Géothermie en Guadeloupe : produire de l'électricité de manière durable

06 avril 2010
02m 19s
Réf. 05507

Notice

Résumé :

Pendant la semaine du développement durable de 2010, ce reportage centré sur la centrale géothermique de Bouillante en Guadeloupe, nous permet de mieux comprendre cette manière de produire de l'électricité de manière renouvelable.

Date de diffusion :
06 avril 2010
Source :
A2 (Collection: 20 heures )

Contexte historique

La géothermie est basée sur une idée simple : plus on creuse la Terre et plus la température augmente. Les profondeurs de la Terre sont donc un formidable réservoir d'énergie thermique, mais pour l'exploiter il faut que cette chaleur soit accessible, ce qui induit des conditions géologiques particulières et il faut pouvoir transporter cette énergie jusqu'à la surface. Il existe 3 grands types d'exploitations géothermiques : la géothermie de très basse énergie (forage peu profond et température avoisinant les 15°C) qui est utilisée pour le chauffage individuel, la géothermie de basse énergie et celle qui nous intéresse dans ce reportage, la géothermie à haute énergie (avec une température de l'eau proche de 200°C) utilisée pour le chauffage et la production d'électricité. Dans le cas de la production d'électricité, la vapeur récupérée sert à faire tourner un alternateur qui produit de l'électricité, comme dans le cas d'une centrale thermique classique ou d'une centrale nucléaire, mais sans épuisement de la ressource.

En France, les chiffres de 2011 indiquent que la géothermie contribue à la hauteur de 0,1Mtep à la production globale d'énergie primaire. Pour comparaison, l'éolien contribue, lui, à hauteur de 1,1Mtep. A cette époque, la seule centrale géothermique en France qui produit de l'électricité est celle de Bouillante en Guadeloupe avec une puissance moyenne de 15 MW. Celle de Soultz-sous-Forêts en Alsace, qui a été inaugurée en 2008, est davantage un centre de recherche sur la géothermie et dispose d'une puissance de 1,5 MW. Par comparaison, aux Etats-Unis (premier producteur mondial d'électricité par géothermie), le champ géothermique californien « the Geysers » possède grâce à plusieurs centrales judicieusement installées une puissance moyenne de 685 MW. La géothermie française est donc un potentiel à ne pas négliger pour atteindre en 2020 l'objectif de 23% de l'énergie produite à l'aide de ressources renouvelables.

Fatima Rahmoun et Sophie Edouard

Éclairage média

Après le lancement plateau du journaliste, situant ce reportage comme un complément d'information « semaine du développement durable » sur une énergie particulière, la géothermie, nous partons en Guadeloupe près de Pointe-à-Pitre pour rencontrer de sympathiques baigneurs en maillot de bain dans une eau à près de 40°C. Une entrée en matière pleine de soleil, avec un accent chantant pour vanter les mérites de la géothermie. Mais la géothermie, ce ne sont pas que les sources d'eau chaude pour les baigneurs ; l'expert en géologie est là pour rappeler que ce n'est pas avec cette eau à 40°C que l'usine produit de l'électricité, mais avec une eau qui se trouve en profondeur, et qui atteint la température de 250°C.

Pour une meilleure compréhension du phénomène, le journaliste nous propose un schéma explicatif animé de la disposition particulière de cette usine de Bouillante. Puis nous passons au reportage sur place dans l'usine et c'est le directeur de l'exploitation qui nous explique le principe de l'alternateur. Nous remarquons d'ailleurs de grands panaches blancs sur presque toutes les images de la centrale, or ces gouttelettes d'eau en suspension (ou brouillard) ne peuvent pas être de la vapeur d'eau à 250°C (comme le dit le commentaire), car elle serait alors invisible.

Devant le tableau de bord de la centrale, le responsable local d'EDF nous donne des qualificatifs précis de cette production d'électricité que le journaliste avait qualifié de « propre ». Elle est renouvelable et en plus, par rapport au photovoltaïque ou à l'éolien, elle est maîtrisable et produit de l'électricité nuit et jour, 365 jours par an. Le journaliste termine le reportage avec une prévision optimiste en ce qui concerne le développement de la géothermie sur l'île ; il évoque un passage de 8% à 30% de l'électricité produite de cette manière d'ici à 2020.

Fatima Rahmoun et Sophie Edouard

Transcription

David Pujadas
Notre série de reportages maintenant sur la semaine du développement durable. Voici une énergie dont on parle peu, et qui se cache juste sous nos pieds, la géothermie. Exploiter la chaleur souterraine issue de l’activité volcanique. Une centrale fait figure de modèle en France, celle de Bouillante en Guadeloupe. Elle produit 8 % de l’électricité de l’île. Reportage de nos envoyés spéciaux Valéry Lerouge et Yann Moine.
Valéry Lerouge
Une eau à 27 degrés au large et à près de 40 degrés dans ce petit bassin au pied du volcan de la Soufrière.
Inconnue
On est dans une source d’eau chaude, il y a autour de nous des points où l’eau sort avec une certaine vapeur ; et cette eau nous permet de nous détendre, de faire du bien à nos rhumatismes, c’est agréable.
Valéry Lerouge
Agréable pour les riverains, bien utile pour les géologues. Cette eau chaude isolée est le signe qu’il y a en dessous une véritable mine d’or.
Erwan Bourdon
Cette eau chaude en profondeur, elle fait 250 degrés, et que cette eau chaude peut être utilisée pour faire de l’électricité, notamment à partir de la vapeur d’eau qu’on récupère en profondeur.
Valéry Lerouge
Pour que ça marche, il faut un volcan pour produire de la chaleur, de l’eau de mer et de l’eau de pluie qui s’y infiltrent, et des failles où se concentre l’eau en ébullition. Il suffit ensuite de forer pour récupérer la vapeur et la transformer en électricité. C’est ici que se fait l’opération, dans la commune bien nommée de Bouillante, cette centrale produit 15 mégawatts, ce que consomme une ville de 40 000 habitants.
Jules Cairo
Vous avez par exemple, si on prend le principe hydraulique, c’est la force de l’eau qui va entraîner une roue et qui va la faire tourner. Ça, c’est la force de la vapeur qui va entraîner la roue et la faire tourner.
Valéry Lerouge
Cette électricité coûte 25 % de moins à produire que dans une centrale au fioul. Autre avantage pour EDF qui la rachète, elle est totalement propre et plus facile à maîtriser que l’énergie solaire ou éolienne.
Frédéric Charlet
C’est une énergie renouvelable qui est garantie. Si on compare avec le photovoltaïque, par exemple, la nuit, le photovoltaïque ne produit pas. Alors que la géothermie, elle, produit 365 jours par an, 24 heures sur 24.
Valéry Lerouge
Encouragée par le Gouvernement, la géothermie devrait se développer rapidement ici. Si elle ne couvre que 8 % des besoins de la population, elle devrait passer à 30 % d’ici à 2020 avec la construction d’une nouvelle centrale.