La pratique du carême chez les catholiques français

17 mars 2010
03m 20s
Réf. 06602

Notice

Résumé :

Plusieurs catholiques français évoquent leur pratique du carême. Une femme reçoit chaque jour un courrier électronique contenant des versets de la Bible. Les Dominicains de Lille ont en effet créé un site internet pour le carême.

Date de diffusion :
17 mars 2010
Source :
A2 (Collection: 20 heures )

Contexte historique

Le carême est la période de quarante jours qui précède Pâques, fête principale de la religion chrétienne lors de laquelle est célébrée la résurrection de Jésus-Christ. Dérivant du mot latin quadragesima qui signifie « quarantième » et institué au IVe siècle, il couvre en fait une période de quarante-six jours puisque les dimanches ne sont pas comptés. Les quarante jours du carême renvoient non seulement aux quarante années passées par les Hébreux entre leur sortie d’Égypte et leur entrée en Terre promise mais aussi aux quarante jours passés par Jésus-Christ au désert après son baptême.

Le carême débute le mercredi des Cendres, au lendemain du mardi gras. Ce jour-là, lors d’une célébration, les fidèles catholiques se voient marqués par l’imposition des cendres sur le front, symbole de la fragilité humaine. C’est à la veille de Pâques, le samedi saint au soir, que le carême prend fin. Il se clôt ainsi au terme de la semaine sainte. Ouverte par le dimanche des Rameaux, celle-ci comprend des moments essentiels du christianisme : le jeudi saint, qui commémore la Cène qui vit Jésus-Christ instituer l’eucharistie, et le vendredi saint, jour de célébration de la Passion et de la crucifixion de Jésus-Christ.

Le carême est une période de préparation à Pâques. Les chrétiens sont invités à approfondir leur foi, notamment par le jeûne. Si au moment de l’institution du carême au IVe siècle, un seul repas frugal par jour devait être pris, l’Église catholique ne prescrit plus le jeûne depuis 1949 que pour deux journées : le mercredi des Cendres et le vendredi saint. Plus largement, durant le carême, les fidèles sont invités à se détacher des biens matériels. Par ailleurs, ils doivent se consacrer à la prière et à la pénitence. Le carême constitue également une période de partage : les chrétiens effectuent des dons en faveur d’associations caritatives et des plus déshérités.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce reportage tourné par le bureau de Lille de France 2 constitue le « dossier » du journal télévisé de 20 heures du 17 mars 2010. Non nécessairement lié à l’actualité immédiate, cette séquence du journal télévisé permet d’aborder plus en profondeur une question particulière. Dans le cas présent, il s’agit de traiter de la pratique catholique du carême. Les catholiques se trouvent en effet à ce moment-là au cœur de cette période, débutée un mois auparavant.

Ce reportage vise à présenter cette pratique religieuse de la manière la plus concrète possible. Il se constitue ainsi d’images factuelles filmées au domicile de catholiques qui font le carême. Des interviews viennent éclairer les images commentées par la journaliste : elles apportent différents témoignages sur la façon dont ces personnes vivent le carême. En effet, c’est sous l’angle de la diversité des pratiques que l’équipe de France 2 a choisi de présenter le carême. Toutes extrêmement concrètes, les quatre séquences donnent à voir trois façons différentes de vivre cette période de préparation des chrétiens à Pâques. La première séquence montre ainsi une famille qui s’adonne à la prière et à certaines privations alimentaires. La seconde met en valeur la dimension d’approfondissement de la foi que constitue le carême pour un couple. 

La troisième et la quatrième séquences visent quant à elles à montrer l’adaptation de la pratique du carême à Internet. Une jeune femme est ainsi filmée chez elle devant son ordinateur en train de lire un verset biblique. De fait, les Dominicains de Lille, présentés dans la quatrième séquence du reportage, ont créé un site internet de retraite en ligne pendant le carême. Ce site, auquel près de 90 000 personnes étaient inscrites en 2015, permet de faire le carême en ligne : chaque jour des méditations et des prières sont envoyées aux abonnés.

Christophe Gracieux

Transcription

Présentateur
Une question maintenant, on parle beaucoup du retour du religieux, et on pense souvent à l’islam et au Ramadan par exemple. Eh bien, une étude récente publiée par l’hebdomadaire La Vie montre que chez les catholiques, le jeûne et plus généralement le carême est une pratique en hausse, c’est en ce moment. Qui sont-ils, ceux qui retrouvent le goût de la privation ou du partage ? C’est le dossier de cette édition, il est signé Aurélia Braud, Didier Dahan avec notre bureau à Lille.
Inconnus
... du père, et du fils et du Saint-Esprit, Amen.
musique
(musique)
Journaliste
Le carême pour les Cauet, c’est cette prière quotidienne en famille. Et puis aussi, une certaine forme de jeûne, quelques restrictions alimentaires. Chacun est libre de le faire à sa manière, mais il y a une règle commune.
Geneviève Cauet
Ce qui est collectif pendant le carême, c’est le fait de ne plus prendre de yaourt aux fruits.
Journaliste
Pourquoi ?
Geneviève Cauet
Ben, parce qu’on a besoin de se nourrir, et que les fruits dans les yaourts ou les yaourts aromatisés, c’est un luxe qui ne nous paraît pas indispensable.
Journaliste
L’occasion d’économiser, pour pouvoir ensuite donner à des associations caritatives.
Jean Cauet
Le fait que ça ne soit pas uniquement un chèque qui soit fait,que ça corresponde aussi à une petite histoire, un certain nombre même de petits efforts, on ne va pas raconter des choses fantastiques. Ça donne un sens.
Journaliste
La pratique du carême existe depuis le IVe siècle. Elle correspond aux 40 jours qui précèdent Pâques, la fête la plus importante pour les catholiques. Ils célèbrent alors la résurrection du Christ. Autrefois, l’Église insistait sur le jeûne et la pénitence. Aujourd’hui, les temps ont changé. Chez Patricia et André Bossard, pendant le Carême, le menu reste le même. L’important pour eux, c’est l’état d’esprit, on se prépare à fêter Pâques.
André Bossard
Quand on part en vacances, on fait ses valises, on se prépare, on fait des choses comme ça. Eh ben, c’est pareil quoi, si on veut vivre Pâques intensément de façon forte, ben, on a besoin de s’y préparer. J’ai envie à l’occasion du Carême de faire un peu plus d’efforts pour discerner ce qui est bien pour moi, ce qui est bien pour les autres.
Journaliste
Faire de ces 40 jours un temps à part, c’est aussi l’idée de cette jeune femme. Inscrite sur un site religieux, elle reçoit chaque jour un verset de la Bible accompagnée d’une courte méditation.
Céline
"Jésus tombait sur sa face priant et disant : "mon Père, s’il est possible que passe loin de moi cette coupe, cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux."." Ce n’est pas un passage facile, parce qu’en gros, c’est quand Jésus veut peut-être demander à éviter la crucifixion. Tout de suite, avoir cette parole-là quand on se lève, ça change un petit peu la journée qu’on passe quand même.
Journaliste
Ce sont eux qui écrivent ces méditations envoyées par Internet : les frères dominicains de Lille. En créant leur site il y a huit ans, ils ont gagné un pari, toucher des gens parfois très éloignés de l’Eglise.
Frère Nicolas
Il y a évidemment un grand nombre de catholiques pratiquants qui suivent la retraite ; mais il y a aussi des gens qui n’imagineraient pas entrer dans l’église ou qui ont un contentieux ; pour qui c’est assez difficile et pour qui le relatif anonymat d’Internet permet de franchir ce pas.
Journaliste
40 000 personnes sont déjà inscrites sur ce site de carême en ligne, une manière pour l’Église de donner du souffle à une pratique minoritaire chez les catholiques.