Nicole Questiaux : la retraite à 60 ans

30 mars 1982
01m 53s
Réf. 06938

Notice

Résumé :

Nicole Questiaux, ministre de la Solidarité nationale, explique la réforme abaissant à 60 ans l'âge de la retraite à taux plein (50% du salaire moyen des 10 meilleures années) pour une durée d'assurance complète et évoque sa portée, notamment pour les régimes complémentaires.

Date de diffusion :
30 mars 1982
Source :
TF1 (Collection: C'est à vous )
Personnalité(s) :
Lieux :

Contexte historique

Nicole Questiaux, ministre de la Solidarité nationale de 1981 à 1982, explique la réforme abaissant à 60 ans (au lieu de 65 ans) l'âge à partir duquel la retraite du Régime général des salariés du privé (et des régimes alignés) peut être prise au taux maximum (appelé aussi “taux plein”) de 50% du salaire moyen des 10 meilleures années.

Elle met l'accent sur le fait que désormais la durée d'assurance totale exigée (37,5 ans) pour obtenir ce taux maximum sera calculée en additionnant les durées acquises dans plusieurs régimes, en faisant masse de la totalité de la carrière.

L'une des conséquences de l'abaissement de la retraite à taux plein à 60 ans est de faire remonter avant 60 ans les mesures dites de “préretraite” qui sont d'une autre nature, sachant que ce double mécanisme contribue ou accompagne la forte diminution de l'activité des seniors, liée à l'augmentation du chômage.

La ministre insiste sur le fait que l'ordonnance prise par les pouvoirs publics n'a d'effet que pour le Régime général et qu'il appartient aux régimes complémentaires, gérés par les partenaires sociaux, d'en tirer les conséquences. Ce sera la création par accord de février 1983 de l'ASF (association pour la gestion de la structure financière) devenue en 2001 l'AGFF (association pour la gestion du fonds de financement de l'Agirc-Arrco) permettant le financement de l'attribution de retraites complémentaires sans abattement entre 60 ans et 65 ans ; l'âge de la retraite à taux plein restant fixé à 65 ans dans les régimes complémentaires.

Vincent Poubelle et Annie Rosès

Transcription

Présentateur
Madame le Ministre, permettez-moi une autre question avant d’écouter nos auditeurs, nos téléspectateurs au téléphone, qu’est-ce qui va exactement changer ? Autrement dit, dans quel système nous allons passer par rapport à l’ancien, et d’abord, l’ancien système.
Nicole Questiaux
Au fond, tout se passe comme si ce qui se faisait à 65 descend à 60 ans, et ce qui se faisait à 60 descend, par les contrats de solidarité, à 55. Alors, la vraie et la bonne retraite à 60 ans, qu’est-ce que c’est ? C’est le droit de partir, et non pas l’obligation, bien sûr, après 37 ans et demi de carrière. Et ce qui est très important, je crois que les auditeurs doivent s’en rendre compte, c'est 37 ans et demi, toutes professions. Auparavant, on avait songé, si vous voulez, on ne reliait pas les professions entre elles. Tandis que là, comme au fond, les gens changent de profession dans leur vie, toutes ces années comptent pour leur ouvrir droit à la retraite à 60 ans. Donc, et à ce moment-là, on touche à 60 ans 50% du salaire dans le Régime général. Bon, tout ce qui doit être fait dans le Régime général est en place et déjà prêt, prêt à être financé, les engagements de l’Etat sont pris. Mais cela n’entre en vigueur, comme vous l’avez dit vous-même tout à heure, que dans un an pour donner le temps de la négociation de la partie complémentaire de la retraite.
Présentateur
C’est-à-dire les 20% ?
Nicole Questiaux
En moyenne.
Présentateur
En moyenne.
Nicole Questiaux
En moyenne, les Français sont très attachés à un système où ils ont leur retraite légale, au fond, celle dont moi je m’occupe en tant que ministre,
Présentateur
50%,
Nicole Questiaux
50% du salaire des dix meilleures années, ou des dix dernières années. La retraite, si vous voulez, légale pour tout le monde. Et puis, ils négocient, ils ont toujours négocié par leur retraite complémentaire ce supplément.
Présentateur
Alors donc, vous pouvez…

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque