L'entreprise poétique de Jacques Roubaud

30 août 1973
03m 19s
Réf. 05457

Notice

Résumé :

Georges Perec et Jacques Roubaud s'entretiennent à propos de la démarche poétique de ce dernier.

Type de média :
Date de diffusion :
30 août 1973
Source :
ORTF (Collection: Les poètes )

Contexte historique

Après la Seconde Guerre mondiale, la poésie reste profondément marquée par le surréalisme. Certains auteurs prennent toutefois leurs distances avec cet héritage, empruntant d'autres directions que l'on pourrait présenter comme suit. D'une part, des poètes comme Yves Bonnefoy, André du Bouchet, Philippe Jaccottet, réunis autour de la revue L'Éphémère, cherchent à réconcilier l'homme et le réel. Par une écriture sobre et dépouillée, ils tentent de saisir quelque chose d'essentiel, de l'ordre de la présence au monde. D'autre part, des écrivains, influencés par les sciences humaines, contribuent à affirmer l'autonomie du langage par rapport à l'homme qui l'écrit ou qui le parle. L'OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), fondé en 1960 par Raymond Queneau et François Le Lionnais, s'inscrit dans cette lignée. Les Oulipiens partent de l'idée que la contrainte, loin d'entraver la création artistique, la stimule efficacement. Ils mettent donc à jour de nouvelles structures d'écriture, en s'inspirant, notamment, des combinaisons mathématiques, ou en ayant recours à la création assistée par ordinateur.

Friands de jeux verbaux et de prouesses langagières, Georges Perec (voir L'OuLiPo et Georges Perec) et Jacques Roubaud rejoignent le mouvement, en 1967 et 1966. Né en 1932, Jacques Roubaud enseignait les mathématiques avant de se consacrer à la poésie, mais son oeuvre, prolifique, ne se cantonne pas à ce genre littéraire : il est aussi essayiste, dramaturge, traducteur... Fasciné par le pouvoir créateur de la contrainte, l'écrivain en invente un certain nombre pour l'OuLiPo, comme le «baobab» ou le «haïku oulipien généralisé». Ce professeur de mathématiques est également un grand spécialiste du sonnet, auquel il consacre une thèse de doctorat sous la direction d'Yves Bonnefoy : La Forme du sonnet français de Marot à Malherbe. Recherche de seconde rhétorique. Il a par ailleurs exploré d'autres formes fixes, telles que la sextine, qui vient de la poésie des troubadours - dont il est un des plus grands connaisseurs - ou le renga, hérité de la poésie japonaise.

Alexandra Von Bomhard

Éclairage média

Rencontrant un lectorat relativement restreint, la poésie est, de fait, peu représentée à la télévision. Le magazine «Les poètes», réalisé par Jean-Pierre Prévost, se présente comme une suite de portraits d'auteurs de ce genre littéraire a priori confidentiel. L'émission du 30/08/73 est consacrée à Jacques Roubaud, qui rappelle, entre autres, deux influences majeures dans son oeuvre : l'art des troubadours et la poésie japonaise. Loin de représenter le poète comme un être à part, reclus dans sa tour d'ivoire, le documentaire nous le montre comme un homme simple et accessible. Cette impression est permise par le lieu du tournage (on pénètre dans la demeure de l'écrivain, dans le Lauragais), les situations choisies (discussion au coin du feu, promenade,...) et les cadrages (les plans rapprochés et serrés donnent un sentiment de proximité avec l'auteur). A l'anonymat d'une voix off, susceptible de créer une certaine distance avec le poète, le réalisateur préfère donner à entendre une conversation entre deux proches : Georges Perec n'est pas seulement oulipien comme Jacques Roubaud, il est aussi son ami. Il s'agit bien de désacraliser l'image du poète, sans amoindrir pour autant l'exigence qui est au coeur de son travail.

Se définissant lui-même comme «compositeur de mathématiques et de poésie», Roubaud souligne combien sa démarche, systématique, emprunte à la rigueur scientifique. Cependant, sa recherche dépasse le niveau du poème et s'étend à celui du recueil : comment trouver une organisation des textes poétiques qui ne soit ni chronologique, ni thématique ? A cette question, Roubaud a déjà apporté plusieurs réponses. L'ouvrage Signe d'appartenance (1967), par exemple, est un sonnet de sonnets dont la composition est conçue comme une partie de jeu de go. Les poésies médiévales et japonaises lui inspirent d'autres façons de tisser les textes entre eux. Ses recueils Mono no aware (1970), et Renga (1971) en portent la trace. Enfin, pour Roubaud, tous les pans de sa vie sont intimement liés : son écriture se nourrit tout autant de la recherche scientifique que de ses promenades en forêt (ce à quoi la dissociation du son et de l'image, à la fin de l'extrait, fait écho : on voit l'homme déambuler dans les champs avec son ami, tandis que sont développées, en off, ses interrogations concernant l'agencement des textes poétiques). C'est pourquoi le poète est, selon lui, comparable à un chasseur d'escargot : il «doit mettre une sorte de paire de lunettes intérieures spéciales, choisir un regard gastéropodique s'il ne veut pas rentrer bredouille» (Jacques Roubaud, Poésie).

Alexandra Von Bomhard

Transcription

Intervenant
Il est évident que les gens qui écrivent de la poésie et qui sont de ma génération sont, la plupart du temps, des gens qui ont été beaucoup influencés par les grands textes de la poésie surréaliste, aussi bien Breton qu’Eluard, Tzara ou Aragon ou Desnos ; et moi par exemple, dans mon cas, il y a une vingtaine d’années, je connaissais à peu près dix milles vers d’Eluard par cœur. Seulement, le problème qui se pose aussi tout à fait évidemment, c’est que on ne peut pas continuer comme ça. Donc, ne serait-ce que à titre de nécessité de survie, il faut passer ailleurs.
Journaliste
Alors, comment on passe ailleurs et où va-t-on ?
Intervenant
Comment passer ailleurs ? Hé bien, c’est ce, le processus est de rechercher une tradition autre, une tradition autre qui, finalement avait été plus ou… probablement pas connue ou très peu appréciée par des surréalistes et d’essayer de s’y situer, de s’y établir. Alors quand j’ai, en fait, le premier travail que j’ai fait dans cette direction, c’était de m’interroger sur la forme du sonnet.
Journaliste
Alors, là on arrive à une autre idée en quelque sorte, qui est, tu pars du sonnet, tu as donc fait une sorte de saturation sur le thème même du sonnet, et ça c’est aussi un thème, enfin…
Intervenant
C’est de faire une exploration complète de la forme, d’une forme poétique. Et ça, disons, cette idée, l’idée de le faire de manière assez systématique, je crois que c’est une idée qui est quand même assez liée à la pratique scientifique ; enfin disons, c’est une façon de procéder qu’ont beaucoup les mathématiciens.
Journaliste
Oui, c’est ça, et c’est...
Intervenant
On pose des hypothèses de départ et puis on cherche comment ces hypothèses se développent.
Journaliste
Oui…
Intervenant
De la manière la plus systématique possible. Comment faire un livre avec des poèmes qui ne soit pas une mise, une simple mise bout à bout ? Une simple juxtaposition, soit une organisation en thèmes. La façon dont, si on prend les anthologies européennes comme elles ont été faites, disons depuis la Renaissance, ou bien on fait des poèmes pour toutes les heures du jour, de la nuit, des poèmes pour l’année ou des poèmes qui chantent la pomme de terre, le choix de tous les poèmes sur la pomme de terre, enfin, des choses comme ça ; ou bien on les met en vrac parce que ce sont des poèmes qui nous ont plu, on les met en…
Journaliste
Par ordre alphabétique.
Intervenant
Par ordre alphabétique, par ordre chronologique, et cetera. Alors, ce sont des procédés que je respecte entièrement ; mais je voulais chercher un autre type d’organisation poétique dans laquelle le poème ait une signification individuelle mais aussi dans ses relations avec les autres poèmes. Alors, en cherchant je l’ai trouvé dans deux endroits. Ça, ça existe disons chez les troubadours, dans les anthologies de poèmes des troubadours ; mais de la manière la plus achevée, ça existe bien évidemment beaucoup plus que dans les Canzonieere italiens ou dans les anthologies troubadours, ça existe chez les Japonais ; puisque les Japonais en avaient fait une sorte de, enfin, ça faisait partie de la création poétique elle-même.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque