Les résultats du premier tour de l'élection présidentielle de 2012

23 avril 2012
01m 33s
Réf. 05818

Notice

Résumé :

Le 22 avril 2012, le socialiste François Hollande arrive en tête du premier tour de l'élection présidentielle. Ses supporters célèbrent ce résultat devant le siège du PS et à Tulle. Deuxième, le président de la République sortant Nicolas Sarkozy se rend à la Maison de la Mutualité où sont réunis les militants de l'UMP. La candidate du Front national Marine Le Pen célèbre sa troisième place.

Date de diffusion :
23 avril 2012
Source :

Contexte historique

Le 22 avril 2012 a lieu le premier tour de l'élection présidentielle, la neuvième organisée sous la Ve République. Cinq ans auparavant, le candidat de l'Union pour un mouvement populaire Nicolas Sarkozy l'avait aisément emporté au second tour avec 53,06 % des suffrages exprimés contre 46,94 % pour la socialiste Ségolène Royal. Malgré le fort rejet de sa personnalité et de son bilan, le président sortant se représente. Son adversaire principal est François Hollande, désigné candidat du Parti socialiste le 16 octobre 2011 à l'issue d'une élection primaire remportée avec 56,6 % des suffrages exprimés contre 43,4 % pour Martine Aubry.

Après une campagne électorale assez terne, le scrutin du 22 avril 2012 est marqué par une participation élevée : plus de 36,5 millions d'électeurs, soit 79,48 % des inscrits, se rendent aux urnes. La participation est certes en baisse par rapport au premier tour de l'élection présidentielle de 2007 lors duquel 83,78 % des électeurs avaient voté. Mais elle dépasse celle des premiers tours des scrutins de 1995 (78,4 %) et de 2002 (71,6 %).

Cette forte mobilisation électorale profite d'abord à François Hollande. L'ancien premier secrétaire du PS arrive en effet en tête au soir du premier tour avec 28,63 % des suffrages exprimés. Il obtient le meilleur score d'un candidat de gauche au premier tour depuis François Mitterrand en 1988. Ayant fait campagne sur le thème « Le changement, c'est maintenant », François Hollande profite en grande partie de l'impopularité de Nicolas Sarkozy. Ce dernier ne recueille que 27,18 % des suffrages exprimés au premier tour, alors qu'il était arrivé nettement en tête en 2007 avec 31,18 % des voix contre 25,87 % à Ségolène Royal. Ainsi, pour la première fois sous la Ve République, un président sortant est devancé au premier tour. Charles de Gaulle en 1965, Valéry Giscard d'Estaing en 1981, François Mitterrand en 1988 et Jacques Chirac en 2002, tous étaient arrivés en tête à l'issue du premier tour, même si cela n'avait pas empêché Valéry Giscard d'Estaing d'être ensuite battu. Nicolas Sarkozy se trouve donc en position difficile avant le second tour pour lequel François Hollande apparaît favori.

Le premier tour de l'élection présidentielle de 2012 est également marqué par le résultat historique du Front national. Avec 17,90 % des suffrages exprimés, Marine Le Pen obtient le meilleur score d'un candidat d'extrême droite à une élection présidentielle : elle dépasse celui de 2002 (16,86 %), qui avait permis à son père Jean-Marie Le Pen de se qualifier pour le second tour, et double presque celui qu'il avait recueilli en 2007 (10,44 %). Devançant nettement les autres candidats, elle parvient à faire du Front national la troisième force politique française. Le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon obtient 11,10 % des voix, ce qui le place très largement au-dessus des 1,93 % réunis en 2007 par la communiste Marie-George Buffet. Mais il ne parvient pas dépasser Marine Le Pen contre laquelle il avait conduit sa campagne.

Le centriste François Bayrou ne réédite quant à lui pas à son résultat de 2007 : le président du Mouvement démocrate ne réunit que 9,13 % des voix, soit moins de la moitié des 18,57 % qui lui avaient permis d'arriver en troisième position en 2007. Les cinq autres candidats ne recueillent que de faibles scores. Avec seulement 2,31 % des voix, la candidate des Verts Eva Joly essuie un sérieux échec, tandis que les candidats d'extrême gauche, Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste) et Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) ne remportent respectivement que 1,15 % et 0,56 % des voix. Enfin, Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) obtient 1,79 % des voix et Jacques Cheminade (Solidarité et progrès) 0,25 %.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Placé en ouverture du journal télévisé de France 3, « le 19/20 », le 23 avril 2012, ce très bref sujet se veut avant tout informatif : l'objectif est de présenter de manière claire, complète et synthétique les résultats officiels du premier tour de l'élection présidentielle livrés par le ministère de l'Intérieur. De facture très classique, ce sujet propose un montage d'images et d'infographies.

Les plans ont été tournés la veille dans les lieux où les trois principaux candidats avaient réuni leurs partisans pour la soirée. Les images de militants socialistes insérées dans le reportage ont été filmées devant le siège du Parti socialiste rue de Solférino, à Paris, et sur la place de la Cathédrale à Tulle, ville dont François Hollande a été le maire jusqu'en 2008. Celles des militants UMP ont été tournées à la Maison de la Mutualité, louée pour la soirée. Celles de Marine Le Pen ont quant à elles été filmées dans une salle parisienne réservée par le Front national.

Les images insérées dans ce sujet donnent toutes à voir des militants en liesse pour des raisons bien différentes. Les militants socialistes crient leur joie, brandissent drapeaux et banderoles, dont l'une à l'effigie de François Hollande, parce que leur candidat est arrivé en tête. Les supporters de Nicolas Sarkozy, arrivé deuxième, manifestent malgré tout bruyamment, au milieu de nombreux drapeaux tricolores, afin de soutenir leur candidat pour le second tour. Quant à Marine Le Pen, elle célèbre elle-même devant les caméras son résultat historique, le plus important score jamais obtenu par un candidat d'extrême droite à une élection présidentielle : elle danse avec l'un de ses soutiens, Gilbert Collard, candidat aux élections législatives dans le Gard.

Ce sujet propose également une série de panneaux infographiques, insérés en alternance avec les plans filmés. Hormis le dernier qui montre une carte des résultats du premier tour de l'élection présidentielle par département, ces infographies présentent dans l'ordre décroissant les scores obtenus par les dix candidats. Chacune comporte le nom du candidat, sa photographie et son score. Une couleur, censée représenter son appartenance politique, est également insérée en arrière-fond : pour François Hollande le rose, renvoyant à l'emblème du Parti socialiste ; pour Nicolas Sarkozy le bleu, couleur traditionnellement associée à la droite ; pour François Bayrou l'orange, couleur figurant dans l'emblème du MoDem ; pour la candidate écologiste Eva Joly le vert ; ou le rouge pour le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon. Les deux qualifiés pour le second tour, François Hollande et Nicolas Sarkozy, ainsi que la troisième, Marine Le Pen, bénéficient d'un traitement particulier : ils apparaissent à la fois dans des séquences filmées et dans des infographies. À l'inverse, les sept autres candidats ne sont ni montrés lors de la soirée électorale ni ne font l'objet d'un commentaire particulier. La journaliste se contente d'indiquer leur score, sans apporter plus de précisions.

Christophe Gracieux

Transcription

Carole Gaessler
A l’issue de ce premier tour, c’est donc un nouveau paysage politique qui se dessine. On s’arrête d’abord sur les résultats officiels communiqués aujourd’hui par le ministère de l’Intérieur. Un point et demi sépare François Hollande de Nicolas Sarkozy. Le détail, Anne Bourse.
Anne Bourse
Mêmes cris du siège du Parti Socialiste à Paris, à Tulle en Corrèze. Il est 20 heures hier soir, François Hollande arrive en tête de ce premier tour de l’élection avec 28,63 % des suffrages. Au même moment, à la Mutualité, les militants UMP veulent y croire jusqu’au bout.
Inconnue
On va gagner ! On va gagner !
Anne Bourse
Nicolas Sarkozy atteint 27,18 %. Le duel est serré, à peine 560 000 voix séparent les deux hommes. Sur la troisième marche, une femme qui danse de joie. Marine Le Pen hisse le FN à un niveau jamais atteint 17,9 %. Derrière, Jean-Luc Mélenchon totalise 11,11 % des voix, François Bayrou 9,13, Eva Joly 2,31. En queue de classement, Nicolas Dupont-Aignan comptabilise 1,79 %, Philippe Poutou 1,15, Nathalie Arthaud 0,56. Enfin, Jacques Cheminade ferme la marche avec 0,25. Le candidat socialiste arrive en tête dans 62 départements en rose sur la carte, Nicolas Sarkozy dans 43 et Marine Le Pen arrive première dans le Gard.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque