Onze mille francs par mois

04 mai 1962
09m 13s
Réf. 06905

Notice

Résumé :

Au début des années 1960, la situation des personnes âgées, souvent proche de la misère, et le vieillissement prévu de la population, expliqué par Alfred Sauvy, directeur de l'Institut démographique,obligent les pouvoirs publics à réfléchir sur les politiques publiques adaptées et à dégager des priorités d'actions. En avril 1960 la "Commission d'études des problèmes de la vieillesse", présidée par Pierre Laroque, est chargée d'étudier les problèmes spécifiques à la vieillesse et de faire des propositions pour une politique globale. Son rapport publié en 1962 restera un acte fondateur dans ce domaine.

Type de média :
Date de diffusion :
04 mai 1962
Source :
Lieux :

Contexte historique

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale , le système de retraite français se met en place mais il faudra de nombreuses années pour qu'il couvre l'ensemble de la population et pour que la durée de cotisations soit suffisamment longue. C'est pourquoi les personnes âgées et celles qui prennent leur retraite à partir de 1945 reçoivent des montants très faibles. Ainsi, au début des années 1960, une part importante de la population française (les personnes de 60 ans et plus représentent près de 17% de la population totale) vit dans la pauvreté. La situation des femmes qui ont peu ou pas travaillé est souvent dramatique. L'allongement de la durée de la vie lié notamment aux meilleures conditions d'hygiène, aux progrès médicaux et à la prise en charge des soins par la Sécurité sociale est déjà constaté et programmé, comme l'explique Alfred Sauvy, directeur de l'Institut démographique. Se pose dès lors la question des conditions de vie des personnes très âgées (le 4e âge... ) qui perdent leur autonomie et deviennent dépendantes.

En outre, l'évolution de la société et l'éclatement familial - parents et enfants ne vivant plus ensemble au même endroit - isolent les personnes âgées. Enfin, l'accélération des techniques et des connaissances dans de nombreuses professions tendent à exclure les plus âgés du monde du travail.

Ainsi, à l'aube des années 60, la prise de conscience de ces situations et des évolutions démographiques conduisent les pouvoirs publics à confier à la Commission d'études des problèmes de la vieillesse, présidée par Pierre Laroque, la mission de dresser un état des lieux et de faire des préconisations afin de mettre en place à court et moyen terme des mesures globales et adaptées.

Le rapport Laroque publié en 1962 est resté l'acte fondateur visant à intégrer pleinement dans les politiques publiques les personnes âgées et l'allongement de l'espérance de vie. Les dispositions prises au cours des décennies suivantes telles que relever le montant des retraites, mettre en place et développer le maintien à domicile des personnes âgées, prendre en charge la dépendance, moderniser et normer les maisons de retraites, instaurer la formation professionnelle, prendre des mesures de fin de carrière pour les métiers pénibles, etc, ont été largement inspirées par les analyses et les préconisations du rapport Laroque.

Vincent Poubelle et Annie Rosès

Transcription

musique
(musique)
Inconnu 1
… ce matin, voilà le bon.
Journaliste
Oui, c’est-à-dire combien ?
Inconnu 1
110,50 francs pour trois mois.
Inconnue 1
Alors avec ça, vous mangez pendant trois mois ?
Inconnu 1
Ben…
Inconnue 1
Hein, vous mangez quand même ?
Inconnu 1
Non.
Inconnue 1
Ben, moi non plus !
Journaliste
Et vous arrivez à vivre ?
Inconnu 2
Vous parlez si j’arrive à vivre, on arrive à vivre comme on peut, vous pensez bien.
Journaliste
Oui.
Inconnu 2
On ne mange pas de la viande tous les jours.
Inconnu 3
10400 par mois.
Journaliste
Est-ce que vous avez autre chose pour vivre ?
Inconnu 3
Ah ben, si je n’avais pas mes enfants…
Journaliste
Ce sont vos enfants qui vous aident ?
Inconnu 3
Eh ben, forcément !
Inconnue 2
J’ai demandé ma retraite à 60 ans, vous savez combien l’on me donne ? 6650 francs tous les trois mois !
Inconnue 3
21000 tous les trois mois. Avec ça, vous savez, on n’est pas fauchés.
Journaliste
Est-ce que vous avez assez pour vivre ?
Inconnue 4
Non, non, je pleure.
Journaliste
Mais il ne faut pas pleurer !
Inconnue 4
Ah non, ce n’est pas parce que j’ai peur, mais ça me crève le cœur !
Journaliste
Vous travaillez encore ?
Inconnue 4
Non, malheureusement !
Journaliste
Alors, en 1962, en France, on peut vivre avec 16000 francs par mois ?
Inconnu 4
Non, vivre, ce n’est pas vivre, c’est végéter.
Journaliste
Oui, c’est la triste vérité, une vérité qu’il faut bien se décider à regarder en face. 3 millions de vieux en France essaient de ne pas mourir de faim. De 9000 francs, la retraite vient de passer à 11000. Une aumône à la misère, une insulte à la fierté. C’est pourquoi Cinq Colonnes ouvre devant vous ce soir le dossier de la vieillesse. Un dossier sur lequel 8 hommes, 8 spécialistes des problèmes économiques et démographiques ont travaillé pendant de longs mois et dont les conclusions ont été rendues publiques sous le nom de Rapport Laroque. Ce rapport, c’est de la dynamite car il remet en cause toutes les idées reçues à propos de la vieillesse. La France est, en effet, de toutes les grandes nations, celle qui compte la plus forte proportion de vieillards. Et si l’on portait à 15000 francs la retraite, comme le demande la Commission Laroque, c’est une somme de 600 milliards qu’il faudrait dégager, d’où augmentation de la charge fiscale. Mais cette charge fiscale supplémentaire, qui la supporterait ? Evidemment, ceux qui travaillent, ceux qui produisent. Il y a donc à la fois un problème économique et un problème démographique et Monsieur Alfred Sauvy, le directeur de l’Institut Démographique affirme qu’il va s’aggraver.
Alfred Sauvy
En ce moment, il y a plus d’inactifs, en comptant les jeunes, bien entendu, il y a plus d’inactifs que d’actifs. Et la proportion des inactifs aux actifs va encore augmenter pendant quelques années jusqu’au moment où les jeunes classes nées en 1946 et après la guerre, seront entrées elles-mêmes en période d’activité.
Journaliste
Autrement dit, ceux qui reçoivent sont plus nombreux que ceux qui donnent et le phénomène va s’amplifier encore. D’ici 15 ans, le nombre des vieux va s’accroître de plus d’un million alors que celui des adultes augmentera peu. Alors, quelle solution trouver pour que cette population inactive puisse vivre décemment sans qu’elle constitue une charge écrasante pour le pays ; et d’autre part, pour que les vieux continuent d’être des consommateurs, contribuant ainsi à la nécessaire expansion économique ? Faut-il repousser l’âge de la retraite ? Une telle solution est-elle souhaitable, possible, humaine ? A cette question, une première objection.
Inconnu 5
Un homme qui a travaillé comme moi, par exemple, je cite mon cas, ça fait 52 ans d’étau, vous vous rendez compte que tout de même, j’aurais tout de même droit à un peu de repos !
Inconnu 6
Comme justement, la vie mérite d’être vécue, il est quand même, il faut quand même donner à l’individu une certaine marge quand même de vie libre.
Inconnu 7
Et dans toutes les professions, c’est pareil, chez les manuels comme chez les intellectuels.
Journaliste
Cette retraite, vous l’avez prise avec plaisir ou est-ce que vous auriez…
Inconnu 8
Oh, bien sûr, je l’ai prise avec plaisir, je l’ai même prise avec anticipation.
Inconnu 9
C’est, la donner à 65 ans, ça fait trop vieux, tout le monde n’arrive pas à en profiter, de la retraite.
Inconnue 5
La retraite, pour les hommes à 60 ans et pour les femmes à 50 ans.
Inconnu 10
Alors, à 60, 65 ans, maximum. Parce que quand on a travaillé jusqu’à 65 ans, hein !
Journaliste
Vous pensez qu’il faut se reposer après ?
Inconnu 10
Ah oui alors ! C'est le moment d'en profiter.
Journaliste
Deuxième objection, reculer l’âge de la retraite, c’est faire apparaître le spectre du chômage pour les jeunes.
Inconnu 11
Les jeunes, tous, il faut leur laisser de la place.
Inconnue 6
Il n’y a pas de doute. Un homme, un jeune homme qui revient du régiment, qui n’a pas de travail, eh ben, il trouvera de la place si les autres s’en vont à 60 ans.
Inconnu 12
J’estime que quand vous rentrez dans une société et que tous les postes des cadres sont, et même des chefs de services sont occupés, c’est pénible pour vous de vous dire : Eh ben, il va falloir attendre 10, 15 ans avant de pouvoir seulement avoir une belle situation.
Inconnue 7
On a fait notre part, eh ben, ils ne demandent pas mieux les jeunes que de le faire, il faut qu’on leur laisse la place, il faut nous évacuer, nous. Et c’est normal, voyons.
Alfred Sauvy
Quand on dit, il faut que les vieux laissent la place aux jeunes, on suppose, d’une façon inconsciente mais totale, que le nombre de places est limité. Par conséquent, il faut les évacuer pour les donner à d’autres. Il n’y a pas de postulat qui soit plus contraire aux données actuelles telles qu’on les observe en particulier en Europe occidentale, où le nombre d’emplois augmente partout dans tous les pays, dans des proportions qui dépassent tous les pronostics les plus optimistes.
Journaliste
D’ailleurs, le Rapport Laroque ne demande pas un recul de l’âge de la retraite, il demande le droit au travail pour ceux qui le désirent. Mais les principaux intéressés le souhaitent-ils ?
Inconnu 13
Ah non, c’est fini, c’est la dernière année, non, je vais arrêter. Même que je n’ai pas suffisamment, tant pis, je ferai avec ce que j’ai.
Journaliste
Tous, évidemment, ne sont pas du même avis.
Inconnu 14
Je pense que je préfèrerais travailler encore parce que il me semble que sans activité, la vie n’est pas très bien, pour moi. Je pense qu’il est préférable de travailler un peu plus longtemps quand on peut, si on a les moyens physiques de le faire.
Journaliste
Si vous aviez pu continuer à travailler, est-ce que vous auriez préféré ?
Inconnu 15
Eh bien, naturellement ! Seulement on me... On m'a liquidé avant.
Journaliste
Et vous n’avez rien trouvé ensuite ?
Inconnu 15
Ah non, non, non, à 72 ans, personne ne vous embauche.
Inconnu 16
Aussitôt que vous avez passé 45 ans, vous n’êtes pas, on a l’impression de vous dire, vous n’êtes pas…, vous êtes trop vieux !
Journaliste
Mais vous préfèreriez travailler ?
Inconnu 16
Ah ben, bien sûr, vous savez, on s’empâte moins et puis, ça va mieux, que quand on va…, quand on ne travaille pas, on s’empâte, on…
Inconnu 17
Il faudrait trouver des emplois à mi-temps pour ces gens qui prennent leur retraite à 65 ans.
Alfred Sauvy
La retraite guillotine, telle qu’on la conçoit, c’est-à-dire, le passage brusque de la pleine activité à la pleine inactivité est très peu recommandable, à la fois sur le plan physiologique, psychologique et aussi sur le plan économique ; parce que elle ne permet pas de donner aux individus de quoi vivre.
Journaliste
Eh bien, la solution, c’est peut-être ces images qui l’apportent. La solution, c’est peut-être ceci. Créer, comme l’ont fait deux ou trois entreprises de la région parisienne, créer des ateliers spécialisés de travail doux qui permettrait aux vieux travailleurs d’atteindre l’âge de la retraite et même, s’ils en manifestent le désir, de le dépasser. Si les vieux pouvaient continuer à travailler dans ces ateliers après leur retraite, ils cesseraient d’être exclus de la vie économique, assureraient partiellement leurs besoins et n’auraient plus le sentiment pénible d’être des citoyens diminués, comme le souligne le Professeur Bourlière.
François Bourlière
Donc, ce qu’il faut simplement, pour essayer de maintenir les gens le plus longtemps possible dans un état de santé physique et mentale le meilleur possible, c’est de leur laisser le droit d’avoir des occupations adaptées à leur âge, adaptées à leurs possibilités personnelles qui leur permettent, non seulement d’augmenter leurs ressources mais également, d’avoir, au point de vue intellectuel et au point de vue physique, de garder une certaine, un certain équilibre qui est nécessaire à leur bien-être.
Alfred Sauvy
Trop souvent, il faut bien se le dire, et nous pouvons regarder dans le fond même de notre conscience, la retraite est conçue comme un moyen de faire partir les vieux, de façon qu’ils débarrassent la population active, qu’ils donnent des emplois. Et on va même quelquefois jusqu’à préconiser une sorte de ségrégation dans les quartiers de vieux pour qu’on ne les ait plus devant les yeux, pour qu’on soit débarrassés de cette sorte de remords permanent.
Journaliste
Vous êtes prisonniers, ici ?
Inconnu 18
Ah non, on sort tous les jours alors on n’est pas prisonniers. Tous les jours, tous les jours, on a la sortie, nous, les vieux. On a la sortie, on a le droit de sortir à 7 heures jusqu’à 10 heures du soir.
Journaliste
Cette pauvre liberté, cette misère en image, voilà le drame de la vieillesse. Un problème économique, peut-être, mais surtout humain, cruellement humain. Un drame qui nous concerne tous, dont nous sommes tous solidaires. Oui, ce problème nous donne mauvaise conscience et nous préférons l’escamoter. Si la solution n’en apparaît peut-être pas encore clairement, il n’en demeure pas moins posé devant le pays, et personne n’a plus le droit de s’en tirer par une pirouette comme celui-là, qui sera vieux un jour, vieux !
Inconnu 19
Non, j’aime mieux ne pas y penser. J’aime mieux ne pas y penser du tout, qui vivra verra, comme on dit. Si ça se trouve, je n’arriverai pas à 65 ans, alors ma foi, pas la peine de se casser la tête avant.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque