Les blogs

26 décembre 2005
01m 25s
Réf. 07007

Notice

Résumé :
Reportage sur le blog, sorte de journal intime sur internet. Des internautes expliquent le fonctionnement et la technique du blog.
Date de diffusion :
26 décembre 2005
Source :

Contexte historique

En 2005, le «marché» du blog a explosé, et tenir un blog devenait une pratique courante. Apparus dans les années 90 au Canada, les blogs ont mis un certain temps à se mettre en place en France, probablement parce que les blogs pionniers ne généraient pas le même intérêt qu'aujourd'hui, et aussi parce que l'accès à Internet n'était pas encore démocratisé.

Le phénomène a pris ensuite de l'ampleur grâce à la grande facilité de publication proposée, à une grande liberté éditoriale (il n'y a généralement pas de modérateur chargé avant publication de la relecture d'un billet, et tout le monde peut réagir) et à une grande capacité d'interaction en temps réel avec le lectorat (via les commentaires et le courrier électronique). C'est pourquoi la journaliste utilise le terme de phénomène de société.

Le reportage offre une vision simple de ce qu'est un blog et de l'utilisation qu'on peut en avoir. L'étendue des thématiques courantes des blogs est balayé à la fois par les images et dans les propos : la cuisine, le sport, des informations associatives ou municipales, la culture...

L'interview d'une blogueuse montre qu'un réel changement du mode de communication est engagé : une communication pour être reconnu en tant qu'individu, mais aussi en tant que personne au sein d'une communauté - grâce au partage, aux commentaires et au fonctionnement en réseau. La communication virtuelle à toute heure et pour tous se développe.

Mais à l'aube de l'essor fulgurant des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter entre autres, les blogs perdent progressivement de leur popularité.
Sandra Montheillet

Éclairage média

La séquence vidéo mêle au reportage deux interviews et des images assez explicites quant à a diversité des sujets et thématiques abordés dans les blogs.

En 2005, ce reportage fait la promotion de ce nouvel outil de communication qu'est le blog, qu'il soit journal intime, carnet de bord ou registre professionnel. Il met clairement en avant la liberté et facilité qu'il octroie à chacun de pourvoir s'exprimer, partager, raconter, montrer... C'est aussi une possibilité de donner à chacun les clés d'une certaine indépendance envers les médias et les opinions communes.

Cependant le reportage n'évoque pas du tout le côté législatif de toute publication sur internet. En effet, la personne qui publie un blog se trouve juridiquement responsable des messages qui y sont publiés. Elle doit contrôler ses "posts" ou messages en surveillant leur contenu, en limitant l'accès au site et/ou à la possibilité de poster des commentaires, en supprimant a posteriori les messages susceptibles d'enfreindre la loi. De même, la question des droits d'auteur et du droit à l'image n'est pas abordée dans le reportage.
Sandra Montheillet

Transcription

Journaliste
Comme chaque matin, Virak remet son blog à jour. Un blog, c’est une sorte de journal intime sur Internet, ouvert à tous.
Virak
C’est plutôt pour raconter un peu ce qui m’arrive dans ce que je fais, quand je travaille. On peut parfois se confier à des amis mais aussi à des gens qu’on ne connaît absolument pas pour savoir quels sont les divers avis.
Journaliste
Photos, dessins, anecdotes, rien n’est plus simple que de tisser sa toile. Le blog est devenu un véritable phénomène de société, il s’en crée près d’une centaine par jour et Marseille n’est pas en reste. Blog sur les quartiers Nord, sur l’OM ou les conseils d’une maman tricoteuse, la liberté éditoriale est immense.
Intervenant
L’être humain là, par rapport aux blogs, il arrive, selon moi, à concilier ses deux aspirations profondes qui sont j’ai envie d’être reconnu comme une personne unique, mais à la fois, j’ai besoin de faire partie d’une communauté, quelle qu’elle soit. La cuisine, les livres, le football, le sport….
Journaliste
Aujourd’hui, des millions de blogs existent sur le net mais beaucoup sont créés puis laissés à l’abandon comme celui d’un certain Jean-François Copé.