Habitat traditionel : les maisons landaises

27 mai 2014
04m 42s
Réf. 00928

Notice

Résumé :
Du pin maritime, les landais en ont à profusion. La bâtisse typique est donc un chalet en bois et s'inspire de l'esprit maritime et de la forêt. Généralement basse, la maison a souvent une charpente généreuse, de grandes ouvertures pour profiter au maximum de la lumière, une architecture extérieure prévue pour protéger la bâtisse des vents venus de la côte. Avec son entreprise, Pierre Alain Camiade perdure la tradition de ces maisons.
Type de média :
Date de diffusion :
27 mai 2014
Source :
FR3 (Collection: Midi en France )

Éclairage


Volumes simples, toiture enveloppante, colombages, façades en pin, la maison landaise a plusieurs visages mais toutes, de la plus traditionnelle à la plus moderne, se fondent parfaitement dans le paysage comme le montre la seconde journée à Seignosse avec Midi en France (émission du 27 mai 2014).

Ce lien avec la nature est au cœur du travail de Pierre Alain Camiade. Ce chef d’entreprise a créé sa société il y a quatre ans, son crédo : construire des maisons bioclimatiques à ossatures bois, c’est-à-dire des maisons en phase avec l’environnement local. Son équipe est constituée de jeunes gens passionnés et l’ambiance au travail est plutôt solidaire. Magali Martin, chef de projet, est la seule fille du groupe, elle apprécie cet état d’esprit : « on a cet esprit d’équipe, on arrive tous à peu près du milieu du sport, donc on retrouve un peu cette cohésion, cette entraide. » Après sept ans de compagnonnage en menuiserie, Pierre Alain Camiade a parcouru le monde mais il avait le mal du pays. Cet entrepreneur le reconnaît : « l’appel des racines, la famille, les amis, tout ce qui tourne autour des Landes, notamment la forêt, l’océan, ont fait que je suis rentré et là, maintenant, je suis bien enraciné. » De retour sur ses terres natales, sa passion pour les maisons landaises typiques ressurgit. Avec son équipe, il a entièrement reconstruit cette ancienne étable, un travail d’orfèvre dont il est très fier : « ça peut que valoriser ce qu’il y a au plus profond moi, vivre dans cette région, entretenir le patrimoine local. » L’intérieur est aussi un vrai petit bijou, de la charpente aux colombages, tout a été fait à l’identique, le charme est de intact. En effet, Pierre Alain a respecté les règles clés des constructions locales, les règles de l’architecture landaise : le pignon à l’Est et derrière la maison toujours cette queue de palombe qui descend le plus bas possible pour se protéger des vents dominants donc de l’Océan. La maison est ainsi à l’abri du mauvais temps. Pour l’entrepreneur, il est important que l’habitat s’adapte au milieu naturel. Pour y parvenir, il marie techniques ancestrales et matériaux locaux. Par exemple, pour la maison moderne présentée dans le reportage, il a élaboré une structure en bois, la façade est en pin maritime, l’arbre roi de la région. Les propriétaires d’origine bretonne ont insisté pour que l’architecture s’inspire de la tradition. Pour ces retraités, s’installer dans les Landes devait rimer avec maison landaise pour qu’elle soit bien intégrée dans son environnement. Des murs au plafond, le bois est omniprésent. Chaleureux, élégant, il apporte des notes de noblesse à l’espace mais ce qui attire surtout le regard, c’est l’imposante charpente. La maison bénéficie aussi de grandes ouvertures pour profiter de l’ensoleillement et du point de vue sur la forêt, un incroyable tableau vivant.

Ainsi, Pierre Alain tient à insuffler l’esprit des Landes dans chacun de ses projets. Cette habitation marie tradition et modernité avec une ossature en bois, une charpente apparente et de grandes fenêtres qui baignent l’intérieur de lumière. Autre réalisation de son entreprise, la maison cube, atypique, elle reprend les essentiels : des volumes simples, du bois à profusion, le tout dans un esprit des plus contemporains. Mais la maison dont il est le plus fier, c’est la sienne, toute en bois, il l’a conçue de A à Z. Toute la maison prouve l’implication et de l’amour de cet entrepreneur pour le bois et pour les Landes.
Marie Pendanx