Curiosity démarre son aventure martienne

06 août 2012
01m 53s
Réf. 05709

Notice

Résumé :

Après un voyage de 8 mois, le robot Curiosity se pose sur la surface de Mars et démarre son travail d'analyse du sol martien. Les scientifiques du centre Jet Propulsion Laboratory JPL de Californie sont fous de joie tout comme les scientifiques et ingénieurs français du CNES et de Chemcam qui suivent l'arrivée de Curiosity depuis la Cité de l'Espace à Toulouse.

Date de diffusion :
06 août 2012
Source :
A2 (Collection: 20 heures )
Personnalité(s) :

Contexte historique

En parallèle de la conquête de la Lune (voir le document Les différentes missions Apollo), des missions ont pour objectif la planète Mars mais peu connaissent le succès. C'est sans doute la raison pour laquelle elles sont beaucoup moins médiatisées. Toutes les sondes soviétiques ont connu des problèmes et de nombreuses ont échoué. Les missions américaines ont connu plus de succès et ont permis d'avoir des photographies de la surface de la planète, de relever l'absence de champ magnétique martien et de connaître la composition de l'atmosphère.

En 1971, Mariner 9 devient le premier satellite artificiel martien. On découvre ainsi Olympus Mons, le plus haut volcan du système solaire, Valles Marineris, de grands canyons de 4000 km de long et des paysages géologiques compatibles avec la présence d'eau liquide à un moment de l'histoire de la planète.

En 1976, les sondes Viking ont permis d'effectuer les premiers « amarsissages ».

Après l'aventure lunaire, la rivalité entre les USA et l'URSS s'apaise dans le domaine de l'espace, les budgets consacrés à la course à la Lune ne pouvant plus être mobilisés. Mars est laissée de côté pendant plus d'une décennie.

Sur la première partie des années 90, les missions martiennes connaissent de nouveau de grands échecs. En 1997, Mars Global Surveyor est mis en orbite avec succès. « La malédiction martienne » commence à toucher à sa fin même si de nombreuses missions échouent encore, notamment Mars Climate Orbiter qui s'écrase le 23 septembre 1999 car les équipes qui collaboraient n'utilisaient pas les mêmes systèmes de mesure !

Le robot Sojourner se pose sur le sol de Mars en 1997. Les deux robots Spirit et Opportunity sont envoyés en 2004.

Enfin, Curiosity se pose en août 2012 après 8 mois de voyage.

La mission Mars Science Laboratory, véritable petit laboratoire ambulant, rend possible le projet (datant de la fin des années 80) de récupérer des roches martiennes pour les analyser. Les roches ne seront pas rapatriées sur Terre (a priori beaucoup trop coûteux) mais analysées sur place.

Fatima Rahmoun et Sophie Edouard

Éclairage média

Après toutes ces années de travail, il ne reste plus qu'à attendre et espérer que tous les instruments vont fonctionner correctement et que Curiosity, qui a le gabarit d'une petite voiture, arrive à bon port !

Comme les images le montrent, c'est par une explosion de joie que les scientifiques de la NASA accueillent la confirmation que Curiosity a réussi à se poser dans le cratère de Gale sur Mars. Ce reportage doit se regarder à l'aune des espoirs déçus et des incertitudes qui pesaient sur cette mission, la mission russe Phobos-Grunt destinée à étudier le satellite de Mars ayant échoué quelques mois plus tôt. On découvre grâce à ce reportage les superbes premières photographies martiennes prises par Curiosity.

Puis on nous présente la simulation de l'amarsissage de Curiosity créée par la NASA afin d'expliquer les étapes de l'exploit. Il ne faut pas oublier qu'aucune vraie image de l'événement n'existe.

On peut tout de même un peu s'étonner du vocabulaire utilisé par le journaliste qui commente la simulation de l'arrivée de Curiosity sur Mars comme par exemple l'utilisation du terme parachute « supersonique » qui ne semble pas avoir de véritable sens.

Le reportage met en avant la collaboration internationale dans le domaine de l'espace. Marquée au démarrage par la compétition, l'aventure spatiale est devenue une coopération internationale au fil des années et de l'explosion des budgets. On montre donc avec fierté dans le reportage l'implication de la France dans la mission.

« Curiosity est sur Facebook, a un compte Twitter » : la conquête spatiale a démarré une nouvelle ère ! Et quasi en temps réel... Il faut faire attention à cette expression : les données que Curiosity renvoie à la NASA peuvent mettre jusqu'à une vingtaine de minutes pour arriver sur Terre. Les informations ont beau se déplacer à la vitesse de la lumière, la distance à parcourir pour arriver jusqu'à notre voisine ne nous permet pas de communication en temps réel.

Curiosity n'est pas tombée sur de petits martiens après presque deux ans de fonctionnement. Mais, malgré toutes les précautions, c'est un peu de la vie terrienne qui a été emportée. En effet, des microorganismes ont été apportés sur Mars par le robot et pollueront peut-être la « planète rouge ».

Fatima Rahmoun et Sophie Edouard

Transcription

Présentateur
Deuxième grand titre ce soir, 6 roues, 17 caméras et une tête de cyclope, le super robot tant attendu s’est posé ce matin sur Mars sans encombre. C’est un événement historique car il ouvre une nouvelle ère d’exploration sur la Planète Rouge. Explications Romain Boutilly.
Romain Boutilly
Contact avec le sol, nous sommes bien sur Mars.
(Bruit)
Romain Boutilly
Leur joie est à la hauteur de l’exploit. Tôt ce matin, la NASA est en liesse, heureuse comme au premier jour de la conquête de l’espace. Après 8 mois de voyage, le plus gros robot, le plus sophistiqué, s’est posé sans encombre. Trois minutes plus tard, il envoie ces premières photos, on y voit l’ombre du robot sur le sol martien. Cet amarsissage est une opération extrêmement périlleuse, car l’engin pèse lourd, près d’une tonne. Mais comme prévu, il a réussi sa descente, baptisée les 7 minutes de la terreur, passé de 20 000 à 2 kilomètres/heure et freiné brusquement à l’aide d’un grand parachute supersonique. Curiosity, alors suspendu au vaisseau par une grue volante, s’est posée délicatement sur un cratère du sol martien.
Marc Pircher
C’est une prouesse parce que tout doit marcher au même moment et que c’est extrêmement difficile. Et donc, après 800 millions de kilomètres, 8 mois d’attente, vous avez tous les instruments qui marchent !
Romain Boutilly
7 minutes de suspens, scruté aussi depuis l’Hexagone, car cette aventure, la France y participe. La ChemCam : les yeux du robot ont été conçus par les ingénieurs français.
Henri Seran
C'est vraiment une grande fierté de voir que ce qu'on a fait ici… ce qui est passé entre nos mains, on espère tous que ça va marcher.
Romain Boutilly
Curiosity sera en contact permanent avec la Terre, et transmettra les fruits de ses découvertes quasi en temps réel sur un site Internet. Il a également sa page Facebook, son compte Twitter… Et pour l’instant aucun Martien en vue.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque