La place des femmes au sein de la Forces Françaises Libres

17 janvier 2018
08m 13s
Réf. 07081

Notice

Résumé :
Ce film, intitulé Filles de France, met à l'honneur l'engagement des femmes au sein des Forces Aériennes de la France Libre, depuis leur centre de formation en Afrique du Nord jusqu'à leur orientation vers des tâches dont beaucoup demeurent « féminines » (secrétariat, interprétariat, service de santé).
Type de média :

Contexte historique

A ses débuts, la France Libre a dû faire face à une demande d'engagements féminins non anticipés. C'est en novembre 1940 qu'est mise en place une première unité, le Corps des Volontaires Françaises (CVF), intégrée aux Forces Françaises Libres en 1941. Il s'agit avant tout pour les femmes de remplacer les hommes partis combattre dans la réalisation de tâches auxiliaires (secrétariat, transport).

De manière similaire à ce qu'on constate chez les Français libres, le nombre de volontaires féminines croît ensuite considérablement après le ralliement de territoires de l'empire et le débarquement allié en Afrique du Nord. En avril 1944, la création des  Auxiliaires féminines de l'Armée de terre (AFAT) permet d'unifier les différents Corps féminins créés depuis 1940 : près de 5 000 femmes sont alors intégrées au sein de toutes les armes. Leur effectif est estimé à 14 000 soldates en septembre 1945.

Le Corps féminin des transmissions (CFT) auquel cet extrait rend hommage, fut créé en décembre 1942 dans le cadre de la recomposition de l'armée française, par le colonel Merlin (dont le patronyme sera à l'origine de leur surnom de « merlinettes »). En mars 1944, il se compose de 2000 femmes dans l'armée de terre et de 400 dans l'armée de l'Air. Les « merlinettes » sont formées à l'école du CFT dirigée par le commandant Alla Dumesnil, qui apparaît dans ce film. Cette dernière, engagée dès les débuts de la France Libre, est en charge des formations féminines pour l'armée de l'air depuis avril 1941.

La présence de Joséphine Baker dans ce reportage permet de rappeler son engagement au service de la France Libre : la chanteuse américaine, naturalisée française depuis 1937, travaille pour les services de renseignements de la France Libre. Vivant à Marrakech, elle entreprend au printemps 1943 une tournée en Afrique du Nord et obtient officiellement le grade de sous-lieutenant au sein du Corps Féminin des Transmissions, engagée dans l'armée de l'Air. Son activité au sein de la France Libre ne sera révélée qu'en 1949 et ce n'est qu'en 1961 qu'elle recevra la Légion d'Honneur et la Croix de guerre.
Emeline Vanthuyne

Éclairage média

Ce film de l'Office Français d'Information Cinématographique (OFIC) a été diffusé afin de promouvoir la mobilisation des femmes volontaires au service de la France Combattante : le film se termine d'ailleurs par un appel à la mobilisation des filles et femmes de France. La présence du général Bouscat qui vient passer les troupes en revue permet d'insister sur l'intégration de ce corps féminin au sein de l'armée, en vue de la Libération.

A travers ce reportage et l'affiche visible au début de l'extrait, on remarque qu'avec l'intégration de ces femmes volontaires à l'armée, les stéréotypes genrés demeurent : malgré l'uniforme, les femmes du Corps féminin des transmissions, surnommées les « Merlinettes » affichent leur élégance. Le texte du commentaire de la voix off, lu par une femme, souligne l'intérêt de la qualité de la formation reçue (compétences nouvelles acquises par les femme « au service de leur époux »; futur mariage possible entre ces « filles de France » et les pilotes de l'armée de l'air). C'est donc le rôle social des femmes qui est mis en avant, tout comme leur féminité et leur coquetterie (« Pour être soldate, on n'en est pas moins femme! »).

Contrairement à ce que peuvent suggérer les premières images, ces femmes volontaires resteront au sol, employées à des tâches auxiliaires visant à assister les hommes au combat, et cantonnées au rôle social qui leur est alors assigné : assistance médicale, transports, transmissions.
Emeline Vanthuyne

Transcription

(Musique)
Commentatrice
Chaque avion que vous voyez dans le ciel, chaque homme à bord de ces avions nécessite la présence à terre d'un personnel spécialisé, qui doit veiller à la sécurité, au confort, à l'entretien de ceux à qui incombe le lourd privilège du vol. La tâche du corps auxiliaire féminin de l'armée de l'air, de remplacer un homme par une femme, chaque fois que cela est possible. Ça l'est souvent. La guerre a prouvé l'efficacité indiscutable des femmes.
(Musique)
Commentatrice
Premier contact avec la vie militaire. Cette vie militaire qui laisse à l'imagination féminine un champ si vaste.
(Musique)
Commentatrice
L'officier supérieur commandant l'école leur souhaite la bienvenue.
(Musique)
Commentatrice
Les nouvelles sont accueillies avec une grande cordialité par leurs anciennes. Ça leur rappelle un peu le pensionnat mais cette fois-ci on y est volontairement, et pour la France.
(Musique)
Commentatrice
Cette première étape d'une nouvelle et passionnante carrière orientera ces jeunes femmes vers les différentes spécialités de l'armée de l'air.
(Musique)
Commentatrice
Voilà des jeunes personnes à qui la vie militaire et la culture physique font le plus grand bien.
(Musique)
Commentatrice
Les voici revêtues de l'uniforme bleu marine à chemise blanche, qui déjà les rapproche des héros qu'elles admirent.
(Musique)
Commentatrice
Selon leurs aptitudes elles seront dirigées vers les différentes sections. Transmissions, services de santé, interprètes, secrétariats d'état-major, conductrices, spécialistes de l'air.
(Musique)
Commentatrice
Voici le commandant Dusmenil qui s'est enrôlée dès juin 1940.
(Musique)
Commentatrice
Et voici Joséphine, oui le lieutenant Joséphine Baker, qui rapporte d'une tournée en Egypte un chèque de 4 millions et demi de francs destiné à la Résistance.
(Musique)
Commentatrice
Mais continuons à nous instruire. Savoir conduire ne suffit pas, il faut être capable de dépanner une voiture et au besoin la réparer.
(Musique)
Commentatrice
Vous verrez messieurs, comme vous serez dépannés par ces jeunes femmes après la guerre.
(Musique)
Commentatrice
Maintenant, vous voyez les différents cours du stage des transmissions.
(Musique)
Commentatrice
Emission. Réception. Réglages. Pratique et théorique.
(Musique)
Commentatrice
Chacune de ces volontaires libèrera un homme pour le personnel naviguant.
(Musique)
Commentatrice
Grandeur et servitude. La corvée de cuisine.
(Musique)
Commentatrice
Et quelques autres. Pauvre coquetterie, elle est loin pour le moment, mais on se rattrapera, allez !
(Musique)
Commentatrice
L'instruction de mécanique spécialisée qui faisait partie de l'instruction générale de toute jeune fille de la Russie des Soviets déjà avant la guerre, n'est plus un secret désormais pour nos filles de France.
(Musique)
Commentatrice
Ces jeunes femmes que vous voyez ici sont capables de réparer et d'entretenir les moteurs, de les mettre en marche. Bref d'aider au sol le pilote dans les inombrables besognes du mécano.
(Musique)
Commentatrice
Peut-être plusieurs d'entre elles épouseront des pilotes, nous pouvons en déduire que l'avenir de l'aviation française ne s'annonce pas si mal.
(Musique)
Commentatrice
L'école des infirmières. Celle-ci est peut-être la moins moderne des tâches féminines pendant cette guerre. Mais elle reste certainement la plus noble, la plus personnelle, car si une grande dextérité est nécessaire, il y faut aussi faire preuve de patience, de dévouement, de courage moral et physique.
(Musique)
Commentatrice
Les jeunes femmes et jeunes filles de France sont volontaires pour n'importe quelle mission. Volontaires pour le danger.
(Musique)
Commentatrice
Elles attendent toutes impatiemment l'heure H, l'heure de l'action.
(Musique)
Commentatrice
Bientôt toutes ces nouvelles pourront imiter leurs camarades qui reviennent du front, accompagnant les blessés sur les hôpitaux de l'arrière.
(Musique)
Commentatrice
Chassez le naturel... Je vous l'ai dit qu'elles se rattraperaient. Pour être soldat on en est pas moins femme. Et d'ailleurs ces préparatifs correspondent à une réalité militaire, car le général Bouscat vient visiter l'école.
(Musique)
Commentatrice
Le général est accueilli par le commandant Dusmenil, qui a environ 1000 filles sous ses ordres. Le général Bouscat, vieux pilote de grands raids, jeune général a admirablement réalisé l'utilité d'auxiliaires féminins dans l'armée de l'air, il a donné à l'organisation toute l'étendue qu'elle mérite. Angleterre, Maroc, Algérie, Tunisie, Corse, Syrie, Madagascar. Aujourd'hui il y a partout des filles de France, sous l'uniforme des filles de l'air. Leur dernière promotion vient d'être baptisée Maquis. En hommage à la Résistance française.
(Musique)
Commentatrice
Chaque jour d'autres jeunes filles, d'autres jeunes femmes se joignent à elles. Elles sont accueilllies à leur tour comme des soeurs d'armes. Regardez-les bien ces futures conductrices, secrétaires, infirmières, spécialistes de l'armée de l'air. Vous madame, vous également mademoiselle, pourriez être l'une d'elles et prendre une place effective dans le combat en signant dès demain votre engagement. Vous ferez ensuite partie de cette immense armée des femmes en uniforme. Qui à travers tous les pays alliés restera peut être la plus bouleversante nouveauté de cette guerre. Songez que, demain, à l'heure de la victoire, ces filles de l'air, ces glorieuses filles de France, défileront sous l'Arc de Triomphe et dans les rues de notre Paris, retrouvé.
(Musique)