Montdidier, une commune modèle pour les réseaux électriques intelligents de demain

25 septembre 2012
02m 58s
Réf. 05510

Notice

Résumé :

Le reportage présente l'organisation sur le plan énergétique de la ville de Montdidier. Il nous présente également les réseaux électriques intelligents que la ville va tester.

Date de diffusion :
25 septembre 2012
Source :
A2 (Collection: 13 heures )

Contexte historique

Il subsiste en France au moment du reportage environ 150 régies communales d'électricité, créées pour certaines depuis le début du siècle, comme par exemple celle de Sainte-Marie-aux-Chênes en Moselle qui date de 1906. Les régies gèrent l'approvisionnement en électricité de leurs concitoyens. Ces communes ne sont pas complètement autonomes dans leur production énergétique mais peuvent atteindre une production qui correspond à plus de 50% de leur consommation, souvent en utilisant des ressources renouvelables comme la biomasse (voir le sujet La biomasse, une ressource énergétique renouvelable), le photovoltaïque ou l'éolien. L'électricité provenant de différentes sources, et notamment de particuliers, il est important de gérer le réseau de distribution de l'électricité.

Les réseaux électriques intelligents ou smart grid utilisent des technologies informatiques de manière à optimiser la production, la distribution et la consommation, en ciblant l'ensemble des mailles du réseau d'électricité qui va de tous les producteurs à tous les consommateurs, afin d'améliorer l'efficacité énergétique de l'ensemble.

Ces réseaux devraient permettre d'économiser l'énergie en lissant les pointes de consommation, qui sont les plus coûteuses. Ils doivent également permettre de gérer l'intermittence des énergies renouvelables et promouvoir le développement de nouveaux usages tels que le véhicule électrique. L'un des 5 piliers de la « Troisième révolution industrielle » proposée et promue, notamment par l'économiste américain Jeremy Rifkin, consiste justement à relier par des réseaux électriques intelligents de très nombreuses microcentrales.

Fatima Rahmoun et Sophie Edouard

Éclairage média

Dans la première partie du reportage, nous allons à Montdidier une petite commune de la Somme qui gère de manière autonome, via une régie communale, la production et la distribution d'électricité. Nous nous rendons chez une habitante qui a installé sur son toit des panneaux photovoltaïques. Son installation est visiblement raccordée directement au réseau communal, et il est assez intéressant de noter qu'elle préférerait garder l'énergie produite pour son usage personnel au lieu de la vendre à la régie... L'installation de réseau électrique intelligent devrait permettre cette gestion au plus près des producteurs et consommateurs.

Puis nous retrouvons la Maire de la commune, très fière de nous présenter les quatre éoliennes publiques qui permettent à la commune d'assumer - avec d'autres moyens de production - 53% des besoins énergétiques. Nous sommes encore loin de l‘autonomie intégrale face à EDF.

Mais nous comprenons que ce dynamisme énergétique a permis à Montdidier d'être choisie pour tester la mise en place d'un réseau électrique intelligent. Et la transition est toute trouvée pour passer à la deuxième partie du reportage centrée sur ces réseaux. Après une judicieuse animation en image de synthèse, nous passons à l'échelle européenne, où ce projet fait l'objet d'un vaste programme européen. Une rapide interview de Jeremy Rifkin est mise en image, ce qui donne plus de clarté au propos de l'auteur de La Troisième révolution industrielle. En effet, il ne s'agit pas seulement de la mise en place de ce type de réseau mais aussi de remplacer les grosses unités de productions d'électricité comme les centrales nucléaires ou les centrales thermiques par des microcentrales de type éolienne ou photovoltaïque directement intégrées aux bâtiments.

Le reportage se termine par des images d'une ville allemande ayant déjà entamé son processus de mutation énergétique. Mais cette mutation est-elle généralisable à l'ensemble de l'Europe ?

Fatima Rahmoun et Sophie Edouard

Transcription

Elise Lucet
Françoise Vallet, Jean-Marie Lequertier. Mais on commence d’abord par le dossier du 13 heures, au moment où l’Assemblée débat des tarifs sociaux de l’énergie, on s’est intéressé à toutes ces initiatives qui permettent vraiment de faire baisser la facture d’électricité. En France 150 communes sont en grande partie autonomes vis-à-vis d’EDF et elles ont leur propre réseau. Ça fonctionne de mieux en mieux, c’est très économique pour les particuliers, un reportage à Montdidier, dans la Somme.
Françoise Vallet
Katia Dulondel habite Montdidier depuis toujours et n’a jamais vu de facture EDF.
Katia Dulondel
Nous, nous ne recevons pas de facture EDF, puisque ici, à Montdidier, c’est une régie communale. Donc, je pense que là, les prix sont au plus juste, quoi, et j’en suis très satisfaite.
Françoise Vallet
Pour sa commune, Madame Dulondel produit également de l’électricité.
Katia Dulondel
Voilà !
Françoise Vallet
Elle est fière de ses panneaux solaires, ils lui rapportent 1 700 euros par an.
Katia Dulondel
Bien sûr, j’aurais bien aimé m’en servir pour ma consommation personnelle, mais pour l’instant, ce n’est pas encore possible à grande échelle, quoi ! Donc, je revends mon électricité à la régie électrique.
Françoise Vallet
L’autonomie en énergie est le cheval de bataille du maire pour ses 6 500 habitants.
Catherine Quignon-Le-Tyrant
Nous avons facilité la construction de 4 éoliennes publiques et grâce à cela, nous pouvons assumer 53 % des besoins énergétiques.
Françoise Vallet
Chaque année, la commune augmente sa production et allège sa facture, 178 000 € d’économie l’an dernier.
Catherine Quignon-Le-Tyrant
On les réinjecte, c’est un cercle vertueux qui nous permet après de financer les travaux, les aides aux particuliers, les aménagements.
Françoise Vallet
Montdidier a été sélectionné pour tester un système de réseau dit intelligent. Ce compteur, couplé à un ordinateur, doit permettre aux usagers de gérer leur consommation en temps réel. Si les habitants produisent de l’électricité, ils pourront, soit l’utiliser, soit l’envoyer dans un réseau d’échange. Produire, partager et gérer l’électricité en ligne devient aussi simple et rapide que l’envoi d’une photo ou d’un fichier par Internet. C’est l’un des plus grands programmes lancés par Bruxelles. Pour cet économiste, promoteur du projet, nous sommes à la veille d’une révolution industrielle.
Jeremy Rifkin
C’est toute la puissance de la révolution Internet. Nous ne sommes qu’au début de l’histoire. Quand un moyen de communication comme Internet croise un système de distribution d’énergie, des centaines de millions de gens vont avoir le pouvoir de créer leur propre électricité ; et ça, c’est une révolution économique.
Françoise Vallet
Il préconise l’arrêt progressif du financement d’infrastructures coûteuses pour convertir les villes en micros centrales électriques. Objectif, notre indépendance énergétique et la création de milliers d’emplois pour installer ce nouveau réseau. Cette transition énergétique a déjà commencé dans les pays scandinaves et en Allemagne. Outre-Rhin, 1 million de bâtiments ont été convertis pour produire de l’énergie verte, créant ainsi 400 000 emplois.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque