Les jardins du château de Versailles

21 septembre 2003
02m 34s
Réf. 07030

Notice

Résumé :
Béatrix Saule, Conservateur en chef de Versailles, retrace l'histoire des jardins de Versailles : les travaux d'aménagement du domaine, les codes de la promenade à l'époque de Louis XIV, les fêtes, jeux et activités qui se déroulaient dans le parc et les jardins du château.
Date de diffusion :
21 septembre 2003
Source :

Contexte historique

Le roi Louis XIV ayant souhaité faire construire un château à la dimension de son règne, c'est-à-dire immense et absolu, naturellement les jardins de ce domaine devaient suivre les mêmes règles. Les jardins à la française du château de Versailles reçurent le talent du grand paysagiste du XVIIe siècle et ami du roi Soleil, André Le Nôtre. Celui-ci fit assécher les marais, creuser le grand canal, terrasser, planter des forêts entières. Il modela la nature, fidèle à sa conception de ce que devait être un jardin, un jardin à la française, où le naturel désordonné doit laisser la place à un univers maîtrisé, dompté. Naturellement, cette conception répondait au désir de Louis XIV de montrer que même la nature ne pouvait lui résister.

Les dimensions des jardins résonnent avec les dimensions du château lui-même, à la hauteur du pouvoir du roi. Le roi considérait ceux-ci aussi importants que l'édifice. Les espaces y sont donc immenses, laissant depuis la galerie des glaces une vue sur l'horizon, sur le monde, sur l'infini. On retrouve la forte symbolique du roi Soleil dont rien ne saurait arrêter ni le rayonnement, ni le regard.

Statues, fontaines, théâtres de verdures, spectacles : l'art et la beauté y sont omniprésents. Pour les fontaines, des travaux pharaoniques sont nécessaires pour conduire l'eau et un ballet de fontainiers précisément orchestré pour alimenter les jets au passage du roi.

Ces jardins sont aussi organisés pour permettre les promenades et les divertissements, où le plaisir est présent en même temps que les enjeux politiques. La promenade est codifiée, suivre le roi est un privilège. Les ambassadeurs étrangers y sont conduits, dans le but de les impressionner.

Le domaine de Versailles voulu par Louis XIV est un tout, le château et ses jardins se complètent pour montrer au monde la grandeur du monarque qui y règne.
Franck Fiot - Conseiller pédagogique

Éclairage média

Cette séquence vidéo est une interview de Béatrix Saule par Carole Gaessler. Elle prend la forme d'une promenade dans les jardins, de la journaliste et de la conservatrice du château de Versailles, pendant laquelle cette dernière éclaire la conception originale du jardin par Le Nôtre. L'intérêt du document réside dans les propos de la conservatrice, les images ne présentant les jardins qu'en arrière-plan.

Béatrix Saule présente la nature des travaux qui ont été entrepris au XVIIe siècle, en souligne l'ampleur et la démesure, en faisant le parallèle avec le symbole que cela revêtait dans le cadre du règne de Louis XIV. Elle présente également l'usage qui était fait de ces jardins et les enjeux de pouvoir qui pouvaient s'y dérouler, notamment pendant les promenades du roi.
Franck Fiot - Conseiller pédagogique

Transcription

Journaliste
Béatrix Saule, bonjour.
Béatrix Saule
Bonjour
Journaliste
Vous êtes conservateur en chef ici, à Versailles. Alors avec vous, on va prendre un petit peu l’air puisque nous allons nous promener à travers ces jardins qui avaient été dessinés par Lenôtre. Et pour vous, ces jardins, c’est l’illustration même de la volonté de Louis XIV de tout dominer, même la nature ?
Béatrix Saule
Oui, il est difficile d’imaginer aujourd’hui qu’il n’y avait ici que des marécages. Il n’y avait pas du tout d’eau bonne pour des fontaines, il a fallu donc faire des travaux énormes pour importer de l’eau, utiliser un peu ces fontaines. Il y avait un terrain qui était totalement irrégulier, donc ça nécessitait des travaux de terrassement, de modelage du terrain très, très importants. Il n’y avait pas d’arbre, donc ça a été le transport de forêts entières qui sont arrivées de Picardie et de Flandres. Et puis, cette maîtrise allait jusqu’à la maîtrise des saisons puisqu’à Versailles, ont été acclimatés des végétaux qui ne devraient pas pouvoir venir sous nos latitudes, comme les orangers qui ont été plantés en pleine terre à Trianon, ou beaucoup d’autres fleurs. Donc, c’est vraiment la maîtrise de la nature dans toutes ses dimensions.
Journaliste
Est-ce que sous Louis XIV, on aurait pu se promener, comme on le fait aujourd’hui, ou est-ce qu’il y avait un code de la promenade ?
Béatrix Saule
Ah, il y avait vraiment un code de la promenade. Quand le roi sortait de son château, il n’abandonnait pas l’étiquette. Il y avait l’étiquette de la promenade, le roi se promenait. Si j’étais le roi, j’aurais été encadré de gardes du corps, avec mon capitaine des gardes juste derrière moi. Les seigneurs les plus importants, ceux qui étaient au lever, étaient autour de moi. Les dames, ensuite, qui suivaient. Il y avait vraiment tout un code. Et cette promenade aussi, le roi continuait à exercer cette politique du regard qu’il exerçait dès qu’il se levait, à regarder toujours à droite et à gauche qui était là, qui n’était pas là. Et si on lui parlait de quelqu’un et qu’il disait, je ne le connais point, euh…
Journaliste
C’était mauvais pour lui !
Béatrix Saule
Ah oui, c’était mauvais, c’était irrémédiable, ce n’était pas la peine de continuer.
Journaliste
Alors, il faut dire, ces jardins devenaient le lieu de tous les plaisirs durant la belle saison ?
Béatrix Saule
Ah oui, durant la belle saison, toutes les fêtes qui étaient à l’intérieur du château se transportaient à l’extérieur. Alors, c’était le soir, les danses, les bals, la musique, les promenades sur le grand canal avec la flottille, et les hauts-bois qui jouaient pendant les repas sur l’eau, c’est extraordinaire. Mais c’était aussi le sport, le tennis, enfin, le jeu de paume à Trianon, c’était aussi le golf, il y avait un petit parcours et deux grands parcours.
Journaliste
Déjà ?
Béatrix Saule
Déjà à Versailles. On jouait aux boulles, il y avait des escarpolettes, et puis, il y avait des endroits pour jouer à tous les jeux de cartes, parce que le jeu était, régnait partout à Versailles.
Journaliste
Merci beaucoup !