil peut gagner 100 roupies, 1,50 Euros. Les bons jours seulement.
(Bruit)
Journaliste
Tout ce que Mumbai produit de déchets est transformé ici, dans le quartier des recycleurs.
(Bruit)
Journaliste
En Inde, on recycle la moitié du plastique, c’est 4 fois plus qu’en France. Chauffé, broyé, transformé en spaghettis, le plastique reprendra vie sous d’autres formes.
(Bruit)
Journaliste
Et des produits recyclés, on les retrouve sur tous les marchés de Mumbai.
(Bruit)
Journaliste
Bassines, panières, jouets, boîtes en tout genre, c’est bon pour l’environnement et pour le porte-monnaie.
(Bruit)
Intervenant 2
Ça c’est le recyclé et celui-là l’original. Il coûte 20 roupies, l’autre 8 seulement, c’est pour un usage similaire. Le recyclé, mes clientes l’utilisent pour mettre leur produit vaisselle. C’est un compromis, alors pourquoi dépenser 20 roupies pour ça ?
Journaliste
Les indiens, rois de la récup, sont en passe de bluffer la terre entière.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque