parcours pédagogique

Les femmes dans la société française depuis 1945

Elsa Coupard - Enseignante d'histoire-géographie de l'Académie d'Aix-Marseille

Présentation

A travers deux documents - une rétrospective sur le travail des femmes datant de 2000 et un reportage de 1974 sur l'appel du MLF à la "grève des femmes" - on évoque les grandes étapes de la conquête des femmes pour l'égalité de droit et de fait dans la société française depuis 1945.

Place dans le programme

  • Troisième > Histoire : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques, économiques et sociales
  • Première > Bac Pro > Histoire : Les femmes dans la société française de la Belle Epoque à nos jours
  • Première > L et ES > Histoire : Les Français et la République > La République et les évolutions de la société française > La place des femmes dans la vie politique et sociale de la France
  • Première > S > Histoire : Les Français et la République > La République et les évolutions de la société française > La place des femmes dans la vie politique et sociale de la France

Objectifs pédagogiques

  • Analyser l'image et le son
  • Comprendre l'évolution de la condition des femmes en France, à travers un document datant de 1974 et une rétrospective de 2000.

Durée de l'activité

2 heures pour visionner les documents et répondre aux questions. Pour une séance plus courte, le professeur peut choisir de ne traiter qu'un seul document.

Chronologie

  • 1944 : Droit de vote des femmes
  • 1947 : Germaine Poinso-Chapuis est la première femme nommée ministre
  • 1965 : L'épouse peut exercer une activité professionnelle sans l'autorisation de son mari
  • 1967 : La loi Neuwirth autorise la contraception
  • 1970 : Autorité parentale partagée
  • 1971 : "Le Nouvel Observateur" publie le manifeste de 343 femmes déclarant avoir subi un avortement
  • 1972 : Loi posant le principe de l'égalité des salaires
  • 1974 : Création d'un secrétariat d'Etat à la condition féminine, confié à la journaliste Françoise Giroud
  • 1975 : Loi Veil sur la légalisation de l'IVG. Instauration du divorce par consentement mutuel.
  • 1981 : Création du ministère des droits de la femme
  • 1983 : Loi Roudy sur l'égalité professionnelle entre hommes et femmes
  • 1991 : Edith Cresson, première femme Premier ministre
  • 1992 : Loi créant le délit de harcèlement sexuel dans les relations de travail
  • 2000 : Loi sur l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives

Activités

Depuis 1945, les femmes ont cherché à affirmer leur place dans la société française et sont parvenues à gagner de nouveaux droits. Pourtant, si l'égalité homme-femme est aujourd'hui inscrite dans la loi, dans les faits, les inégalités persistent.

Le travail des femmes en France de 1914 à 2000

Analyse de la vidéo

 Le travail des femmes en France de 1914 à 2000

Le travail des femmes en France de 1914 à 2000

Rétrospective des avancées ayant permis l'accès des femmes au travail depuis 1914, au moment où la levée de l'interdiction du travail de nuit des femmes va être adoptée par l'Assemblée nationale en novembre 2000.

28 nov 2000
03m 40s
Fiche (01093)

Présentez le document.

Pourquoi les femmes investissent-elles le marché du travail pendant la Première Guerre mondiale ? Dans quels secteurs se mettent-elles à travailler ?

Que supprime la loi de 1946 ? En quoi est-ce une avancée vers l'égalité hommes-femmes ?

En 1965, la loi dit que les femmes peuvent exercer une activité professionnelle sans l'accord de leur mari. Qu'est-ce que cela sous-entend sur le statut de la femme à cette époque ?

En quoi la légalisation de la contraception en 1967 est-elle une avancée pour les femmes dans le domaine de la vie active ? Qu'est-ce qui le montre, sur les banderoles dans les manifestations?

Que promulguent les lois de 1972 et 1983 ? D'après le reportage, est-ce que dans les faits l'égalité professionnelle est acquise pour les femmes ?

Pourquoi le reportage choisit-il de montrer l'exemple de Patricia ?

Quel constat la fin du reportage fait-il sur le travail des femmes ?

Quels sont les divers métiers exercés par les femmes que l'on voit dans le reportage ?

Appel du MLF à la grève des femmes (1972)

Analyse de la vidéo

 Appel du MLF à la grève des femmes

Appel du MLF à la grève des femmes

Lors d'un rassemblement en juin 1974, des militantes du Mouvement de libération des femmes appellent à une grève des femmes contre les "tâches domestiques et sexuelles".

09 juin 1974
03m 07s
Fiche (01087)

Présentez le document.

Pourquoi, en 1974, les femmes du MLF appellent-elles à la grève ? Comment la première femme interviewée qualifie-t-elle la société ?

Pour aller plus loin : le Mouvement de Libération des Femmes

Le Mouvement de Libération des Femmes (nom donné au mouvement par analogie avec le Women's' Lib américain) se constitue à partir d'un groupe d'étude universitaire et de militantes venues de la gauche démocratique. Il se signale en 1971 par des actes symboliques (dépôt d'une gerbe de fleurs à "la femme du soldat inconnu"). Le MLF, qui attire un nombre important de femmes non militantes, se scinde rapidement en plusieurs tendances. La désignation de l'ennemi principal, la masculinité ou bien le système capitaliste, entraînent des modes et lieux d'intervention différents dans la lutte pour la reconnaissance de la place des femmes ; ainsi, la mobilisation pour l'avortement et la contraception libres, la journée de dénonciation "contre les crimes commis contre les femmes" (1972), l'appel à la grève des femmes contre les tâches domestiques et sexuelles (1974), l'intervention dans le domaine juridique (par la Ligue des droits des femmes, 1974), la création de "SOS femmes battues", etc. Le MLF est aussi un lieu de rencontre où se forge une identité collective. Par sa forme originale d'organisation, la variété de ses formes d'intervention et sa façon de traiter des oppressions, il a profondément modifié le paysage politique de la décennie.

Quelles sont les premières réponses des femmes à la question " Vous faites la grève de quoi, exactement ? "

Que veulent dénoncer les femmes en faisant la " grève des services sexuels " ?

Quel est l'espoir porté par la grève des femmes d'après la troisième militante ?

Que déplore la quatrième militante, à propos des femmes ministres ?

Pour aller plus loin : la politique et les femmes

Valéry Giscard d'Estaing, élu Président de la République à 48 ans, en mai 1974, veut que sa présidence marque le commencement d'une ère nouvelle, présentée comme celle du rajeunissement de la France, et celle de la promotion féminine. Il impose pour la première fois une femme à la tête d'un ministère à part entière : Simone Veil à la Santé publique. Il crée ensuite un secrétariat d'Etat à la condition féminine pour Françoise Giroud, la fondatrice de L'Express (voir " Mesures en faveur des femmes prises par Françoise Giroud en 1975 "). Dans le reportage, la militante du MLF déplore que les femmes soient cantonnées à des ministères " de femmes "... Aujourd'hui, malgré de notables avancées dans ce domaine, la parité en politique n'est pas encore réalisée.

 Mesures en faveur des femmes prises par Françoise Giroud en 1975

Mesures en faveur des femmes prises par Françoise Giroud en 1975

05 fév 1975
02m 04s
Fiche (01088)

Les femmes chantent : Quelle est l'image donnée des militantes dans cette scène ?

Décrivez la dernière interview. Quelle tonalité donne-t-elle à tout le reportage ?

Prolongements

La marche des femmes françaises vers l'égalité

L'histoire de la marche des femmes vers l'égalité, en France et plus largement en Occident, peut être ramenée à quelques grands mouvements successifs. Dans un premier temps, les femmes se sont battues pour obtenir la citoyenneté, à travers la conquête du droit de vote, obtenu seulement en 1944 en France. Après avoir conquis ce droit primordial, de nouvelles luttes émergent, notamment pour l'égalité devant le travail. Ensuite, en France comme dans toutes les grandes démocraties, la fin des années 60 et les années 70 voient le développement de nouvelles revendications féministes, liées au droit des femmes à disposer de leur corps. Puis, dans les années 2000, c'est l'idée de la parité en politique qui est au centre du débat public. Aujourd'hui, l'idée d'une égalité de chances et de droits pour les deux sexes a fait son chemin, même si dans la réalité cette égalité est loin d'être acquise.

Sélection de vidéos sur la «condition féminine»
 L'invention de la pilule

L'invention de la pilule

14 déc 1970
03m 23s
Fiche (01435)
 Le procès de Bobigny

Le procès de Bobigny

11 oct 1972
59s
Fiche (01086)
 Meeting d'Arlette Laguiller en 1974

Meeting d'Arlette Laguiller en 1974

02 mai 1974
01m 25s
Fiche (00135)
 Appel du MLF à la grève des femmes

Appel du MLF à la grève des femmes

09 juin 1974
03m 07s
Fiche (01087)
 La loi sur l'interruption volontaire de grossesse

La loi sur l'interruption volontaire de grossesse

13 déc 1974
01m 58s
Fiche (00139)
 Mesures en faveur des femmes prises par Françoise Giroud en 1975

Mesures en faveur des femmes prises par Françoise Giroud en 1975

05 fév 1975
02m 04s
Fiche (01088)
 Simone de Beauvoir et le féminisme

Simone de Beauvoir et le féminisme

06 avr 1975
05m 58s
Fiche (04638)
 La contraception en France dix ans après la loi Neuwirth

La contraception en France dix ans après la loi Neuwirth

10 fév 1977
02m 55s
Fiche (01089)
 Portrait d'Yvette Chassagne, la première femme préfet

Portrait d'Yvette Chassagne, la première femme préfet

03 oct 1981
04m 05s
Fiche (01090)
 Loi Roudy sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Loi Roudy sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

09 mar 1983
01m 39s
Fiche (01091)
 La démission d'Edith Cresson

La démission d'Edith Cresson

02 avr 1992
02m 51s
Fiche (00162)
 Loi sur la parité hommes-femmes dans les fonctions électives

Loi sur la parité hommes-femmes dans les fonctions électives

16 fév 1999
01m 29s
Fiche (01092)
 Le travail des femmes en France de 1914 à 2000

Le travail des femmes en France de 1914 à 2000

28 nov 2000
03m 40s
Fiche (01093)
 La Journée Internationale de la femme

La Journée Internationale de la femme

08 mar 2006
02m 33s
Fiche (04689)

1944 : la conquête tardive du droit de vote

En France les femmes obtiennent le droit de vote par l'ordonnance du 21 avril 1944 ; elles exercent pour la première fois ce droit le 20 avril 1945, pour les élections municipales, et le 21 octobre 1945 pour une élection nationale (voir " Le référendum et les élections législatives du 21 octobre 1945 "). Par rapport à d'autres pays d'Europe et aux Etats-Unis, les femmes françaises obtiennent le droit de vote tardivement (en Grande-Bretagne et en Allemagne en 1918, aux Etats-Unis en 1920, en Espagne en 1931). En effet, la place des femmes dans la démocratie française est conditionnée par un double héritage politique et social : dans l'imaginaire politique républicain, la femme demeure sous l'influence du prêtre. Ainsi, le principe du droit de vote des femmes est rejeté plusieurs fois par le Sénat entre 1919 et 1935. La frilosité des parlementaires explique que le Front populaire, tout en ouvrant symboliquement son gouvernement aux femmes (Suzanne Lacore sous-secrétaire d'Etat à la protection de l'enfance, Irène Joliot-Curie sous-secrétaire d'Etat à la Recherche scientifique, Cécile Brunschvicg sous-secrétaire d'Etat à l'Education nationale), n'ait pas jugé nécessaire de faire une nouvelle tentative. Cette faiblesse sur le plan politique est d'autant plus frappante qu'on trouve de plus en plus de femmes sur le marché du travail ; à la différence de l'Angleterre par exemple, pays où les femmes votent dès 1918, le travail féminin est un phénomène massif en France : 35% de la population active, contre environ 28% en Angleterre durant l'entre-deux-guerres. En France, la moitié des femmes mariées exercent un travail salarié. Cette particularité s'explique par le poids de l'activité agricole qui représente près de la moitié du travail féminin. Or, à la différence du travail industriel, où les ouvriers s'organisent collectivement, l'activité agricole des femmes les laisse trop isolées pour favoriser l'émergence de fortes revendications.

 Le référendum et les élections législatives du 21 octobre 1945

Le référendum et les élections législatives du 21 octobre 1945

26 oct 1945
01m 43s
Fiche (00007)

Années 50-60 : les femmes investissent le marché du travail

L'après-guerre s'accompagne de profonds changements qui modifient la place des femmes dans les société européennes. L'explosion du travail salarié et la tertiarisation de l'économie concernent en premier lieu les femmes ; le nombre des femmes travaillant dans l'agriculture et l'artisanat passe de 41% en 1946 à 8.6% en 1975. Les besoins de main-d'oeuvre massifs expliquent l'extension du travail des femmes mariées. Dans le même temps, cette mutation du travail féminin est rendue possible par une scolarisation accrue : en 1964, pour la première fois, le nombre de bachelières est supérieur à celui des bacheliers. Toutefois, l'accès massif des femmes, tant à l'enseignement qu'au monde du travail, ne signifie pas l'harmonisation des conditions : à l'école, l'accès des femmes aux diplômes se traduit souvent par leur dévalorisation, tandis que se mettent en place des filières spécialisées. Dans le monde du travail, les femmes occupent souvent des postes de moindre responsabilité, et l'on observe le maintien d'une forte discrimination salariale. Le retour des difficultés économiques fait que les femmes sont les principales victimes du travail précaire et du travail à temps partiel, parfois présenté comme une " chance " pour l'épanouissement de la vie familiale... Voir ci-dessus l'analyse du document :

 Le travail des femmes en France de 1914 à 2000

Le travail des femmes en France de 1914 à 2000

28 nov 2000
03m 40s
Fiche (01093)

Années 60-70 : le renouveau du féminisme

Cette résistance au changement de la société patriarcale va contribuer à façonner, parmi les femmes, de nouvelles formes d'action politique. L'émergence du mouvement féministe à la fin des années soixante marque très nettement la naissance de nouvelles pratiques : en raison de la passivité des autorités politiques et sociales, les féministes mettent sur pied leurs propres organismes, pour assister les femmes battues ou pour promouvoir la contraception. Ces pratiques revendicatives autonomes révèlent parfois l'influence des théories séparatistes du féminisme américain, lequel insiste sur les nécessités d'une rupture dans tous les domaines, sur l'exaltation d'une différence radicale entre les sexes et sur la mise en place d'une contre-société féminine. Au bout du compte, ces nouvelles formes de mobilisation aboutissent à la levée des derniers obstacles juridiques, à l'égalité entre les sexes ainsi qu'à la légalisation de l'avortement. Voir l'analyse du document :

 Appel du MLF à la grève des femmes

Appel du MLF à la grève des femmes

09 juin 1974
03m 07s
Fiche (01087)

La conquête de l'égalité civile

En France, en matière de droit de la femme, il faut attendre la fin des années soixante-dix pour voir disparaître les dernières discriminations d'ordre juridique, alors même que l'égalité reste encore largement fictive dans de nombreux domaines. L'héritage du Code civil napoléonien qui instaure la subordination privée de la femme en est responsable. La Première Guerre mondiale permet quelques inflexions : en 1920, la femme peut adhérer à un syndicat sans l'autorisation de son mari. Une étape importante est franchie avant la guerre, en 1938, avec l'abrogation de l'incapacité civile de la femme mariée. Cette mesure est distincte du Code de la famille, institué par décret du 29 juillet 1939, et qui tente d'encourager la natalité, par l'attribution d'avantages financiers. La structure familiale n'est pas remise en cause et le père conserve son rôle de chef de famille, l'autorité sur ses enfants, et peut interdire à son épouse de travailler. Cette politique sera prolongée et amplifiée sous Vichy, qui place la famille au centre de son projet idéologique. Les ultimes barrières juridiques cèderont tardivement, dans les années 60-70 : en 1965, la tutelle maritale disparaît ; en 1970, la notion d'autorité parentale remplace celle de " chef de famille " ; en 1975, c'est la dépénalisation de l'adultère et l'instauration du divorce par consentement mutuel.

" Disposer librement de son corps "

Après l'émancipation politique et sociale, " l'émancipation sexuelle " apparaît comme l'ultime et décisif combat contre l'assujettissement social et culturel des femmes. La loi Neuwirth, en 1967, autorise l'utilisation des moyens contraceptifs (voir les vidéos " L'invention de la pilule " et " La contraception en France dix ans après la loi Neuwirth "). Le combat pour le droit à l'avortement, dont la pratique est sévèrement réprimée depuis une loi de 1920, est fortement médiatisé au début des années 1970 : le 5 avril 1971, le magazine Le Nouvel Observateur fait paraître une pétition, le " Manifeste des 343 ", où 343 femmes déclarent avoir subi un avortement, s'exposant ainsi à des poursuites pénales pouvant aller jusqu'à l'emprisonnement ; et en 1972, le Procès de Bobigny, où une jeune fille est jugée pour avoir avorté clandestinement à la suite d'un viol, donne lieu à des manifestations de soutien (voir la vidéo " Le procès de Bobigny "). A la suite de débats houleux, l'avortement est finalement légalisé par l'Assemblée nationale, le 20 décembre 1975 (voir la vidéo " La loi sur l'interruption volontaire de grossesse "), pour une période probatoire de cinq ans, terme au bout duquel il sera définitivement autorisé, en 1979. Ces différents projets, loin de faire l'unanimité, y compris chez les politiciens, suscitent toujours des polémiques, en raison de l'apparition de groupes anti-IVG qui, par la violence, tentent d'empêcher l'application de la loi.

 L'invention de la pilule

L'invention de la pilule

14 déc 1970
03m 23s
Fiche (01435)
 La contraception en France dix ans après la loi Neuwirth

La contraception en France dix ans après la loi Neuwirth

10 fév 1977
02m 55s
Fiche (01089)
 Le procès de Bobigny

Le procès de Bobigny

11 oct 1972
59s
Fiche (01086)
 La loi sur l'interruption volontaire de grossesse

La loi sur l'interruption volontaire de grossesse

13 déc 1974
01m 58s
Fiche (00139)

Années 80-90 : Vers la parité en politique

A partir des années 80, c'est autour de la notion de parité et de genre que se concentre l'action des féministes françaises. Comme les inégalités perdurent, en particulier dans le domaine politique, l'idée d'une incitation législative fait son chemin. Elle se heurte cependant à de nombreux obstacles : au nom de l'égalité devant le suffrage, le Conseil constitutionnel a ainsi rejeté une loi de 1982 qui prévoyait d'instaurer, dans les villes de plus de 3 500 habitants, un quota minimum de femmes sur les listes de candidats (ou plus exactement, un maximum de 75% du même sexe). Depuis, l'idée du principe de la parité a progressé et trouve dans la loi de 2000 une première tentative d'institutionnalisation (voir " Loi sur la parité hommes-femmes dans les fonctions électives "). Le débat sur la parité rencontre le débat actuel sur la notion de " genre ". Pour simplifier, on peut distinguer les " universalistes ", qui considèrent que l'être humain est universel et qu'il ne faut pas différencier les femmes des hommes, opposés à l'instauration de " quotas " féminins ; et les " différencialistes ", qui considèrent qu'il existe une spécificité féminine qui doit être prise en compte, favorables à la loi sur la parité.

Ressources

Bibliographie indicative

  • Beauvoir (de) Simone, Le deuxième sexe, Gallimard, 1949.
  • Bourdieu Pierre, La domination masculine, Seuil, 1998.
  • Pick F., Histoire du MLF. Les années mouvements. Seuil, 1993.
  • " Femmes en Politique ", in Pouvoirs n° 82, 1997.

Filmographie

  • Sans toit ni loi, Agnès Varda, 1985.
  • Une affaire de femmes, Claude Chabrol, 1988.
  • La parenthèse enchantée, Michel Spinosa, 2000.
  • Debout ! Une histoire du mouvement des femmes.1970-1980, Carole Roussopoulos, 1999. (documentaire)