parcours pédagogique

Combattre : les conditions de vie du combattant dans la Première Guerre mondiale

Nicolas Rocher - Enseignant d'histoire-géographie de l'Académie de Grenoble

Présentation

Retrouvez ce parcours sur le site de l'Académie de Grenoble .

Deux documents vidéos de 1915 et 1916 et une sélection d'eaux fortes d'Otto Dix permettent de saisir les conditions de vie du combattant dans la Première Guerre mondiale.

Place dans le programme

  • Troisième > Histoire : Guerres mondiales et régimes totalitaires > La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale
  • Première > S > Histoire : La guerre au XXe siècle > Guerres mondiales et espoirs de paix > La Première Guerre mondiale : l'expérience combattante dans une guerre totale
  • Première > L et ES > Histoire : La guerre au XXe siècle > Guerres mondiales et espoirs de paix > La Première Guerre mondiale : l'expérience combattante dans une guerre totale

Objectifs pédagogiques

  • Savoir travailler en autonomie (Travail en salle informatique avec liens vers deux sites : "Jalons pour l'Histoire du temps présent" et "Histoire par l'Image")
  • Savoir trouver des informations dans des images fixes et animées et savoir utiliser en autonomie les ressources des bases de données "Jalons" et "Histoire par l'Image" (en l'occurrence les fiches contexte historiques et les fiche médias ou interprétation )
  • Savoir interpréter une production picturale artistique
  • Savoir lire un reportage filmé
  • Savoir faire une capture d'image et l'insérer dans un tableau
  • Etre capable de faire preuve d'esprit critique vis-à-vis d'une source d'information
  • Savoir argumenter afin de légitimer ses choix

Durée de l'activité

Séance prévue en 1h

  • Les élèves travaillent en salle informatique, si possible individuellement. Ils doivent remplir un questionnaire qui leur a été remis. Ce questionnaire traite dans un premier temps des extraits vidéos puis se rapporte aux trois productions du peintre.
  • Quelques questions simples amènent les élèves à présenter les documents vidéos, à tirer des informations sur les conditions de vie et les conditions du combat au front. Les renseignements demandés proviennent des images et/ou des fiches contextes du site "Jalons". En guise de conclusion, les élèves doivent sélectionner une des images qui soit symbolique du ton employé par ces extraits vidéos dans leur traitement de l'actualité (il s'agit en effet d'actualités filmées).
  • Dans un deuxième temps, les élèves confrontent la vision du combat véhiculée par les actualités filmées avec celle délivrée par Otto Dix. Ils doivent ainsi choisir une image révélatrice du ton employé par l'artiste et la comparer à leur précédente image sélectionnée.
  • Face à l'importance du contraste (réalisme froid, morbidité chez Dix/vision de la mort aseptisée, attitudes théâtrales et conditions de vie édulcorées dans les films) dans ces témoignages, les élèves doivent expliquer ces différences de représentation. Pour y parvenir, il leur faudra questionner le statut de ces documents : actualités filmées, supervisées par l'armée et destinées à une utilisation de propagande à l'égard de l'arrière (le "home front") d'un côté ; témoignage cathartique à usage privée et délivré de nombreuses années après le conflit de l'autre. Pour en arriver à ce type de conclusion, les élèves sont censés s'appuyer sur les fiches contexte des documents.
  • Les élèves enregistrent alors leur travail dans leur zone personnelle.

Reprise lors d'une 2ème séance (1/4h)

  • En classe entière, le professeur reprend les travaux d'élèves en projetant au tableau (grâce à un Tableau Numérique Interactif ou un video projecteur) un ou plusieurs exemples de production. C'est l'occasion de corriger les travaux d'élèves et des les compléter, par le récit, sur les conditions de vie des soldats (tranchées, no man's land, difficultés de la vie au front) et la massification de la violence (franchissement d'un seuil nouveau dans l'intensité de la guerre car guerre industrielle (entre autres).
  • S'engage alors un échange sur les images sélectionnées qui, pour être légitimé, devra forcément s'appuyer sur une analyse pertinente des conditions de productions de chacun de ces documents. On réussit ainsi :
  • à faire un bilan synthétique sur les conditions de vie et de combat au front

  • à se poser la question du statut de l'information en temps de guerre

    • A ce moment, on commence en fait à évoquer la problématique de la séance suivante : face aux déplorables conditions de vie et à la violence de masse qu'ils ont subi (et qu'ils ont produite) comment ces soldats ont-ils tenu ? On peut en effet considérer que la stratégie de mobilisation des esprits menée par le gouvernement est un début d'explication à ce questionnement. La propagande active de l'Etat, en particulier dans le domaine des actualités filmées, participerait à cette idée de mobilisation des esprits qui ne s'est pas faite que de manière verticale mais aussi dans des processus complexes d'auto conviction afin d'adhérer au discours de guerre contre l'ennemi. Pour avoir de plus amples éclairages, on se reportera de manière plus générale aux écrits de Stéphane Audoin Rouzeau et Annette Becker, notamment autour de la notion de "culture de guerre" que nous ne pouvons détailler ici. Précisons que cette thèse n'en est qu'une parmi d'autre. Les travaux de Frédéric Rousseau (et ses éclairages sur la contrainte pesant sur les combattants) venant contrebalancer cette approche ou plutôt, de notre point de vue, la compléter.
    • On peut alors, en attendant de s'intéresser au thème de la mobilisation des esprits, passer à la suite du cours (en ce qui nous concerne, les grandes phases du conflit)

Activités

La Première Guerre mondiale toucha au 1er chef les soldats (86% des morts). Leur nombre, notamment en France, fut considérable (1, 4 millions de victimes sur 8 millions de mobilisés en quatre années de conflit). Dès lors on peut se demander :

  • Quelle fut l'expérience de la guerre pour ces acteurs ?
  • En quoi cette guerre totale, et la violence de masse qui l'accompagne, a-t-elle marqué une "brutalisation" des comportements ?
  • Comment sortir d'un tel conflit lorsqu'on en a été un des protagonistes combattants ?

Analyse de documents vidéos

Des soldats se préparent dans une tranchée à lancer une offensive contre l'adversaire [muet]

Des soldats se préparent dans une tranchée à lancer une offensive contre l'adversaire [muet]

Dans une tranchée, des soldats se préparent à l'assaut des défenses adverses. Après avoir fixé leurs baïonnettes, un groupe de soldats monte au feu. Un soldat s'écroule et meurt après avoir contemplé une photo de son épouse qu'il conservait sur lui.

1914
41s
Fiche (04502)
 Paysage de tranchées et activité des soldats sur le front français

Paysage de tranchées et activité des soldats sur le front français

Sur le front français, les soldats sont enterrés dans des tranchées qui constituent de chaque côté du front un important système de défense. Ravagé par les tirs d'artillerie, le paysage apparaît entièrement désolé, tous les arbres sont détruits.

1915
35s
Fiche (04516)

Faites la présentation de ces documents

Décrivez le plus précisément possible le paysage dans lequel vivent les soldats (front, tranchée...).

Quels peuvent être les difficultés ou les dangers rencontrés par les soldats dans leur vie quotidienne ?

Sélectionnez une image qui représente la mort du combattant selon cet extrait.

Démarche et déroulement

Après une très brève mise en perspective chronologique sur les débuts du conflit (l'éclairage sur les grandes phases du conflit se fera lors de la séance suivante, éventuellement à la suite d'un travail préparatoire à la maison), les élèves sont amenés à réfléchir sur la place du combattant dans la Première Guerre mondiale.

Dès lors, le but de cette séance est double : il s'agit tout d'abord de s'interroger sur le quotidien de ces acteurs. Quelles étaient leurs conditions de vie et quelle était la part du combat dans leur expérience de la guerre ? A un autre niveau, le but de cette séance est d'amener les élèves à réfléchir sur les témoignages et les discours produits pour rendre compte de cette réalité. C'est dans ce but que deux sources (et trois documents) sont questionnés :

Analyse des documents iconographiques

L'Histoire par l'Image

3 eaux fortes d'Otto Dix appartenant à un cycle de gravures intitulé "La Guerre" et réalisées en 1924

Faites la présentation de ces documents.

En quoi la vision de l'artiste allemand est-elle plus réaliste que la vision de la mort de l'extrait précédent ?

Comment expliquer ces différences de représentations ?

Sélectionnez une image qui vous semble le mieux résumer le point de vue de cet auteur sur la guerre.

Bilan

  • Implication forte des élèves liée à la bonne interface que présente ces deux ressources numériques : extraits de qualité permettant de faire émerger des thèmes forts très en adéquation avec le programme et qualité des fiches contexte permettant le travail en autonomie des élèves.
  • Cette activité se prête tout à fait au travail de distanciation et d'analyse critique face aux conditions de production d'un reportage d'actualités. Les élèves ont bien perçu les problèmes posés par la provenance des images et donc le caractère "version officielle" qu'elles véhiculent. La comparaison avec un autre document (œuvre d'art) lié à d'autres motivations se révèle particulièrement éclairante.
  • On travaille de l'image fixe et de l'image animée. Pour l'image fixe, on s'appuie sur une méthodologie mise en place progressivement depuis le début de l'année. En ce qui concerne l'image animée, il s'agit d'un premier contact. Les fiches annexes ont proposé d'initier les élèves aux notions de séquençage et de montage. Mais il ne s'agissait que d'une introduction. D'autres activités, dans ce même chapitre, prolongeront cette approche (voir le travail sur la place des femmes ou celui sur la sortie de guerre).
  • Ce travail "amortit" une des fonctions du Tableau Numérique Interactif : celui-ci devient un outil de présentation de travaux d'élèves effectués en amont en salle informatique. Grâce au réseau interne à l'établissement, on peut en effet accéder aux zones personnelles d'élèves et proposer une confrontation de travaux, voire même, à partir de là, la production d'un document référence s'appuyant sur les forces de différents travaux et les synthétisant. Le cours est alors le produit de la production d'élèves.

Prolongements

Bibliographie indicative

  • Les Collections de l'Histoire n° 21 : "1914-1918, la grande guerre", Paris, Société d'Editions scientifiques, oct 2003.
  • S. Audoin-Rouzeau, J. J. Becker (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918 : histoire et culture, Paris, Bayard, 2004.
  • G. L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette, 1999.
  • S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, Ch. Ingrao, H. Rousso (dir.), La Violence de guerre, 1914-1945. Approches comparées des deux conflits mondiaux, Bruxelles-Paris, Complexe-IHTP-CNRS, 2002.
  • F. Rousseau, Guerre censurée : une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 1999.
  • N. Offenstadt, Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective, 1914-1999, Paris, Odile Jacob, 1999, Livre de poche, 2002.
  • G. Pedroncini, Les Mutineries de 1917, Paris, PUF, 1983.
  • B. Cabanes, É. Husson (dir.), Les Sociétés en guerre, 1911-1946, Paris, Armand Colin, 2003.
  • S. Delaporte, Les Gueules cassées. Les blessés de la face de la Grande Guerre, Paris, Noêsis, 1996.
  • C. Prochasson, A. Rasmussen (dir.), Vrai et faux dans la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2004.