Parcours thématique

Gouverner la France depuis 1946 – le rôle économique et social de l'Etat

Nicolas Rocher

Introduction

Ce parcours est issu d'une proposition pédagogique pour le cours d'Histoire de Terminales ES L.

Il n'a pas la vocation à refléter la démarche qui aura été suivie dans le cadre d'un cours

Le scénario pédagogique à destination de l'enseignant est consultable sur http://histgeo.discipline.ac-lille.fr/events/le-role-de-l2019etat-au-prisme-de-l2019evolution-des-houilleres-francaises

Les documents ont été sélectionnés pour leur exploitation possible dans le cadre des programmes officiels de l'Education nationale.

Le choix des documents audiovisuels

 La nationalisation des Houillères

La nationalisation des Houillères

Après un extrait du discours prononcé par Robert Lacoste sur la nationalisation des Houillères, le commentaire (sur des images de carreaux de mines et de mineurs dans le Nord-Pas-de-Calais), affirme que c'est la première fois qu'une industrie de base est gérée par les mandataires de la nation, les "gueules noires" devenant ainsi "les associés de la Nation".

30 mar 1945
02m 01s
Fiche (00340)

Le visionnage du premier document, « La nationalisation des Houillères » (30/03/1945) permet de mettre en évidence le rôle de l'Etat modernisateur : nationalisation des houillères dans l'immédiat après guerre, modernisation de l'appareil productif, mise en place de l'Etat providence et d'une participation des travailleurs à la vie de l'entreprise.

Les fiches contexte et les parcours thématiques aident à mettre en contexte ces décisions : rappel de la sortie de guerre, du programme du CNR, de la nécessité de reconstruire la France, du cas particulier du Nord Pas de Calais.

 Discours de Jacques Chirac à l'École nationale des mines de Douai

Discours de Jacques Chirac à l'École nationale des mines de Douai

Jacques Vernier, maire de Douai, a convié Jacques Chirac, premier ministre à visiter la cité de la Templerie à Frais-Marais. Dans un discours à l'École Nationale des mines de Douai, celui-ci a rassuré les mineurs quant à leur statut. Puis Jacques Vernier a évoqué la fin de l'exploitation minière et le besoin d'un habitat décent. Dans sa réponse, Jacques Chirac a déclaré que la société de reconversion FINORPA recevra des dotations . Des fonds seront débloqués pour les aménagements des friches industrielles. Enfin, sera créé d'un fonds de conversion qui facilitera l'accueil des entreprises et qui permettra d'engager des opérations nouvelles.

08 déc 1987
03m 18s
Fiche (00198)

Le visionnage du second document « Discours de Jacques Chirac à l'Ecole des mines de Douai » (08/12/1987) pose la question de la différence de date entre les deux documents. En quarante ans, le rôle de l'Etat dans les domaines économiques et sociaux a-t-il changé ? Les droits sociaux hérités de la Libération ne sont pas remis en cause. Le gouvernement annonce également des mesures afin de soutenir la formation et les activités économiques. Le rôle de l'Etat aménageur du territoire et le poids nouveau des collectivités locales apparaissent.

Les fiches contexte et les parcours thématiques aident à mettre en contexte ces décisions : première cohabitation, contexte de crise des charbonnages depuis les années 1960 et politiques de restructuration, poids des idées libérales dans le monde occidental depuis les années 1970

Que nous apprennent les documents ?

Le rôle de l'état dans les nationalisations

Les ** nationalisations** sont présentées ainsi par Robert Lacoste :

« > L'Etat exploite lui-même les Houillères dans l'intérêt exclusif de la Nation et non aux profits de particuliers > »

La nationalisation des moyens de production est un projet central du programme du Conseil national de la Résistance adopté le 15 mars 1944. Il réclamait "l'instauration d'une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l'éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l'économie".

Dans les bassins houillers du Nord, l'attente des réquisitions par l'Etat est forte suite aux puissantes mobilisations patriotiques et aux souffrances de la Seconde Guerre mondiale. Dès le 13 décembre 1944, les présidents et les directeurs des compagnies privées sont destitués.

Le processus de nationalisation comporte une étape provisoire avec l'ordonnance du 14 décembre 1944 qui concerne uniquement les Houillères du Nord-Pas-de-Calais. La deuxième étape sera instituée le 24 avril 1946 par la loi de nationalisation et la création, le 17 mai, des Charbonnages de France à l'origine fédération d'établissements publics à caractère industriel et commercial dont les Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais (HBNPC).

Le contexte des restructurations

Les élections législatives de 1986 ont porté au pouvoir la droite, avec Jacques Chirac comme chef du gouvernement (dans un contexte de cohabitation).

Le contexte de crise économique des charbonnages en France . Le maximum de production charbonnière en France est atteint en 1958 avec près de 60 millions de tonnes produites, dont près de la moitié dans le Nord-Pas-de-Calais. Mais 1958 marque aussi le début de la surabondance de charbon, alors que la consommation de pétrole s'envole. En 1960 et 1968 les plans Jeanneney et Bettencourt prévoient des baisses de production. La fermeture du bassin charbonnier du Nord-Pas-de-Calais est alors prévue quinze années plus tard, entre 1983 et 1985. Finalement, la crise énergétique de 1973, puis la politique du gouvernement Mauroy en 1981-1983 autorisent une petite relance mais les contraintes financières reprennent rapidement le dessus. La fermeture de la dernière mine intervient finalement en décembre 1990 à Oignies. Les Houillères du Bassin du Nord-Pas-de-Calais sont dissoutes le 31 décembre 1992, alors qu'elles avaient employées jusqu'à 220 000 personnes en 1947.

L'action de ce gouvernement de droite s'inscrit dans la continuité de celle menée par le gouvernement socialiste depuis 1983, et plus globalement par l'État depuis les années 1960. Le déclin charbonnier reste inéluctable, et l'accent est donc mis sur la formation, la reconversion économique et le cadre de vie .

La formation est un axe majeur des actions menées par l'État depuis les années 1960 car la population du bassin minier souffre d'un niveau de scolarisation inférieur à la moyenne nationale. Il est intéressant de voir que le Premier ministre s'inscrit dans cette logique et qu'il associe la région à ce chantier. En effet, depuis 1982 et les lois de décentralisation, la région est devenue une collectivité locale puissante, qui a en charge la formation.

La reconversion économique est le deuxième pan traditionnel de la politique publique en faveur du Bassin minier depuis les années soixante. Le Premier ministre annonce le renforcement des diverses institutions qui existent à l'époque (FINORPA).

La continuité est donc de mise même si le nouveau gouvernement insiste particulièrement sur l'encouragement des initiatives privées avec un discours offensif dans ce domaine porté par le ministre de l'Industrie, Alain Madelin représentant des idées libérales .

Regard critique

Le document « La nationalisation des Houillères » est diffusé en mars 1945 alors que le climat social dans les mines reste tendu avec de nombreux débrayages. Il reprend un discours prononcé par Robert Lacoste, commissaire à la production industrielle du Gouvernement Provisoire de la République française (GPRF) depuis septembre 1944.

Ce document est issu des « Actualités françaises ». Les Actualités françaises sont une société d'Etat créée en janvier 1945 et qui produisait et diffusait dans les salles de cinéma « les actualités » : ensemble de reportages d'une durée moyenne de 15 minutes. Il s'agit d'une « caisse de résonance » du pouvoir politique en place, le commentaire et le montage nécessitent un regard critique important. Le but ici est de légitimer l'action du gouvernement dans le contexte de sortie de guerre et de reconstruction de la France.

L'extrait vidéo s'interroge sur la suite des événements : « L'expérience commence, le peuple des mineurs la réussira-t-il ? ». Ceci laisse augurer de tensions qui peuvent être éclairées par le poids du Parti communiste à la Libération et par la mobilisation syndicale des mineurs.

D'ailleurs, la conjoncture de bonne entente a été brève car, dès 1947, l'accroissement des tensions internationales avec la « Guerre froide », la politisation accentuée des relations sociales et... les désillusions des mineurs ouvrent une nouvelle période d'affrontements sociaux, parfois exceptionnellement durs comme lorsque le ministre socialiste Jules Moch fait évacuer les carreaux.

Le document « Discours de Jacques Chirac à l'école des mines de Douai » provient des actualités régionales de France 3 qui traditionnellement accordent une grande importance aux sujets « locaux » en particulier relatifs aux préoccupations économiques et sociale des populations du Nord Pas de Calais. Les questions de la fermeture des mines (prévue à l'origine en 1983), de la reconversion dans un contexte économique difficile, sont au cœur de l'information régionale - journaux et magazines. Les collectivités locales et les élus du Bassin sont confrontés aux héritages que laissent les Charbonnages (emploi, friches, habitat minier...).

Le reportage traite de la venue du Premier ministre invité par le maire de Douai, Jacques Vernier, qui est du même bord politique, pour y développer sa politique à l'égard du Bassin minier.

On peut être surpris par le contenu des décisions rapportées dans le reportage : celui-ci met plus en évidence la continuité du rôle de l'Etat que les conséquences du poids grandissant des libéraux dans les sociétés occidentales au tournant des années 1970 et 1980. Ceci invite à nuancer les visions réductrices et à mettre en évidence certaines permanences dans l'action de l'Etat malgré une volonté affirmée de réduction de l'action de l'Etat qui se manifeste concrètement dès 1986.

Pour approfondir

Consulter sur ce même site les deux parcours thématiques suivants :