Les Landes une forêt apprivoisée

26 mai 2014
06m 05s
Réf. 00926

Notice

Résumé :
L'immense forêt de pins maritimes est la richesse de toute les Landes. Sculptée par la main de l'homme pour désengorger les marais, elle offre aujourd'hui des paysages étonnants et variés que l'on peut visiter.
Type de média :
Date de diffusion :
26 mai 2014
Source :
FR3 (Collection: Midi en France )

Éclairage

Les Landes, une forêt apprivoisée
 
Il y a cent cinquante ans, les Landes étaient une étendue marécageuse que même les plus téméraires n’osaient pas traverser comme en témoignent les photographies de Félix Arnaudin. Aujourd’hui, Les Landes est la plus grande forêt artificielle d’Europe, on y cultive surtout le pin et il habille tout le département des Landes, un million d’hectares et des gardiens. Parmi eux, Arnaud Bassibey, agent ONF, gère la production de bois sur les parcelles autour de Seignosse, commune de la côte sud des Landes située au bord de l'Océan Atlantique. Ici, on est typiquement dans la forêt landaise, dont l’essence principale est le pin maritime. La forêt est là pour produire du pin, pour être belle mais elle a ce but de produire du bois. En bon guide, cet agent ONF explique que « dans une quinzaine d’années, ici, les pins seront tous coupés et on repartira sur une nouvelle génération qui mettra cinquante ans pour nous donner ce beau peuplement qu’on a autour de nous » mais ce qui fait la beauté des Landes c’est la diversité de ses paysages (forêt de pins, buissons …). Ici, dans cette parcelle, l’homme n’a rien touché, c’est la nature qui se régénère toute seule et derrière le pin c’est toute une biodiversité qui pousse en silence : fougère, chêne liège … un cortège floristique très très diversifié et chacun trouve sa place.

De plus, la forêt landaise est un espace de chasse où se pratique notamment la chasse à la palombe. Haut lieu de la chasse à la palombe, la palombière constitue une drôle d’habitation que l’on retrouve dans la forêt landaise, une cabane typique du Sud-Ouest faite pour ce type de chasse. Régis Duprat, chasseur, vit la moitié de l’année dans sa palombière, une sorte de poste avancé de 5 m² planté pour observer le passage des oiseaux. « On est palombière jour et nuit » confie-t-il. Comme tous les chasseurs, Régis joue un rôle dans la gestion de la forêt, c’est lui qui a la charge d’entretenir cette parcelle en taillant les pins ou les chênes liège. Quant à Arnaud, autre acteur de cette gestion de la forêt, en poste ici depuis dix sept ans, il aime tellement sa forêt qu’il la fait visiter chaque semaine, ce dont il rêvait déjà enfant. Il emmène ainsi des marcheurs à la découverte d’une nature capable de sculpter des chefs-d’œuvre, à l’instar de cet arbousier de cent huit ans montré à l’écran, « nos marcheurs n’en reviennent pas ».

Mais pour préserver une telle beauté, l’homme a dû bâtir une forteresse naturelle : des dunes de sable qui protègent les pins du vent et des inondations, car de l’autre côté de la dune, à seulement cent mètres, c’est l’Océan Atlantique. Littoral et forêt, dans les Landes tout est lié. Cette dune n’est donc pas naturelle, elle est l’œuvre de l’homme. La dune est une cité interdite mais le guide emmène ici les visiteurs pour marquer les esprits et faire prendre conscience du danger de l’ensablement pour l’écosystème local. En cette première journée à Seignosse de l’émission « Midi en France »,diffusée le 26 mai 2014 sur France 3, chacun réalise ainsi à quel point la préservation du littoral est une priorité, la condition sinequanone pour que la forêt des Landes reste l’une des plus belles forêts d’Europe.
Marie Pendanx